Les membres du Comité international de la Croix-Rouge

L'Assemblée est l'organe suprême du CICR. Elle exerce la haute surveillance de l'institution, définit ses objectifs généraux et sa stratégie institutionnelle, adopte sa doctrine et son budget, et approuve ses comptes. Elle nomme les directeurs·trices et le/la chef·fe de l'Audit interne. Composée de 15 à 25 membres de nationalité suisse désignés par cooptation, l'Assemblée a un caractère collégial. Son/Sa président·e et son/sa vice-président·e sont président·e et vice-président·e du CICR.

Peter Maurer

Peter Maurer est né en 1956 à Thoune, en Suisse. Il a fait des études d'histoire et de droit international à Berne, couronnées par un doctorat. En 1987, il est entré au service de la diplomatie suisse et a occupé diverses fonctions à Berne et à Pretoria, avant d'être affecté à New York en 1996 au poste de premier collaborateur du chef de la Mission permanente d'observation de la Suisse auprès des Nations Unies.

En 2000, il a été nommé ambassadeur et chef de la division chargée de la sécurité humaine au sein de la Direction politique du Département fédéral des affaires étrangères à Berne.

 En 2004, M. Maurer a été nommé ambassadeur et chef de la Mission permanente de la Suisse auprès des Nations Unies à New York. À ce poste, il s'est efforcé d'intégrer la Suisse, alors membre récent de l'ONU, dans les réseaux multilatéraux. En juin 2009, l'Assemblée générale de l'ONU l'a choisi comme président de la cinquième Commission, chargée des questions administratives et budgétaires des Nations Unies.

Par ailleurs, M. Maurer a été élu président de la Formation Burundi de la Commission de consolidation de la paix des Nations Unies. En janvier 2010, il a été nommé secrétaire d'État aux affaires étrangères à Berne et a mené l'action du Département fédéral des affaires étrangères, de ses cinq directions et des quelque 150 missions diplomatiques de la Suisse à l'étranger. Il a pris ses fonctions de président du CICR le 1er juillet 2012, succédant à M. Jakob Kellenberger.

Aujourd'hui, le CICR déploie son action humanitaire dans plus de 80 pays. Les priorités de M. Maurer, en sa qualité de président de l'institution, sont le renforcement de la diplomatie humanitaire, le dialogue avec les États et les autres parties prenantes pour faire respecter le droit international humanitaire, et la consolidation de l'action humanitaire grâce à l'innovation et à l'établissement de nouveaux partenariats.

Depuis que M. Maurer assume la présidence du CICR, le budget de l'institution a connu un accroissement sans précédent, passant de 1,1 milliard de francs suisses en 2011 à plus de 2 milliards en 2021.

Photo : ©CICR


Gilles Carbonnier

Élu à l'Assemblée du CICR en 2017 et nommé vice-président du CICR en avril 2018.

Gilles Carbonnier est né en 1965. Titulaire d'un doctorat en économie politique de l'université de Neuchâtel, il a travaillé dans trois domaines principaux au cours des trente dernières années : l'économie du développement, l'action humanitaire et le commerce international.

Depuis 2007, M. Carbonnier est professeur d'économie du développement à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID), où il a également assumé les fonctions de directeur des études et de président du Centre d'études humanitaires de Genève (connu par le passé sous le nom de Centre d'enseignement et de recherche en action humanitaire – CERAH).

Spécialisé dans l'économie politique des conflits armés, il a pour autres sujets d'étude la coopération internationale et les enjeux de développement liés aux ressources naturelles. Son dernier ouvrage, paru en 2016, s'intitule Humanitarian Economics. War, Disaster and the Global Aid Market.

Avant de rejoindre l'IHEID, M. Carbonnier a travaillé plusieurs années pour le CICR : entre 1989 et 1991, il a officié comme délégué au Salvador et au Sri Lanka puis, à partir de 1991, en tant que chef de sous-délégation en Éthiopie et en Irak, avant d'occuper au siège la fonction de conseiller économique entre 1999 et 2006. De 2007 à 2012, il a été membre du conseil d'administration de Médecins sans Frontières (MSF) Suisse.

Par ailleurs, de 1992 à 1996, M. Carbonnier a mené, pour le compte du Secrétariat d'État suisse à l'économie, des négociations commerciales internationales (GATT/OMC) et des programmes de coopération pour le développement.

Photo : ©CICR


Mauro Arrigoni

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Membre de la Commission d'audit et de la Commission de sécurité.

