Editorial: L’avenir de l’action humanitaire

Quels sont les tendances et les mouvements de fond qui influencent le devenir de l'action humanitaire et sa capacité à répondre aux crises de demain ? Depuis la fin de la guerre froide, l'action humanitaire a connu une croissance exponentielle telle, qu'au vu de l'augmentation du nombre, du poids et de la professionnalisation des organisations, il est désormais possible de parler de « secteur humanitaire » ou d'« industrie » . Polymorphe et complexe, ce secteur est constitué de différents systèmes ou « réseaux de réseaux », sans gouvernance centrale. Nous distinguons trois grandes familles : les organisations non gouvernementales (ONG), à la taille et aux missions extrêmement diverses, les institutions humanitaires des Nations Unies, et les composantes du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Les plus grandes organisations, qui ont toutes leur siège dans un pays occidental, gèrent des budgets considérables en constante augmentation et exercent un pouvoir d'influence qui, tout en étant fluide, n'en est pas moins réel – celui d'une véritable société civile internationale.

Plusieurs facteurs semblent aujourd'hui porteurs de transformations profondes dans le secteur humanitaire. Ils concernent l'évolution des crises, des vulnérabilités et les risques émergents ; l'environnement de l'action humanitaire et les défis posés aujourd'hui au respect des principes et du droit humanitaires, et à l'accès aux victimes ; et finalement les nouvelles pratiques et les changements dans la composition du secteur lui-même.

Dans la présente édition, la Revue donne la parole à des représentants de plusieurs organisations humanitaires et centres de recherche pour examiner chacun de ces trois volets du changement, que nous considérons comme déterminants pour l'avenir de l'action humanitaire.

Au sujet de l'auteur

Vincent Bernard

Vincent Bernard
Rédacteur en chef de la Revue internationale de la Croix-Rouge

Vincent Bernard est rédacteur en chef de la Revue internationale de la Croix-Rouge depuis octobre 2010. Diplômé de l’Institut des Sciences politiques de Strasbourg, il est titulaire d’une maîtrise en sciences politiques, d’une maîtrise de droit international (Faculté de droit de Strasbourg et King’s College de Londres), ainsi que d’une maîtrise de droit international public de l’Institut de hautes études internationales (IHEI) de Genève. Vincent Bernard était membre de l’équipe de l’IHEI qui a remporté le Concours Jean-Pictet de droit international humanitaire en 1995. Après avoir enseigné pendant deux ans le droit international et le droit international humanitaire à l’Université de Marmara, à Istanbul, il a rejoint le CICR en 1998. Il a travaillé durant 17 ans tant sur le terrain (délégation régionale pour l’Afrique de l’Ouest à Dakar, délégation régionale pour l’Afrique de l’Est à Nairobi et délégation pour Israël et Territoires occupés à Jérusalem), qu’au siège de l’institution, et ce dans différents domaines, comme l’intégration et la promotion du droit international humanitaire, et à différents titres, en tant que chef de secteur pour l’Afrique et comme responsable de l’unité Communication terrain. En 2013, Vincent Bernard a été nommé chef de l'unité Forum pour l'intégration et la promotion du droit qui gère notamment l'humanitarium, le centre du CICR pour l’échange et le débat sur le droit, les politiques et l’action humanitaires.