Journée internationale des migrants

Que ce soit parce qu'ils étaient en danger, parce qu'ils mouraient de faim ou parce qu'ils ne pouvaient subvenir aux besoins de leur famille, les migrants ont quitté leur pays pour une bonne raison.

Quelle que soit la raison qui la motive, la migration est synonyme de vulnérabilité, et ce qui attend les migrants, c'est l'incertitude et la souffrance et parfois aussi la mort.

Les migrants, les réfugiés et les déplacés sont des personnes qui sont vulnérables et qui ont besoin d'aide, quel que soit le qualificatif qui leur est donné.

Le CICR est idéalement placé pour apporter une assistance, car il est présent dans les pays d'origine des migrants et des réfugiés. Il est aussi là pour ceux qui ont quitté leur pays, qui peuvent grâce à lui rester en contact avec leurs proches. Le CICR visite également les lieux de rétention et aide à identifier les corps des nombreuses personnes qui, au lieu d'une nouvelle vie, trouvent la mort.

Les préoccupations sécuritaires légitimes ne justifient pas d'ignorer les impératifs humanitaires. Les droits des migrants, des déplacés et des réfugiés doivent être respectés.