Maroc : Rétablir les liens à travers les frontières, en dépit des conflits

On compose le numéro, on laisse sonner jusqu'à ce que l'on entende une voix à l'autre bout de la ligne pour commencer à présenter la raison de notre appel. Mais Reda* nous interrompt : « Est ce qu'il y a des nouvelles de mon frère? », demande-t-il d'une voix inquiète.
Article 26 décembre 2018 Maroc

Il y a quelque mois, avec sa sœur Khadija*, il avait pour la première fois visité notre bureau de Rabat. Un peu hésitants au début, ils ont demandé notre aide pour retrouver leur frère Hamza*. Ce dernier qui a quitté le Maroc pour la Syrie voilà quelques années maintenait le contact avec sa famille à travers les réseaux sociaux, jusqu'au début de cette année, où toute communication s'est soudainement interrompue. Comme ils savent que leur frère se trouve dans une zone de conflit, Reda et Khadija craignent qu'il ait pu être arrêté. L'absence totale de nouvelles les laisse dans le plus grand désarroi.

« Monsieur Reda, votre frère a été retrouvé par nos collègues, il est sain et sauf, il se porte bien et il vous a envoyé un Message Croix-Rouge ».

Nos collègues qui ont en effet pu localiser Hamza au cours d'une visite dans un lieu de détention, ont pu collecter un message adressé à sa famille au Maroc. Sans même nous laisser le temps de finir la phrase, Reda a déjà transmis la nouvelle au reste de la famille : on n'entend plus que youyous et cris de joie.
Le lendemain, Reda et Khadija accourent à notre bureau pour recevoir en personne la missive de leur frère. Ils lisent le message de Hamza avec émotion. Un vrai soulagement après dix mois de douleur, de chagrin et d'angoisse. Les larmes aux yeux, ils ne peuvent pas s'empêcher de nous remercier pour notre travail, pendant qu'ils rédigent une réponse à ce message.

« Ça a été l'un des moments les plus satisfaisants de ma vie professionnelle et personnelle », avouera Nizar, qui a récemment intégré le CICR. « Le soulagement a pris soudainement le dessus sur le sentiment d'impuissance qu'on partage parfois avec nos bénéficiaires. L'épanouissement que j'ai ressenti m'a appris combien ce travail peut être précieux ».

Dans plus de 90 pays en différentes régions du monde, le CICR conduit des visites en des lieux de privation de liberté, collaborant avec les autorités pour prévenir les abus et améliorer les conditions de détention. Dans ce cadre, le service de Rétablissement des Liens Familiaux (RLF) est offert aux détenus ayant besoin de rétablir et maintenir le contact avec leurs proches.
Cette année, plusieurs dizaines de marocaines et marocains détenus à l'étranger ont pu ainsi rétablir le contact avec leurs familles restées au Maroc à travers le service RLF offert par le CICR et le Croissant-Rouge marocain (CRM). Ce service représente parfois le seul moyen de communication avec leurs proches.


Êtes-vous à la recherche d'un proche porté disparu ? Contactez-nous pour plus d'informations sur notre service RLF au Maroc !
• Délégation du CICR à Rabat : +212 (0) 537 750 551 / rab_rabat@icrc.org
• Comité Central du CRM à Rabat : +212 (0) 537 653 549 / +212 (0) 537 758 099 / croissantrougemarocain.rlf@gmail.com


 *Les prénoms ont été modifiés afin de protéger l'identité des personnes