Syrie : après bientôt une décennie de violence, les besoins immédiats et à long terme sont énormes

13 mars 2020

Alep / Genève (CICR) – Tandis que la crise syrienne entre dans sa dixième année, les besoins de la population mise à rude épreuve pendant tout ce temps sont multiples et complexes. Les statistiques parlent d'elles-mêmes : plus de 11 millions de Syriens dépendent de l'assistance humanitaire, des dizaines de milliers de personnes sont toujours portées disparues, un Syrien sur deux est déplacé et au moins deux millions d'enfants ont été déscolarisés ou n'ont pas eu l'occasion d'entamer une scolarité normale.

Si elles devront bénéficier d'un soutien sur le long terme, des millions de familles syriennes ont dans l'immédiat des besoins urgents. À Idlib, depuis décembre dernier, près d'un million de personnes ont été obligées de quitter leur foyer pour se mettre en sécurité, l'intensification des combats dans des conditions hivernales très rudes ayant provoqué la pire vague de déplacements depuis le début du conflit.

Beaucoup parmi les personnes qui se sont enfuies avaient déjà été déplacées à plusieurs reprises. Les graves difficultés d'accès rencontrées par les travailleurs humanitaires font qu'il est presque impossible pour les gens de recevoir l'aide dont ils auraient besoin.

« Il faut que nous puissions accéder sans entraves à tous les lieux où des gens ont besoin d'aide de toute urgence ; cela peut être vital pour ceux que nous parvenons à atteindre. L'accès humanitaire ne doit pas être politisé ; il constitue la première étape d'un processus de longue haleine. Nous ne devons effectivement pas perdre de vue que la Syrie est confrontée à d'énormes besoins à long terme », a déclaré Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à l'occasion d'une récente visite à Alep, où il s'est notamment rendu dans une station de pompage de la ville qui approvisionne plus de deux millions de personnes en eau potable.

« Il a été essentiel pour moi de pouvoir me rendre compte sur place du travail crucial que nous réalisons en collaboration avec le Croissant-Rouge arabe syrien. L'approvisionnement en eau potable de la ville presque tout entière en dépend. Cela montre bien à quel point il est vital pour des millions de personnes vivant en Syrie que nous puissions maintenir nos programmes dans le pays », a ajouté M. Maurer.

D'un bout à l'autre du pays, des millions de personnes ont besoin qu'on les aide à reconstruire leur vie et à reconstituer leurs moyens de subsistance. Il va falloir rétablir les services de base et rebâtir les hôpitaux et les écoles. Les habitations et les terres agricoles devront aussi être débarrassées des munitions non explosées. Il s'agira en outre de créer des emplois et des sources de revenu durables. Il sera enfin nécessaire d'aider la population à soigner les séquelles physiques et psychologiques de tant d'années de souffrance.

Dans une société divisée par des années de violence, la question des personnes disparues est et restera l'un des piliers de la réconciliation. Des dizaines de milliers de personnes, et sans doute davantage, ont disparu pendant la guerre. Aussi le CICR demande-t-il à toutes les parties au conflit de respecter l'obligation qui leur incombe de rechercher les personnes disparues et d'assurer une prise en charge méthodique et digne des morts. Il leur rappelle aussi que les familles ont le droit de savoir ce qu'il est advenu des proches dont elles ont perdu la trace.

Le CICR continue de visiter les lieux de détention et de demander à pouvoir accéder à tous les détenus, qu'ils soient Syriens, Irakiens ou originaires d'un autre pays. Par ailleurs, des dizaines de milliers de personnes – essentiellement des femmes et des enfants bloqués sur place – croupissent depuis l'année dernière dans des camps du nord-est de la Syrie. Il est grand temps de trouver une solution durable et humaine pour les sortir de cet enfer.

Le CICR se tient prêt, aux côtés du Croissant-Rouge arabe syrien et avec l'appui d'autres partenaires du Mouvement, à renforcer son action pour répondre aux besoins énormes constatés à travers le pays. Il exhorte toutes les parties à donner les garanties d'accès et de sécurité indispensables pour permettre aux acteurs humanitaires de s'acquitter de leur mission de part et d'autre des lignes de front.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter nos porte-parole :

Ingy Sedky, CICR Syrie, WhatsApp uniquement, tél. : +963 993177769, isedky@icrc.org
Sarah Alzawqari, CICR Beyrouth, tél. : +961 3 13 83 53, salzawqari@icrc.org
Ruth Hetherington, CICR Genève, tél. : +41 79 447 37 26, rhetherington@icrc.org