Irak : le CICR lance un appel de 36 millions de francs suisses pour renforcer son action humanitaire

11 mai 2015
Irak : le CICR lance un appel de 36 millions de francs suisses pour renforcer son action humanitaire
Dans le sud-ouest du gouvernorat de Bagdad. Les familles qui ont fui les combats à Anbar vivent maintenant dans des tentes, sans accès adéquat à l'eau potable et aux soins de santé.CC BY-NC-ND / CICR / R.El Hage

Bagdad / Genève (CICR) – Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), un énorme effort est nécessaire pour faire face à l'augmentation massive du nombre de personnes forcées de fuir de chez elles en Irak. L'institution lance un appel afin de lever 36 millions de francs suisses supplémentaires (38,5 millions de dollars ou 34,3 millions d'euros), en plus des fonds déjà alloués à l'Irak, pour aider à répondre aux besoins croissants.

On dénombre aujourd'hui quelque 2,7 millions de déplacés internes dans le pays, contre environ 300 000 au début de 2014. Cette hausse s'explique par l'intensification des combats dans différentes régions du pays.

« Les infrastructures vitales ont été endommagées dans les zones touchées par le conflit. Les services essentiels, comme ceux de santé et d'approvisionnement en eau, sont gravement perturbés. Pour résumer, les besoins augmentent de manière exponentielle », déclare le directeur des opérations du CICR, Dominik Stillhart, qui effectue une visite de cinq jours en Irak. « Les fonds supplémentaires nous permettront de porter assistance à près de 900 000 personnes. La fourniture d'eau potable sera une priorité à l'approche des chaleurs estivales. Ces fonds serviront aussi à soutenir les structures de santé, qui ont été lourdement endommagées ou détruites lors des combats », ajoute le directeur des opérations.

Dominik Stillhart, directeur des opérations du CICR, s'entretient avec des personnes qui ont fui les combats à Anbar et qui vivent maintenant dans un camp dans le sud-ouest de Bagdad. CC BY-NC-ND / CICR / R.El Hage

« J'ai été touché par la situation que j'ai observée pendant ma visite. Les personnes déplacées vivent dans des conditions épouvantables. Certaines ont même subi des attaques et des actes d'intimidations à leur arrivée dans de nouvelles zones », raconte M. Stillhart à la suite de visites sur le terrain dans les gouvernorats d'Anbar, de Bagdad et de Kirkouk. « Nous allons poursuivre notre dialogue avec les parties au conflit pour leur rappeler qu'elles ont la responsabilité, conformément au droit international humanitaire, de protéger les civils, les détenus, les blessés et les malades. »

Depuis le début de l'année, le CICR a distribué des rations alimentaires pour un mois et d'autres secours essentiels à plus d'un demi-million de personnes en Irak. Du matériel médical vital a aussi été fourni à 45 centres de santé à travers le pays. Plus de 400 000 personnes ont bénéficié des programmes de l'institution visant à améliorer l'accès à l'eau. Par ailleurs, les équipes du CICR ont continué de visiter des lieux de détention pour s'assurer que les détenus sont traités avec humanité.

« La population irakienne souffre depuis trop longtemps. Les effets des combats et des conflits successifs se feront sentir pendant des générations. C'est pourquoi il est si important de faire un immense effort maintenant, pour alléger les souffrances », conclut M. Stillhart.

Informations complémentaires :
Ralph El Hage, CICR Bagdad, tél. : +964 0790 191 6927
Dibeh Fakhr, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 23 ou +41 79 447 37 26