Entretien avec le brigadier général Richard C. Gross

02 septembre 2015

Le brigadier général Richard C. « Rich » Gross est le conseiller juridique du président du comité des chefs d'Etat-major interarmées des États-Unis. Après sa formation à l'Académie militaire de West Point, il a intégré l'armée américaine au grade de sous-lieutenant d'infanterie. Diplômé de la Virginia School of Law et de l'US Army Judge Advocate General's Corps, il est également titulaire d'un master d'études stratégiques de l'US Army War College. Avant d'occuper ses fonctions actuelles, il a été conseiller juridique en chef du « Joint Special Operations Command », de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), des « US Forces-Afghanistan » (USFOR-A) et du Commandement central des États-Unis.

Le champ d'application du droit international humanitaire (DIH) soulève des questions plus complexes qu'il n'y paraît. De manière générale, il s'agit de déterminer où, quand et à qui s'appliquent les règles du DIH. Bien que cela ait toujours été un prérequis pour débattre de questions relatives au DIH, les limites de l'applicabilité du droit restent mal définies. C'est dans la perspective d'ouvrir le débat sur les nuances du champ d'application du DIH que le Brigadier General Gross nous a accordé cet entretien. Il y présente le point de vue des États-Unis sur les circonstances dans lesquelles le DIH s'applique et sur les défis qui nous attendent au vu de l'évolution de la manière dont la guerre est conduite.

S'inscrire à la newsletter