À l'intention des auteurs

Appel à contribution pour le Sahel, la date limite est fixée au 31 janvier 2020

Sur le plan étymologique, le mot « Sahel » vient de l'arabe et signifie « la côte » ou « le rivage ». Historiquement, la région du Sahel est un carrefour commercial international, caractérisé, jusqu'à récemment, par la libre-circulation des personnes. Mais les mesures répressives résultant du changement des politiques migratoires des pays européens ont fortement freiné la mobilité des populations. De plus, la région est déstabilisée par l'insécurité qui est notamment due aux conflits armés qui durent, aux autres situations de violence et à la criminalité transnationale. Ces éléments sont exacerbés par les effets dévastateurs du changement climatique. Des millions de familles dans cette région se trouvent prises au piège de multiples crises qui se superposent.

L'insécurité est étroitement liée à une immense pauvreté ainsi qu'aux difficultés économiques et de développement. Selon une étude de 2017 portant sur la société civile malienne, le chômage est considéré comme l'une des sources les plus importantes d'insécurité. Le taux très élevé de chômage devrait encore empirer. Trois quarts de la population de la région ont moins de 35 ans et la population devrait doubler dans les 30 prochaines années. Par ailleurs, le changement climatique entraine une diminution des terres arables et les réserves d'eau sont de plus en plus limitées. Les moyens de subsistance de millions de personnes sont compromis en raison de récoltes insuffisantes et d'un manque de nourriture pour le bétail.

Dans cette zone aux frontières poreuses, les menaces sont de plus en plus traitées sur un plan régional. Le G5 Sahel, créé en 2014, est un cadre pour la coopération régionale entre la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad. Créée en 2017, la Force conjointe du G5 Sahel, fortement soutenue, entre autres, par la France et l'Allemagne, vise avant tout à combattre le terrorisme mais aussi le crime organisé, en particulier le trafic de drogue et la traite d'êtres humains. L'usage de la force par la Force conjointe du G5 Sahel pose des questions juridiques considérables du fait de la dualité de sa mission, entre le maintien de l'ordre et le combat.

Ce numéro de la Revue analysera les défis colossaux et étroitement liés auxquels la région du Sahel est confrontée et les mesures mises en place pour y remédier. En effet, le Sahel représente un véritable microcosme où se concentrent tous les problèmes engendrés par les conflits armés, partout dans le monde. Au-delà de ces défis, le Sahel jouit aussi d'un fort potentiel, en raison notamment de l'engagement citoyen profond dont font preuve les sociétés civiles qui se sont mobilisées afin de mettre en place des mesures pour la paix, le développement et la déradicalisation.

La Revue mettra en lumière l'organisation et la capacité de résilience des populations locales en privilégiant les contributions d'auteurs issus de la région. Les contributions en français sont encouragées.
Les auteurs sont invités à soumettre leur contribution au comité éditorial de la Revue, de préférence en format Word, à l'adresse : review@icrc.org.

La date limite est fixée au 31 janvier 2020

Lignes directrices pour les auteurs

La Revue internationale de la Croix-Rouge sollicite des articles sur des sujets relatifs au droit international humanitaire, à la politique et à l'action humanitaires, à condition que ces articles n'aient pas déjà été publiés, soumis ou acceptés par un autre éditeur.
Toutes les contributions font l'objet d'un examen collégial et anonyme. L'équipe éditoriale ne peut donc pas garantir la publication des articles qui lui sont soumis spontanément ou qu'elle a sollicités.
Ensuite, l'équipe éditoriale prend en compte ces commentaires et décide d'accepter, de rejeter ou de faire réviser le texte. L'auteur est, en principe, avisé de cette décision dans les 2 mois suivant la réception du manuscrit.
En raison du grand nombre de contributions spontanées que la Revue reçoit, ce délai ne peut qu'être indicatif.

Où soumettre les manuscrits ?

Les manuscrits peuvent être soumis par courriel (en pièce jointe au format word) à l'attention du rédacteur en chef de la Revue, Vincent Bernard, à l'adresse : review@icrc.org.

Langues

Les articles peuvent être soumis en Anglais, en Arabe, en Chinois, en Espagnol, en Français ou en Russe. La Revue traduira les articles sélectionnés en Anglais.

 

Recensions

La Revue accueille les recensions d'ouvrages les plus importants en droit international humanitaire, politique humanitaire ou action humanitaire.
Les éditeurs sont aussi les bienvenus pour présenter leurs nouvelles publications à la Revue.

Merci d'adresser toutes les propositions de recensions au responsable des critiques de livre : Jamie A. Williamson, à l'adresse suivante : review@icrc.org.

Télécharger les lignes directrices pour les recensions (en Anglais seulement)