L’application des principes humanitaires : réflexion sur l’expérience du Comité international de la Croix-Rouge

L'application des principes humanitaires d'humanité, d'impartialité, de neutralité et d'indépendance dans les contextes opérationnels représente un défi constant pour les organisations humanitaires. Lié par ces normes, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a progressivement développé, au fil des ans, un cadre rationnel lui permettant d'agir et de déployer des équipes sur le terrain conformément à ces principes, tout en définissant une approche pragmatique et adaptée à chaque situation.

Cet article revient d'abord sur l'origine et l'évolution des principes humanitaires ; il expose ensuite comment les choix stratégiques du CICR sont guidés par ces principes et quelles en sont les conséquences au regard de la capacité de l'organisation à agir en faveur des victimes des conflits armés.

Au sujet des auteurs

Jérémie Labbé
Responsable du projet « Principes guidant l’action humanitaire », CICR

Jérémie Labbé est responsable du projet « Principes guidant l’action humanitaire » (2013- 2016) au Comité international de la Croix-Rouge (depuis juillet 2014). De 2010 à 2014, il a développé un nouveau programme sur les questions humanitaires au sein de l’International Peace Institute à New York et, entre 2003 et 2009, il a effectué diverses missions pour le CICR, tant au siège que sur le terrain.

Pascal Daudin
Conseiller politique principal au CICR

Pascal Daudin est actuellement conseiller politique principal au CICR. Après une courte carrière de journaliste, il a rejoint le CICR en 1985 et a travaillé sur plus de vingt théâtres de conflits tels Afghanistan, Pakistan, Iran, Koweit, Caucase et Asie Centrale, comme responsable d’équipe et expert Protection. Il a également participé à la réforme des ressources humaines. Entre 2003 et 2007, il a été analyste principal et chef adjoint de l’unité contre le terrorisme au ministère suisse de la Défense. En 2007, il fut Directeur général de la sécurité de CARE International où il a travaillé sur les politiques institutionnelles et les opérations internationales. En 2011, il revient au CICR comme conseiller politique principal sur les questions liées à l’action humanitaire.