Haïti : de l'eau à Cité Soleil

  • Cité Soleil, grand quartier populaire de Port-au-Prince, se relève à peine des années de violencedurant lesquelles même les services de bases n'étaient plus assurés en raison de l'insécurité qui sévissait dans le quartier.
    © ICRC / G. Guidotti
  • Les services d'eau et assainissement n'étaient plus assurés. Ce terrain vague avait été inondé par les eaux de pluies devenues stagnantes faute de réseau d'évacuation.
    © ICRC / D. Révol / ht-d-00035
  • Le réseau d’approvisionnement en eau potable se trouvait dans un état de dégradation avancée faute d'entretien, notamment à cause de l'insécurité. Les habitants de Cité Soleil prenaient de grands risques en parcourant de longs trajets pour s'approvisionner en eau.
    © ICRC
  • Le CICR est intervenu dès 2005, avec l'objectif de rétablir un accès à l'eau régulier pour les habitants du quartier.
    © ICRC
  • 2007. Des résidents de Cité Soleil viennent s’approvisionner en eau à l'une des fontaines réhabilitées par le CICR.
    © ICRC
  • Les infrastructures du réseau d’eau de Cité Soleil ont été endommagées par le tremblement de terre de janvier 2010. Le CICR est intervenu pour réparer les nombreuses fuites et remettre en état plusieurs points de distribution d'eau.
    © ICRC / M. Kokic
  • 2011. Travaux d’aménagement et d’équipement d’une des quatre stations de pompage de Cité Soleil. Aujourd'hui, 4 stations de pompage ont été réhabilitées. Elles approvisionneront en eau non seulement les habitants de Cité Soleil, mais aussi une partie de la ville de Port-au-Prince.
    © ICRC
  • Actuellement 37 kiosques de distribution d'eau sur 53 ont été réhabilités et sont en service. Les habitants de Cité Soleil bénéficient en moyenne de 15 litres d'eau potable par personne et par jour à un prix très abordable. Le service d'exploitation de l'eau a été totalement repris en charge par les autorités.
    © ICRC / J. Charles / ht-e-00665
11 janvier 2013

Cité Soleil, dont la très grande majorité de la population vit dans une extrême pauvreté, a été abandonnée par les services publics entre 2004 et 2007 en raison de l'insécurité. Les services de base, dont l'approvisionnement en eau et l'assainissement, n'y étaient plus assurés. En 2005 le CICR s'était engagé à réhabiliter les infrastructures d'eau de la commune. Actuellement quatre stations de pompage et près de 40 kiosques de distribution d'eau ont été réhabilités, assurant l'accès régulier à l'eau potable des quelque 240 000 résidents du quartier.