Commentaire du CICR sur le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

06 juillet 2017

Les déplacements massifs et dramatiques de migrants et de réfugiés ont suscité des réactions mitigées dans le monde ces dernières années.

Des manifestations de solidarité et des mobilisations sociales importantes ont alterné avec des démonstrations agressives d'attitudes anti-immigration et un profond malaise politique. Le coût humain de la migration et de certaines politiques migratoires est apparu de manière de plus en plus claire.

C'est dans ce contexte que l'Assemblée générale des Nations Unies a organisé une réunion de haut niveau sur les déplacements massifs de réfugiés et de migrants. La Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants a été adoptée à New York le 19 septembre 2016 par 193 États. Ce document ouvre la voie vers l'adoption de deux pactes mondiaux en 2018 : le premier sur les réfugiés, le second sur des migrations sûres, ordonnées et régulières.

De par les activités humanitaires qu’il mène en leur faveur des migrants dans de nombreuses régions du globe, le CICR a une expérience directe des difficultés et des souffrances auxquelles les migrants sont confrontés. C’est pourquoi, nous suivons de près le développement des deux pactes et prions instamment les États à adopter trois engagements concrets dans le pacte sur les migrations :

1. Ne pas baisser la barre – les États doivent respecter leurs obligations au regard du droit international et veiller à ce que leur législation nationale et leurs procédures internes prévoient des garanties suffisantes pour protéger la sécurité et la dignité des migrants.

2. Prendre en considération les besoins des migrants en matière d'assistance et de protection – leurs besoins doivent être des facteurs déterminants pour orienter les réponses nationales et internationales.

3. Prévenir les déplacements forcés dans les conflits armés et autres situations de violence – assurer un meilleur respect des normes applicables et redoubler d'efforts pour prévenir et résoudre ces situations qui sont souvent les causes profondes des déplacements forcés.

 

Dans le cadre de ces engagements, le CICR appelle les États à porter une attention particulière au principe de non-refoulement, au recours à la force, aux séparations des familles, aux enfants non accompagnés, aux personnes disparues, à la détention des migrants, et aux migrants pris dans des conflits armés.

Texte complet en PDF :

Commentaire du CICR sur le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

S'inscrire à la newsletter