Cameroun : campagne de vaccination de 1 000 000 de petits ruminants

Interview d'Alioune Soumano, chirurgien vétérinaire au CICR

03 août 2018
Cameroun : campagne de vaccination de 1 000 000 de petits ruminants
Alioune Soumano, Délégué vétérinaire. CC BY-NC-ND / CICR / Alex L. Mbah

En juin 2018, le Comité international de la Croix-Rouge a initié, en appui aux autorités camerounaises, une campagne de vaccination de bétail à l'Extrême-Nord du Cameroun. Dans cette région, le secteur de l'élevage a en effet été particulièrement touché par la dégradation de la situation humanitaire et économique suite au conflit autour du Lac Tchad. Alioune Soumano, délégué vétérinaire basé à Kousseri depuis février 2018, est en charge de la campagne de vaccination. Titulaire d'un master en contrôle des maladies animales tropicales, Alioune travaille pour le CICR depuis 6 ans.

Quels sont les objectifs de cette campagne et quelle en sera la durée ?

Effectivement, nous avons débuté en juin une campagne de déparasitage et de vaccination contre la peste des petits ruminants (PPR) qui cible près de 1 000 000 de têtes d'animaux sur une durée de 4 à 6 semaines. Le vaccin monovalent contre la peste des petits ruminants protège les animaux contre cette maladie incurable.

Combien d'éleveurs bénéficieront de ce service ?

Nous ciblons tous les villages situés dans les 13 arrondissements des départements du Logone-et-Chari et du Mayo-Sava dans la région de l'Extrême-Nord. Cette opération touchera environ 47 850 ménages d'éleveurs.

Quels sont les objectifs visés par le CICR dans le cadre de ce projet ?

Dans le cadre de ce projet, nous visons les objectifs suivants:

  •  Préserver les moyens d'existence des ménages d'éleveurs vulnérables dans ces zones d'intervention.
  •  Soutenir la politique nationale du Cameroun visant à l'éradication de la peste des petits ruminants.

Quels sont les différents acteurs et partenaires impliqués dans la réalisation dudit projet ?

Pour cette campagne, nous travaillons avec: le Ministère de l'élevage des pêches et industries animales (MINEPIA), la Direction des services vétérinaires, la Délégation régionale du MINEPIA de l'Extrême-Nord, ainsi que les délégations départementales du Logone-et-Chari et du Mayo-Sava

 

Vaccination d'un petit ruminant à Goulfey - Extrême-Nord - Cameroun CC BY-NC-ND / CICR / Alex L. Mbah

 Vaccination d'un petit ruminant à Goulfey - Extrême-Nord - Cameroun. CC BY-NC-ND / CICR / Alex L. Mbah


Quelles sont les actions mises en place pour assurer la réalisation de cette campagne ?

Les actions mises en œuvre dans le cadre de la campagne sont les suivantes:

  • signature d'un protocole d'accord avec le Ministère de l'élevage des pêches et industries animales,
  • élaboration conjointe d'un plan d'action et mise en place de 61 équipes de vaccination,
  • achat et mise à disposition des intrants pour la campagne de vaccination (vaccins, diluants, déparasitant, matériels de vaccination et de protection sanitaire, etc),
  • formation des équipes de vaccination,
  • prise en charge des frais logistiques liés à la vaccination et des primes des agents vaccinateurs,
  • supervision conjointe avec le MINEPIA de la vaccination sur le terrain,
  • remise de certificats de vaccination pour les animaux vaccinés.

Un mot sur d'autres activités en cours ou en projet pour cette année ?

Il est intéressant de noter que toutes les équipes de vaccination sont dotés de kits de médicaments. Grâce à ces kits, elles peuvent traiter en masse les animaux malades rencontrés dans les villages pendant les séances de vaccination.
Aussi, nous prévoyons de construire deux parcs de vaccination modernes ainsi que deux puits pastoraux cette année. Notre objectif est d'améliorer les conditions zootechniques des animaux dans la zone d'intervention.

Pour quelles raisons le CICR s'emploie-t-il à mettre en place de tels projets ?

Depuis 2014, la population de la région de l'Extrême-Nord, et particulièrement les départements du Logone-et-Chari et du Mayo Sava, est gravement affectée par les conséquences du conflit autour du Lac Tchad. L'élevage, qui constitue une activité économique importante dans cette région, a été particulièrement touché. Ces projets visent ainsi essentiellement à renforcer la résilience des populations les plus vulnérables, et soutenir leur relèvement.

Quelques chiffres sur l'action du CICR en matière d'assistance économique depuis le début de l'année 2018

De janvier à juin 2018, le CICR a distribué :
  • Plus de 4 000 outils agricoles à près de 800 ménages dans les arrondissements de Mora, Kolofata, Makary, Logone-Birni et Fotokol;
  • Près de 200 tonnes de semences (maïs, niébé, sorgho, riz et gombo) et plus de 700 tonnes d'engrais (NPK) en faveur de près de 10 000 ménages, dont 660 ménages déplacés;
  • Plus de 1 000 tonnes de vivres (riz, niébé, CSB, huile et sel iodé) en faveur de plus de 14 000 ménages dont près de 5 000 déplacés et retournés.
  • Effectué des transferts monétaires pour un total de plus de 184 millions de FCFA en faveur de plus de 2800 ménages déplacés.