Conflit en Irak (I)

RICR No 868

La guerre en Irak présente des défis pour toutes les parties prenantes, notamment pour les acteurs humanitaires. Dans ce volume de la Revue, divers auteurs examinent l'environnement socio-politique et humanitaire en Irak, tel qu'il se présente aujourd'hui, et évaluent l'impact du conflit sur le droit humanitaire et l'action humanitaire. Le numéro se divise en deux parties : la première (Irak I, édition de décembre 2007) comprend des articles qui tous traitent de l'environnement socio-politique et humanitaire, tandis que la seconde (Irak II, édition de mars 2008) traite du droit et de l'action humanitaires.

Il y a lieu d'espérer que les éclairages donnés par les divers auteurs sur ces questions contribueront à mieux appréhender la complexité de ce conflit et indiqueront des moyens permettant d'alléger la souffrance du peuple irakien.

Texte complet disponible uniquement en anglais.
Certains articles individuels ne sont disponibles qu'en anglais.

Table des matières

  • Éditorial - Conflit en Irak (I)

    L’Irak actuel correspond à l’ancienne Mésopotamie, berceau des civilisations et foyer de la célèbre culture sumérienne. Il y a un peu plus d’un millénaire, les califes abbassides dominaient l’une des plus grandes civilisations du monde où florissaient les arts, les sciences et les lettres. Il y a 30 ans encore, l’Irak était l’un des pays les plus riches de la région, son économie était prospère, sa population instruite et son système de soins de santé stable. Actuellement, le pays est largement dévasté. Dans les décennies à venir, l’Irak aura à payer le lourd tribut de la violence prolongée et du déclin économique. Même si le nombre de victimes occasionnées par le conflit commencé en 2003 peut être contesté, quelle que soit l’exactitude des chiffres, il ne fait aucun doute que des dizaines de milliers de personnes au moins ont été tuées et un nombre beaucoup plus élevé de personnes ont été blessées. La population a été terrorisée par les attaques perpétrées sans discrimination et par la prolifération de gangs criminels se livrant à des enlèvements, à des extorsions, à des vols et au pillage généralisé des biens publics. Par conséquent – et outre les effets directs de ces actes de terreur – les services de base (par exemple, soins de santé, éducation et services sociaux) ne sont guère fiables et bon nombre d’Irakiens vivent dans une pauvreté extrême. Il n’est donc pas surprenant qu'environ un Irakien sur cinq ait été déplacé à l’intérieur du pays ou ait fui le pays.
    Toni Pfanner, Ancien rédacteur en chef de la Revue internationale

  • Interview de Son Altesse Royale le Prince Hassan de Jordanie

    Dans son interview, son Altesse Royale le Prince El Hassan bin Talal a insisté sur la nécessité d’appliquer les principes humanitaires au conflit en Irak et a indiqué qu’il incombait à toutes les parties de rendre la justice et de respecter les droits de l’homme. Un des moyens d’assurer la défense des droits de l’homme consiste à établir un ordre humanitaire commun que le Prince nomme le « droit de la paix ». (en français)

  • Une nouvelle menace confessionnelle au Moyen-Orient ?

    Une résurgence chiite en Irak a provoqué une réaction brutale parmi les sunnites dans toute la région. Après avoir examiné les origines, les manifestations et les implications du schisme, l'auteur conclut que la bataille qui se livre dans la région oppose, pour l’essentiel, les États-Unis et l'Iran. L'action la plus efficace à long terme contre le sectarisme lui-même viendra probablement de contraintes systémiques, en l’occurrence des loyautés diverses qui, par un effet de contrepoids, empêchent toute primauté d’une allégeance unique, telle que l'appartenance religieuse.
    Joost Hiltermann, Directeur adjoint de programme

  • Ethnicité, fédéralisme et l’idée d’une citoyenneté confessionnelle en Irak : examen critique

    L’article porte sur le « paradigme ethnique » qui prévaut actuellement dans les analyses de l’histoire et de la politique irakiennes. Tout en reconnaissant la force des loyautés ethnique et confessionnelle dans le pays, l’article met en lumière trois indicateurs importants de la survivance d’un sentiment nationaliste irakien qui dépasse ces catégories ethno-confessionnelles. (Disponible uniquement en anglais)
    Reidar Visser, Research fellow

