Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Syrie : appel urgent aux parties au conflit pour qu’elles respectent les civils

26-11-2012 Communiqué de presse 12/230

Genève/Damas (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) reste alarmé de la manière dont les parties au conflit en Syrie conduisent les hostilités. « Les parties impliquées dans les combats font peu de cas du sort de la population », a déclaré Pierre Krähenbühl, directeur des opérations du CICR.

« Près de vingt mois de combats incessants ont provoqué une destruction massive, le déplacement de familles entières, faisant des milliers de victimes et de réfugiés, et privant un nombre toujours croissant de civils de biens de première nécessité, notamment de vivres, d’eau et de soins médicaux », a poursuivi Krähenbühl. La situation humanitaire en Syrie se détériore de jour en jour et les besoins des habitants ne cessent d’augmenter.

« Alors que les affrontements armés s’intensifient et font un grand nombre de victimes civiles, nous appelons fermement toutes les parties impliquées dans les combats à prendre immédiatement des mesures pour se conformer pleinement aux règles et principes du droit international humanitaire, connu sous le nom de droit des conflits armés », a-t-il précisé. Ces règles et principes s'appliquent à toutes les parties au conflit armé en Syrie, et imposent des restrictions sur les moyens et méthodes de guerre que les parties au conflit peuvent utiliser. Le CICR leur a maintes fois rappelé qu’elles doivent en tout temps faire la distinction entre civils et personnes participant directement aux combats.

Les familles touchées sont en proie à la douleur et au désespoir tandis que l'insécurité et l'incertitude générale grandissent quant à leur avenir. Les mécanismes de subsistance sont  enrayés, les normes de santé ont baissé, les aliments de base sont plus difficiles à obtenir et de nombreux enfants ne vont plus à l'école. De nombreux  espaces publics sont transformés en abris de fortune. Au cours des derniers mois, des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants ont fui leurs maisons à cause du conflit. Bon nombre ont dû franchir les frontières nationales en quête de sécurité, et ont trouvé refuge dans les pays voisins.

Le CICR rappelle que les attaques ne peuvent viser que des objectifs militaires, et non des civils ou des biens de caractère civil (maisons, écoles, structures médicales et véhicules sanitaires, abris communautaires ou lieux de culte). Le droit international humanitaire dispose également que la population civile et ceux qui ne prennent pas (ou plus) part aux hostilités doivent être protégés, tels les malades, les blessés et les personnes qui ont été détenues, et qui doivent être traités avec dignité en tout temps.

« À un moment où les besoins humanitaires sont de plus en plus pressants, le CICR rappelle une fois de plus à tous les porteurs d'armes qu’ils doivent  respecter le personnel des organisations humanitaires », a ajouté M. Krähenbühl. La dure réalité est que six volontaires du Croissant-Rouge arabe syrien ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions depuis le début de la violence. « L'objectif du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge est d'apporter des secours vitaux aux personnes dans le besoin, dans une totale neutralité et impartialité », a souligné M. Krähenbühl. Le personnel médical travaille dans des conditions extrêmes sans être épargné par les combats. Tout le monde doit respecter et faciliter le travail du personnel de santé en tout temps et toutes les parties doivent respecter les emblèmes de la croix rouge et du croissant rouge.

Informations complémentaires :
Rabab Al-Rifaï, CICR Damas, tél. : +963 993 700 847 ou +963 11 331 0476
Cecilia Goin, CICR Beirouth, tél. : +963 930 177 746 ou+9617 180 2323
Alexis Heeb, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 72 ou +41 79 218 76 10