Mauro Arrigoni est né en 1952. Il est titulaire d'un doctorat en mathématiques de l'université de Zurich. Après avoir obtenu son diplôme en 1980, il a poursuivi une carrière académique dans les domaines des mathématiques et de la physique au Tessin et au Mexique. Il est l'auteur de plusieurs articles scientifiques consacrés aux modèles mathématiques en biologie et le fondateur de la revue scientifique Il Volterriano.

De 2007 à 2015, M. Arrigoni a été doyen du collège de Mendrisio, en Suisse. Depuis 2014, il assume la présidence du Forum pour la promotion de la santé à l'école, au Tessin. À partir de 1997, il a participé à des missions de supervision de processus électoraux en Albanie, en Azerbaïdjan, en Bosnie-Herzégovine, à Gaza, au Kosovo, en Moldavie, au Nicaragua, en République démocratique du Congo, au Rwanda, en Serbie et au Togo.

Photo : ©CICR


Hugo Bänziger

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Président de la Commission d'audit.

Hugo Bänziger est né en 1956. Il est diplômé de l'université de Berne, où il a soutenu une thèse de doctorat sur l'histoire des banques. Il a débuté sa carrière en 1983 auprès de la Commission fédérale des banques à Berne, avant de rejoindre le Crédit Suisse à Zurich et à Londres, où il a occupé différentes fonctions dans les secteurs des services de détail, du financement des entreprises et de la gestion des risques.

De 1996 à 2012, M. Bänziger a travaillé à la Deutsche Bank où, à partir de 2006, il a exercé la fonction de directeur de la gestion des risques (Chief Risk Officer), assumant la responsabilité de la trésorerie, de la planification des immobilisations, des questions juridiques et de conformité, de la politique réglementaire, de la sécurité institutionnelle et de la continuité de l'activité.

En août 2012, M. Bänziger a été nommé président du conseil d'administration d'Eurex, après en avoir été membre pendant dix ans. Il a en outre présidé le groupe consultatif du Comité européen des contrôleurs bancaires de 2007 à 2010 et coprésidé le groupe de travail Enhanced Disclosure Task Force du Conseil de stabilité financière. Il a par ailleurs été membre du groupe d'experts de haut niveau sur la réforme structurelle du secteur bancaire de l'Union européenne (groupe Liikanen). En 2014, il a été nommé associé-gérant de la banque privée Lombard Odier, qu'il a quittée à la fin de 2018.

Parmi ses autres activités, M. Bänziger assume bénévolement la fonction de trésorier pour la John D. V. Salvador Foundation, qui œuvre en faveur des enfants des rues ; il est également professeur invité à la London School of Economics et à la Booth School of Business de l'université de Chicago.

Photo : ©CICR


Rémy Best

Élu à l'Assemblée du CICR en 2020. Membre de la Commission de recrutement et de rémunération.

Rémy Best est né en 1967 à Genève. Diplômé de la faculté de droit de l'université de Genève, il est entré au barreau de Genève en 1990. De 1991 à 1997, il a travaillé chez McKinsey & Company comme conseiller pour des institutions financières, notamment dans ses bureaux de Zurich, Genève et New York. En parallèle, il a obtenu en 1993 un master in business administration (MBA) à l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD).

En 1997, M. Best a intégré le groupe Pictet & Compagnie, spécialiste privé de la gestion de fortune et d'actifs, qui compte aujourd'hui 5000 employés et 30 bureaux à travers le monde, et dont il est devenu l'un des huit associés gérants en 2003.

Depuis le début de sa carrière, M. Best œuvre au service de l'intérêt des clients, des autres collaborateurs et des membres de la communauté, dans une optique visant à apporter des changements positifs et à prouver que l'entreprise peut être une force au bénéfice du bien.

M. Best siège au conseil d'administration de l'INSEAD depuis 2010 et dirige depuis cinq ans la campagne de collecte de fonds la plus importante jamais lancée par l'Institut, qui vise 45 000 anciens élèves dans 176 pays.

Ses centres d'intérêt variés l'ont conduit à occuper diverses fonctions. Il est actuellement président du bureau du Cercle du Grand Théâtre de Genève et trésorier du Conseil international des musées (ICOM).

Photo : ©CICR


Edouard Bugnion

Élu à l'Assemblée du CICR en 2018. Membre de la commission de recrutement et de rémunération ainsi que de la Commission indépendante de contrôle en matière de protection des données.

Né en 1970, Édouard Bugnion a grandi à Neuchâtel et à Genève. Il a étudié l'informatique à l'École polytechnique fédérale de Zurich ainsi qu'à l'université de Stanford, où il a obtenu son doctorat. Il a vécu 18 ans dans la Silicon Valley, où il a cofondé deux start-up, VMware et Nuova Systems (acquise par Cisco), dont il a été le directeur de la technologie.

