Questions/réponses du CICR et lexique sur l'accès humanitaire

02 septembre 2015

De nombreux pays sont le théâtre de conflits armés, internationaux ou non internationaux, engendrant d'insupportables souffrances parmi la population civile. En effet, les civils continuent d'être les premières victimes des violations du droit international humanitaire (DIH), que celles-ci soient commises par des États parties ou par des groupes armés non étatiques. Durant les hostilités, ces violations récurrentes englobent les attaques délibérées et indiscriminées contre des civils, la destruction d'infrastructures et de biens indispensables à leur survie, le déplacement forcé des populations civiles. Trop souvent, les civils sont privés de biens et de services essentiels, comme de la nourriture, de l'eau et des soins de santé.
La responsabilité première de la sécurité et du bien-être des populations civiles incombe aux États et aux parties au conflit. De plus, des organisations humanitaires impartiales, tel le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), peuvent offrir leurs services et être autorisées à mener des opérations de secours en faveur des victimes de conflits armés. Le rôle complémentaire de ces organisations est souvent crucial pour ceux qui sont affectés par des conflits armés.

S'inscrire à la newsletter