• Envoyer
  • Imprimer

Nigéria : des dizaines de milliers de personnes subissent les conséquences du conflit armé

05-02-2014 Point sur les activités

Au Nigéria, les personnes qui subissent les effets du conflit armé peinent à pourvoir à leurs besoins essentiels. Face à cette situation, le CICR, en coopération avec la Croix-Rouge du Nigéria, a fourni une assistance à quelque 40 000 déplacés et autres personnes vulnérables. L’institution a en outre obtenu un accès plus large aux lieux de détention.

« Ces derniers mois, la violence, l’insécurité et le climat d’inquiétude croissant ont poussé des dizaines de milliers de personnes à fuir le conflit qui fait rage dans le nord-est du pays », indique Zoran Jovanovic, chef de la délégation du CICR au Nigéria. « Des milliers de personnes ont en outre été blessées et des centaines d’autres tuées ». Les personnes déplacées ont cherché refuge ailleurs dans le pays, ou encore au Niger, au Cameroun ou au Tchad.
 

« Dans cette région, la pénurie d’abris, de nourriture, d’eau, de vêtements et de services de santé s’est aggravée », précise M. Jovanovic. Une des conséquences directes du conflit a été la flambée des prix des aliments et leur raréfaction, en particulier dans les zones limitrophes des pays voisins. « La situation très précaire sur le plan de la sécurité et les perturbations touchant les voies et moyens de communication font que les gens ont toujours davantage de difficulté à maintenir le contact avec leurs proches, compliquant par ailleurs la fourniture de l’assistance », a-t-il encore précisé.

Fourniture de biens de première nécessité dans le nord-est

Depuis août 2013, plus de 18 000 personnes subissant les conséquences du conflit dans l’État de Borno, dans le nord-est du pays, ont reçu du matériel pour la construction d’abris, des moustiquaires, des couvertures, des articles d’hygiène et ménagers de première nécessité ; cette assistance leur a été distribuée en coopération avec la Croix-Rouge du Nigéria. Environ 45 % des bénéficiaires étaient des femmes, la plupart veuves ou âgées.

Quelque 250 femmes ayant récemment perdu leur mari à cause du conflit dans l’État de Borno reçoivent aussi des rations alimentaires pour un mois. « Ces femmes se sont retrouvées du jour au lendemain à la tête de leur foyer. Elles recevront une assistance alimentaire pendant six mois, ce qui leur permettra d’économiser un peu d’argent pour entreprendre une activité commerciale », explique Ruth Muriungi, déléguée du CICR responsable du programme. Pas moins de 1 500 personnes vivant dans les régions de Maiduguri et Jere mangent aujourd’hui plus et mieux, grâce au programme mis en place avec l’aide d’une association regroupant les veuves de Borno. « Grâce à cette initiative, les six personnes que compte notre famille ont pu passer d’un à trois repas par jour », se réjouit Hadiza, une de ces veuves habitant Jere. « Si Dieu le veut, je pourrai bientôt commencer à vendre des denrées au marché. »

Aide d’urgence au lendemain des violences intercommunautaires

Pendant ce temps, les États de Kaduna, du Plateau, de Nassarawa et de Benue, dans le centre du pays, ont été régulièrement le théâtre de violences intercommunautaires motivées par l’accès à la terre et à d’autres ressources. Des milliers de personnes ont été déplacées, et des centaines tuées ou blessées.

En 2013, quelque 20 000 personnes touchées par la violence dans les États du Plateau et de Kaduna ont reçu des vivres, du matériel pour la construction d’abris, des ustensiles de cuisine et des articles d’hygiène, qui leur ont été distribués en coopération avec la Croix-Rouge du Nigéria. En outre, des ingénieurs du CICR ont remis en état les systèmes de distribution d’eau afin d’améliorer l’accès à l’eau potable des villages de Riyom et Wase, ainsi que de cinq structures médicales des deux États. « Notre établissement n’avait pas d’eau courante depuis plus de dix ans », indique Hajia Khadijat, employée d’un dispensaire géré par la Fédération des associations des femmes musulmanes. « Nous n’avions pas les moyens de payer les factures, et les tuyauteries s’étaient détériorées. Grâce aux travaux et aux nouvelles installations, nous avons de nouveau de l’eau aux robinets. »

Dans l’État méridional du Delta, la criminalité est en augmentation, et on assiste constamment à des affrontements entre communautés. En raison de la détérioration de la situation de sécurité ces dernières années, les communautés isolées vivant dans les régions riveraines du Niger ont toujours davantage de difficultés à accéder aux soins de santé.

Progrès en matière de visite des lieux de détention

Depuis février 2013, en accord avec les autorités nigérianes, le CICR visite des détenus dans 15 stations de police et six prisons dans tout le pays. Des visites – dont le but est d’observer les conditions de vies des détenus et le traitement qui leur est réservé – ont eu lieu à plusieurs reprises, conformément aux modalités habituelles du CICR. Celles-ci prévoient notamment des discussions avec les autorités détentrices, l’accès à tous les locaux et des entretiens sans témoin avec les détenus.

En janvier 2014, des délégués du CICR ont visité pour la première fois des personnes détenues par l’armée nigériane à Maiduguri, capitale de l’État de Borno. Au cours des mois qui ont précédé cette visite, le CICR avait négocié l’accès à ces détenus avec les autorités nigérianes. « À l’issue de nos visites dans les lieux de détention, nous faisons part confidentiellement de nos constatations aux autorités concernées », précise Monique Crettol, de la délégation du CICR au Nigéria.

Informations complémentaires :
Aleksandra Matijevic Mosimann, CICR Abuja, tél. : +234 703 595 4168
Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Genève, tél. : +41 79 244 64 05
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17


Photos

Des collaborateurs de la Croix-Rouge du Nigéria aident une femme déplacée à équilibrer sur sa tête le matériel de literie qu’elle a reçu lors d’une distribution de secours effectuée par le CICR et la Croix-Rouge du Nigéria.  

État de Kaduna, sud du Nigéria, septembre 2013.
Des collaborateurs de la Croix-Rouge du Nigéria aident une femme déplacée à équilibrer sur sa tête le matériel de literie qu’elle a reçu lors d’une distribution de secours effectuée par le CICR et la Croix-Rouge du Nigéria. Quelque 6 000 personnes ayant trouvé refuge dans les districts de Jama’a et de Kaura en ont bénéficié.
© CICR / A. Kalonji Ditunga

Des personnes déplacées reçoivent des secours de première nécessité dans le cadre d’une opération menée conjointement par le CICR et la Croix-Rouge du Nigéria. 

État de Kaduna, sud du Nigéria, septembre 2013.
Des personnes déplacées reçoivent des secours de première nécessité dans le cadre d’une opération menée conjointement par le CICR et la Croix-Rouge du Nigéria.
© CICR / A. Kalonji Ditunga

Une femme déplacée quitte le lieu de distribution du CICR et de la Croix-Rouge du Nigéria avec du matériel de literie et d’autres secours. 

État de Kaduna, sud du Nigéria, septembre 2013.
Une femme déplacée quitte le lieu de distribution du CICR et de la Croix-Rouge du Nigéria avec du matériel de literie et d’autres secours. Dans l’État de Kaduna, des milliers de personnes ont dû quitter leur foyer à cause d’affrontements intercommunautaires, abandonnant tout derrière elles.
© CICR / A. Kalonji Ditunga