De retour en Suisse, M. Bugnion a rejoint l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en 2012 en tant que membre du corps professoral de la Faculté Informatique et Communications. De janvier 2017 à décembre 2020, il a également été vice-président du Département des systèmes d'information de l'EPFL.

M. Bugnion a été récompensé à plusieurs reprises pour ses contributions tant dans le milieu académique que dans le monde des entreprises. Il est membre de l'Association for Computing Machinery (ACM) ainsi que de l'Académie suisse des sciences techniques (SATW).

M. Bugnion a en outre un statut de membre indépendant aux conseils d'administration de Logitech et d'Innosuisse, l'Agence suisse pour l'encouragement de l'innovation.

Photo : ©CICR


Jacques Chapuis

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Président de la Commission pour l'octroi de la médaille Florence Nightingale. Président du Fonds français Maurice de Madre.

Jacques Chapuis est né en 1957 à Aubonne, en Suisse. Il a fait ses études à Lausanne et a obtenu un diplôme d'infirmier en psychiatrie en 1979, puis de spécialiste en anesthésie et réanimation en 1984. En 1986 et 1987, il a assumé la fonction d'administrateur médical du CICR au Pakistan (à Peshawar et Quetta) où il dirigeait les activités de chirurgie de guerre, réparties entre plusieurs hôpitaux et postes de premiers secours sur la frontière pakistano-afghane.

En 1988, M. Chapuis est devenu responsable de formation en anesthésie et réanimation à l'hôpital Le Samaritain à Vevey, en Suisse, et a pris la tête de ce service spécialisé. Il a organisé régulièrement des conférences sur l'enseignement des techniques de sauvetage, son domaine de spécialité, et a été membre du comité de plusieurs organisations professionnelles, notamment l'Association suisse des infirmières et infirmiers.

Dès 1991, M. Chapuis a enseigné les soins infirmiers à l'École de Bois-Cerf à Lausanne et a inclus dans ses cours l'histoire du droit international humanitaire. En 1998, il a été nommé directeur de l'École de soins infirmiers de Bois-Cerf et, dans le même temps, a créé l'École de soins ambulanciers de Bois-Cerf.

En 2006, M. Chapuis prend la direction de l'Institut et Haute école de la Santé La Source, membre du réseau de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO). La Source a été la première école laïque d'infirmières au monde, fondée en 1859, date de la bataille de Solferino. M. Chapuis a également obtenu en 2000 un master en sciences de l'éducation à l'université de Genève, ainsi qu'un diplôme de management en 2005 à Lausanne.

M. Chapuis est vice-président du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone (SIDIIEF), dont le siège social est à Montréal. Il est également membre du conseil de la Fondation de Nant, qui organise l'ensemble des soins psychiatriques publics de l'Est vaudois.

Photo : ©CICR


Melchior de Muralt

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Membre de la Commission d'audit. Président de la Commission paritaire du Fonds de l'Impératrice Shôken.

Melchior de Muralt est né en 1960 à Lausanne, en Suisse. Il est titulaire d'un doctorat en sciences politiques de l'université de Lausanne. Il a rejoint la banque privée Lombard Odier en 1988 et s'est attaché notamment à promouvoir la fondation Ethos en faveur de l'investissement dans le développement durable. En 2001, il est entré dans la société de gestion de patrimoines de Pury, Pictet Turrettini & Cie à Genève en qualité d'associé.

Parallèlement, M. de Muralt a contribué à la création de Blue Orchard Finance, une société spécialisée dans la gestion de fonds d'investissement dans le secteur de la microfinance, dont il est actuellement vice-président. Il est aussi président du Cadmos Engagement Fund, pionnier des fonds d'engagement d'actionnaires basés sur les principes du Pacte mondial des Nations Unies en faveur de l'entrepreneuriat équitable.

Photo : ©CICR


Christoph Franz

Élu à l'Assemblée du CICR en 2017 et au Conseil de l'Assemblée en 2018.

Christoph Franz est né en 1960 à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne.

Diplômé en génie industriel de l'université technique de Darmstadt et de l'École centrale de Lyon, il a ensuite obtenu un doctorat en sciences politiques à l'université technique de Darmstadt et effectué des recherches de niveau postdoctoral à l'université de Californie, Berkeley. Il a entamé sa carrière chez Lufthansa en 1990 avant de rejoindre en 1994 la Deutsche Bahn, où il a été nommé membre du conseil exécutif et directeur de la division chargée du transport des passagers.

