Interview de John G. Ruggie

Le comportement des sociétés multinationales, en particulier de celles qui sont actives dans des zones de conflit, fait l'objet d'une surveillance accrue de la part de l'opinion publique. De plus en plus d'entreprises s'engagent à respecter leurs responsabilités en matière de droits de l'homme dans des contextes fragiles. En cas de conflit armé, le droit international humanitaire s'applique également.

Mais le monde des affaires connaît mal cette branche du droit.

En juin 2011, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a adopté à l'unanimité les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme, qui décrivent les mesures que les entreprises et les États pourraient prendre pour inciter le secteur des affaires à mieux respect les droits de l'homme dans le monde entier1. La Revue souhaitait entendre la personne qui a lancé cette initiative, le Professeur John G. Ruggie, et avoir son avis sur les bonnes pratiques adoptées par les gouvernements et les sociétés pour appliquer les Principes directeurs, sur l'importance des critères de diligence raisonnable et les mécanismes de réclamation, et sur le rôle que peuvent jouer les organisations régionales et la société civile pour promouvoir les Principes.

Ayant une formation en sciences politiques, Professeur Ruggie a activement participé à l'étude des relations internationales, se concentrant sur l'impact qu'a la mondialisation, économique ou autre, sur l'élaboration de règles au niveau mondial et l'apparition de nouveaux régulateurs. En plus de ses activités universitaires, Professeur Ruggie s'est engagé longtemps dans la pratique politique. Entre 1997 et 2001, il a été sous-Secrétaire général pour la planification stratégique à l'ONU, aidant le Secrétaire général à mettre en place et à surveiller le Pacte mondial ; il a également proposé les Objectifs du millénaire pour le développement à l'Assemblée générale et obtenu son accord. En 2005, John G. Ruggie a été nommé représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la question des droits de l'homme et des sociétés transnationales et autres entreprises. Sur une période de six ans, après avoir effectué des recherches, des consultations et un travail approfondi sur des projets pilotes, Professeur Ruggie a élaboré les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. Actuellement, il préside le conseil de deux organisations à but non lucratif : Institute for Human Rights and Business et Shift, Putting Principles into Practice. Il est aussi consultant principal dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises pour le cabinet d'avocats Foley Hoag LLP.

Au sujet de l'auteur

John G. Ruggie
Professeur en droits de l’homme et affaires internationales

Professeur Berthold Beitz en droits de l’homme et affaires internationales à la Harvard Kennedy School, ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la question des droits de l’homme et des sociétés transnationales et autres entreprises