• Envoyer
  • Imprimer

Fonds de l’Impératrice Shôken : 102e cérémonie d’attribution des dons

11-04-2014 Éclairage

Créé pour encourager les activités de secours en temps de paix, le Fonds de l’Impératrice Shôken a reçu cette année de nombreuses candidatures de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Il a aujourd’hui le plaisir d’annoncer son soutien à six projets visant à répondre aux vulnérabilités locales, à savoir les projets de la Croix-Rouge chilienne, de la Croix-Rouge du Honduras, du Croissant-Rouge comorien, de la Société du Croissant-Rouge égyptien, de la Croix-Rouge de Serbie et de la Croix-Rouge irlandaise. Cette année, le Fonds alloue un montant total de 105 000 francs suisses.

Au Honduras, 70 pour cent de la population a moins de 30 ans. 

Au Honduras, 70 pour cent de la population a moins de 30 ans.
© IFRC

Les projets sélectionnés s’inscrivent dans des approches innovantes destinées à atteindre les minorités vulnérables et à adapter les services aux contextes locaux. Les Sociétés nationales primées témoignent d’un solide engagement envers la mise en œuvre de leurs projets, qui visent des résultats durables.

Le Chili compte plus de deux millions de personnes « autrement capables » (atteintes par exemple d’autisme ou des syndromes de Down ou d’Asperger). Pourtant, très peu de possibilités sont prévues pour permettre à ces personnes de participer à des projets professionnels ou sociaux. Avec le don du Fonds de l’Impératrice Shôken, la Croix-Rouge chilienne entend créer un projet professionnel inclusif (un service de restauration) en s’appuyant sur son réseau de volontaires de la Croix-Rouge, en travaillant en coopération avec des centres professionnels et des personnes soutenant ces groupes vulnérables et en associant les entreprises du secteur privé (par l’intermédiaire de leurs départements chargés de la responsabilité sociale). De cette manière, la Société nationale vise à promouvoir des attitudes et des stratégies positives pour exploiter les aptitudes et les talents des personnes « autrement capables ». Elle mettra ainsi en place un service de restauration créateur de revenus qui fera participer activement ces personnes et permettra de les associer durablement à l’action des sections locales de la Croix-Rouge.

Au Honduras, les jeunes (moins de 30 ans) représentent 70 % de la population. Le contexte socio-économique national est fortement miné par la pauvreté, les inégalités sociales et la détérioration de la qualité de vie. La violence des jeunes est un problème généralisé lié aux associations illicites et aux gangs de jeunes. De ce fait, les jeunes sont affublés d’une étiquette, sont discriminés et sont victimes de violences émotionnelles et physiques. Au travers du projet sélectionné, la Croix-Rouge du Honduras souhaite accroître son impact sur les groupes vulnérables en s’employant à promouvoir le respect de la dignité humaine et le changement de comportements. La Société nationale s’appuiera sur l’expérience qu’elle a accumulée dans le cadre du projet « Étendre les possibilités » destiné à la jeunesse, qu’elle conjuguera à l’approche « Les jeunes en tant qu’agents du changement de comportements » pour diffuser les valeurs et les principes humanitaires de la Croix-Rouge. Ce faisant, elle vise à réduire les facteurs de risque parmi les jeunes vulnérables.

Aux Comores, 70 % des 12 500 volontaires de la Société nationale ont moins de 30 ans. Leur engagement, leur motivation et leur disponibilité projettent une image positive pour la Société nationale. Malheureusement, en raison du manque d’initiatives et d’activités, certains d’entre eux quittent l’organisation. Avec le soutien du Fonds de l’Impératrice Shôken, le Croissant-Rouge comorien vise à favoriser la mobilisation de volontaires dans tout le pays (sur les trois îles) en formant de jeunes responsables et coordonnateurs pour qu’ils puissent créer des clubs de jeunes locaux et organiser des activités Jeunesse autonomes.

En Égypte, la Société du Croissant-Rouge égyptien vise à s’établir comme l’organisme de référence du pays pour ce qui a trait aux premiers secours. Le projet sélectionné repose sur les compétences et les capacités de la Société nationale pour permettre à celle-ci d’atteindre un groupe spécifique de personnes vulnérables, comme les personnes sourdes-muettes. Le Croissant-Rouge égyptien entend enseigner la langue des signes à ses volontaires et former des personnes sourdes-muettes aux premiers secours pour les associer davantage à ses programmes et à ses services.

En Serbie, la Croix-Rouge de Serbie est chargée de la mise en œuvre du projet national de lutte contre la traite des êtres humains. Dans le cadre de ce projet, il est nécessaire d’atteindre des groupes particulièrement vulnérables comme les enfants et les jeunes, les personnes vivant avec un handicap et les enfants privés de protection parentale. Le don provenant du Fonds de l’Impératrice Shôken permettra à la Société nationale d’exploiter ses capacités existantes pour former des éducateurs parmi les volontaires de la Croix-Rouge dans 20 municipalités. Ces derniers organiseront ensuite des réunions et des ateliers interactifs dans les jardins d’enfants et les écoles primaires et secondaires pour sensibiliser les enfants et les jeunes et empêcher qu’ils ne soient victimes des réseaux de traite d’êtres humains.

L’Irlande est le premier pays au monde où, dans des prisons, la Société nationale est à l’origine d’un programme de premiers secours et de soins de santé à base communautaire mis en œuvre par des volontaires de la Croix-Rouge au statut particulier puisqu’il s’agit de détenus. Cette année, le don du Fonds de l’Impératrice Shôken permettra à la Croix-Rouge irlandaise d’étendre ce programme à la prison de Limerick.

Le Fonds de l’Impératrice Shôken a été créé en 1912 par sa Majesté l’Impératrice du Japon à la IXe Conférence internationale de la Croix-Rouge afin de promouvoir les « œuvres de secours en temps de paix ». Il est administré par une Commission paritaire constituée de représentants de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du Comité international de la Croix-Rouge. La Commission paritaire entretient des contacts réguliers avec la Mission permanente du Japon à Genève, en étroite coopération avec la Société de la Croix-Rouge du Japon et l’Institut de recherche du Meiji Jingu.

Le Fonds s’élève actuellement à 14 millions de francs suisses, et ses revenus sont utilisés pour soutenir des projets mis sur pied par les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin de répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables. Les allocations sont traditionnellement accordées le 11 avril, jour anniversaire du décès de sa Majesté l’Impératrice Shôken. Les premières allocations ont été octroyées en 1921, juste après la Première Guerre mondiale, à cinq Sociétés nationales européennes pour soutenir la lutte contre la tuberculose. À ce jour, le Fonds a apporté un soutien à plus de 150 Sociétés nationales.

Bien que n’intervenant pas directement dans l’administration du Fonds de l’Impératrice Shôken, la famille impériale, le gouvernement japonais, la Société de la Croix-Rouge du Japon et la population japonaise tiennent le Fonds en haute estime et honorent la générosité de l’Impératrice par des contributions régulières au Fonds.


Rubriques associées