Violences sexuelles liées aux conflits et implications politiques des recherches récentes

Les universitaires s'intéressent de plus en plus aux différentes formes de violences sexuelles liées aux conflits, à leurs diverses causes ainsi qu'à l’utilisation très variée de ce type de violence par les organisations armées. Dans cet article, je résume dans un premier temps les recherches récentes sur l’utilisation variée des violences sexuelles liées aux conflits, en mettant en évidence les conclusions qui contredisent ou mettent à mal les croyances populaires. Suit une discussion sur les différentes interprétations de l’affirmation selon laquelle de telles violences font partie d’un continuum de violence entre paix et guerre. Après avoir analysé les récentes recherches sur les dynamiques internes des organisations armées, j’esquisse l’idée que le viol, en tant que phénomène généralisé, relève plutôt d’une pratique que d’une stratégie. Enfin, je propose, à la lueur des recherches récentes, quelques principes susceptibles d’orienter les programmes politiques en ce domaine.

Au sujet de l'auteur

Elisabeth Jean Wood
Professeur de sciences politiques

Elisabeth Jean Wood est professeur de sciences politiques à l’université de Yale, département d’études internationales et membre du corps professoral externe de l’Institut de Santa Fe et écrit actuellement un ouvrage sur les violences sexuelles en temps de guerre. Membre de l’Académie américaine des arts et des sciences, elle dispense un enseignement sur les politiques comparées, la violence politique, l’action collective ainsi que sur les méthodes de recherche qualitative.