  • Les Kurdes, victimes et parties dans les conflits en Irak

    Après des décennies de combats et de souffrances, les Kurdes d’Irak ont acquis une certaine autonomie. Se fondant sur l’histoire des conflits et des alliances entre les Kurdes et leurs homologues à l’intérieur et à l’extérieur de l’Irak, les auteurs estiment que la région risque de connaître un avenir incertain. Un Irak fédéral et démocratique pourrait cependant offrir l’occasion unique d’un règlement pacifique de la question kurde en Irak – et d’une réconciliation nationale. (Disponible uniquement en anglais)
    Inga Rogg
    Hans Rimscha

  • L’islam comme référence des groupes politiques et sociaux en Irak

    Dans le contexte général de réislamisation des sociétés arabes, l’Irak occupe une position exceptionnelle du fait de l’occupation américaine et de l’absence d’un État viable. La reconstruction communautariste tentée sous l’égide américaine a suscité un repli communautaire généralisé où l’islam joue un rôle essentiel. Or, il semble bien qu’un islam sécularisé est susceptible d’alimenter des affrontements d’autant plus inexpiables que chacun a l’impression de lutter pour sa survie en tant que membre de sa communauté.
    Pierre-Jean Luizard, Chercheur

  • L’importance stratégique d’Internet pour les groupes d’opposition armés dans les conflits modernes

    L’article montre que les groupes engagés dans un djihad ont fait d’Internet leur principal moyen de communication avec le monde extérieur. En examinant plus particulièrement l’Irak, l’auteur indique qu’Internet ne sert pas à recruter pour le djihad, mais permet plutôt aux groupes d'opposition armés de gagner plus efficacement « les cœurs et les esprits » des musulmans à travers le monde. (Disponible uniquement en anglais)
    Wael Adhami

  • Les médias et l’Irak : bain de sang et déshumanisation abominable des Irakiens

    La fin du régime de Saddam Hussein a rouvert la voie à une forte activité médiatique mais l’insécurité dans laquelle travaillent les professionnels des médias a eu un coût humain élevé. De l’avis de l’auteur, les médias occidentaux voire arabes n’ont pas réellement tenté de s’intéresser à l’Irak sous son aspect humain. Les innombrables civils irakiens morts sont considérés comme de simples données statistiques. (Disponible uniquement en anglais)
    Daoud Kuttab, Journalist

  • La crise de la responsabilité professionnelle dans le journalisme irakien : éviter l’incitation à la violence et le conflit armé

    L’auteur soutient que les défis auxquels les journalistes font aujourd’hui face en Irak exigent d’eux qu’ils s’engagent professionnellement. Un code de conduite permettrait d’éviter les risques de glissement dans les implications des conflits armés sectaires et d’aider les journalistes à porter assistance aux victimes et à promouvoir un esprit de tolérance et de réconciliation en Irak. (Disponible uniquement en anglais)
    Ahmad Abdel Majid, Professor

  • Évaluer la tragédie humaine en Irak

    Avant de mettre en place un cadre d'action garantissant la sécurité des personnes face au chaos, il importe de comprendre et d’examiner l’instabilité et l’insécurité dans les zones de conflit. L’auteur analyse la tragédie humaine en Irak, qui, à ses yeux, dépasse tout entendement et il souligne la nécessité d’une réconciliation entre les différents groupes en Irak. (Disponible uniquement en anglais)
    Ekmeleddin İhsanoğlu, Secretary-General

  • Incidences humanitaires des guerres en Irak

    On pourrait décrire la situation actuelle en Irak comme une « guerre contre les civils ». Au-delà des victimes directes du conflit, l’article traite des difficultés quotidiennes auxquels est confrontée la société irakienne et en particulier de l’insécurité sur le plan du logement, de l’éducation et de soins de santé. L’expulsion forcée de nombreux Irakiens demeure toutefois le problème majeur qui menace la cohésion de base au sein de la société irakienne. (Disponible uniquement en anglais)
    Nasir Ahmed Al Samaraie, Former ambassador

  • Estimation du nombre de victimes civiles irakiennes pendant la guerre

    Une estimation fiable et valable du nombre de civils tués à cause de la guerre est difficile. L’article examine le cadre utilisé pour étudier l'impact de la guerre sur les civils, analyse les problèmes posés par chaque méthode statistique adoptée pour évaluer le nombre de victimes parmi les civils, et propose d’autres méthodes d’évaluation du nombre de civils irakiens morts après la cessation des combats. (Disponible uniquement en anglais)
    Beth Osborne Daponte, Ph.D., Senior research scholar