La promotion du Droit International Humanitaire par le Comité International de la Croix-Rouge : Histoire et perspectives d'avenir

Faire connaître et respecter le droit international humanitaire applicable dans les conflits armés est un défi à l'heure de la mondialisation, de bouleversements géopolitiques, de menaces inédites sur la sécurité humaine, de nouvelles formes de violence et de révolutions technologiques, notamment dans le domaine de l'information. Cet article retrace l'histoire de la promotion du droit international humanitaire par le CICR de 1864 à nos jours, en la mettant en relation avec des évènements marquants dans les relations internationales et avec des expériences faites par l'Institution, parfois traumatisantes, qui ont suscité de sa part des initiatives originales. Il évoque des débats animés qui ont eu lieu au CICR sur des sujets tels que la place de l'éthique dans la promotion du droit international humanitaire, le respect de la diversité culturelle dans les formes de transmission du droit ou encore le degré d'attention à accorder à la jeunesse et la façon de l'aborder. En guise de conclusion, l'auteure partage avec le lecteur des réflexions personnelles sur la meilleure façon de promouvoir le droit international humanitaire demain, en tenant compte des enseignements de l'histoire.

Au sujet de l'auteur

Marion Harroff-Tavel
Conseillère politique du Comité international de la Croix-Rouge (CICR)

Marion Harroff-Tavel est titulaire d’un « Master of Arts in Law and Diplomacy » de la Fletcher School of Law and Diplomacy (Tufts University, États-Unis). Elle a une expérience de trente-quatre ans dans l’humanitaire, au sein du Comité international de la Croix-Rouge, où elle a occupé des postes de management et de recherche, avec un accent particulier, dans le domaine opérationnel, sur les conflits du Caucase et de l’Asie centrale. Elle était alors Déléguée générale adjointe pour cette région, dans le Département des Opérations. Au cours de son parcours professionnel, elle a également été Cheffe de la Division de Promotion du Droit international humanitaire, puis Directrice adjointe du Département du Droit international et de la Coopération au sein du Mouvement, qui supervisait cette activité. Les sept dernières années de son parcours au CICR ont été passées à analyser les tendances globales en matière de violence armée, avec l’aide d’un réseau de contacts dans les universités et centres stratégiques de recherche. Elle attirait alors l’attention de la Direction du CICR et de son Assemblée sur les défis émergents, en sa qualité de conseillère politique, responsable de l’analyse prospective des conflits.

S'inscrire à la newsletter