Chine : des militaires étudient comment assurer un meilleur respect du droit de la guerre

22 septembre 2014
Chine : des militaires étudient comment assurer un meilleur respect du droit de la guerre

Beijing/Genève (CICR) – Des officiers supérieurs de 57 pays participeront à l’atelier pour officiers supérieurs sur les règles internationales régissant les opérations militaires (SWIRMO) 2014, qui se tiendra à Xi'an, en Chine, du 22 au 27 septembre. L'atelier sera organisé conjointement par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'Armée populaire de libération de Chine.

« SWIRMO 2014 offre aux militaires de haut rang l’occasion unique d’échanger leurs expériences avec leurs pairs sur les défis en matière d’application du droit régissant les opérations militaires », déclare Yves Sandoz, membre de l’Assemblée du CICR, qui ouvrira officiellement l'atelier. « Au moyen d’études de cas pratiques et d’outils de formation virtuelle, les participants apprendront des moyens efficaces pour améliorer le respect du droit. Je suis particulièrement heureux que l'atelier cette année en Chine, parce que le CICR souhaite y étendre son dialogue sur les questions humanitaires d’intérêt commun ».

Pour Yan Jun, secrétaire général adjoint du département de politique générale de l'Armée populaire de libération populaire de Chine, la Croix-Rouge sert une cause noble et grande. Le CICR contribue très utilement à l'aide humanitaire et à la promotion de l'esprit humanitaire, de la paix et du développement. L'Armée populaire de libération de Chine diffuse activement le droit des conflits armés, et met en pratique l'esprit humanitaire préconisé dans les Conventions de Genève, qui connaissent un vif succès dans le monde entier. Aujourd'hui, le droit des conflits armés est confronté à de nombreux défis, il est donc capital que les pays améliorent la communication sur ce sujet. L’Armée populaire de libération de Chine espère continuer à améliorer la communication et la coopération avec le CICR, et contribuer davantage à la cause humanitaire internationale », ajoute Yan Jun.

Dans un exercice de brigade fondé sur un scénario soutenu par l'imagerie virtuelle du champ de bataille, les participants auront pour mission de libérer une île sous contrôle de l'ennemi tout en respectant le droit de la guerre. « Obéir à la loi ne fait pas obstacle à l'accomplissement d'une mission », précise M. Sandoz. « La loi énonce des principes importants qui doivent être intégrés dans les processus de prise de décisions militaires. Les exercices de simulation de la vie réelle qui auront lieu cette semaine devraient montrer comment le fait d’accorder l'attention voulue à ces préoccupations juridiques peut devenir une seconde nature pour des commandants militaires ».

L’atelier SWIRMO 2014 portera principalement sur la nécessité de prendre en considération le droit international humanitaire (DIH) lors de la planification et la conduite des opérations militaires – en particulier dans le processus de décisions lors des missions de combat et des missions de maintien de l’ordre – et de veiller à ce que le DIH fasse partie intégrante de la doctrine militaire et soit incorporé dans les programmes de formation militaire, dans les entraînements sur le terrain et dans les systèmes de discipline. Le but est d’encourager un comportement respectueux du droit dans l’ensemble des opérations militaires.

Chaque année, le CICR s’associe aux forces armées d'un pays choisi pour l’organisation de SWIRMO afin de développer une meilleure compréhension des questions juridiques internationales les plus urgentes. La Suisse a coorganisé les éditions 2007, 2008 et 2010 de l’atelier, la France était coorganisatrice en 2009. L'atelier s’est tenu pour la première fois hors d'Europe en 2011, l'Afrique du Sud étant coorganisatrice, puis en Malaisie en 2012. L'an dernier, l'atelier s’est tenu à Carthagène des Indes, Colombie.
 

Informations complémentaires :
Ewan Watson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 33 45 ou +41 79 244 64 70