Nommé directeur général de la compagnie aérienne Swiss International en 2004, M. Franz a ensuite été promu président-directeur général de Lufthansa en 2009. De 2011 à 2014, il a été président-directeur général de Deutsche Lufthansa AG. Depuis mars 2014, il préside le conseil d'administration du groupe pharmaceutique Roche.

M. Franz est également membre des conseils d'administration de Stadler Rail AG et du Zurich Insurance Group, ainsi que du conseil de la Fondation Ernst Göhner et du comité consultatif de l'université de Saint-Gall, où il a en outre été nommé professeur honoraire en économie d'entreprise en mai 2017.

Photo : ©CICR


Katja Gentinetta

Élue à l'Assemblée du CICR et au Conseil de l'Assemblée en 2018.

Katja Gentinetta est née en 1968 à Viège, en Suisse. Depuis 2011, elle poursuit une carrière de philosophe politique indépendante, chargée de cours auprès des universités de Lucerne et Zurich. Elle siège dans deux comités d'administration et assumera dès 2022 la présidence du musée Stapferhaus à Lenzbourg. Par ailleurs, elle publie chaque dimanche un billet économique dans la NZZ am Sonntag.

Mme Gentinetta a étudié la littérature allemande, l'histoire et la philosophie à Zurich et a obtenu un doctorat en philosophie politique à l'université de Zurich pour sa thèse sur la tolérance et ses limites dans les sociétés multiculturelles. Elle a également étudié à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris, au Centre international de culture et management à Salzbourg et à la Kennedy School de Harvard.

Avant de se lancer en tant qu'indépendante, Mme Gentinetta a été directrice adjointe du think tank Avenir Suisse. Elle a également animé pendant plusieurs années deux émissions d'actualité à la télévision suisse alémanique. Elle a travaillé pour le Canton d'Argovie comme responsable de la stratégie et des relations extérieures et cheffe du projet cantonal à l'exposition nationale suisse Expo.02. Elle avait commencé sa carrière comme directrice de l'institution culturelle Forum Schlossplatz à Aarau.

Mme Gentinetta est l'auteure de plusieurs ouvrages sur des thèmes sociopolitiques et économiques, parmi lesquels Do businesses have a home?, paru en 2016. Voix importante en Suisse et à l'étranger, elle écrit et prend régulièrement position dans les médias suisses.

Photo : ©B. Hofer


Maya Hertig Randall

Élue à l'Assemblée du CICR en 2015. Membre de la Commission indépendante de contrôle en matière de protection des données. Présidente de la Commission de recrutement et de rémunération.

Maya Hertig Randall est née en 1973. Depuis 2007, elle est professeure ordinaire de droit constitutionnel à l'université de Genève et codirectrice du certificat de formation continue en droits de l'homme. Elle a obtenu une licence en droit à l'université de Neuchâtel, puis un doctorat à l'université de Fribourg et une maîtrise en droit (LL.M.) à l'université de Cambridge.

Avant de rejoindre l'université de Genève, Mme Hertig Randall a été professeure assistante en droit européen et en droit international économique à l'université de Berne, ainsi que chercheuse invitée à la Central European University à Budapest et à l'université du Michigan.

Mme Hertig Randall est l'auteure de nombreuses publications en français, en allemand et en anglais dans les domaines des droits de l'homme, du constitutionnalisme international et comparé, du fédéralisme et du droit des minorités.

Depuis 2012, elle est membre de la Commission fédérale contre le racisme.

Photo : ©CICR


Alexis Keller

Élu à l'Assemblée du CICR en 2013. Membre de la Commission indépendante de contrôle en matière de protection des données, de la Commission de recrutement et de rémunération et de la Commission d'audit.

Alexis Keller est né en 1962. Il a étudié aux universités de Genève et de Cambridge et a été membre du Carr Center for Human Rights Policy de la Kennedy School de Harvard. Il est professeur d'histoire et de philosophie du droit à la faculté de droit de l'université de Genève, et professeur invité à Sciences Po Paris.

De 2002 à 2004, M. Keller a participé activement aux négociations entre Israéliens et Palestiniens qui ont débouché sur l'Initiative de Genève. En avril 2003, le ministre suisse des Affaires étrangères l'a nommé représentant spécial pour le processus de paix au Proche-Orient, fonction qu'il a occupée jusqu'en janvier 2004.

M. Keller est l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur l'histoire de la pensée juridique, la théorie du droit et l'histoire de l'idée européenne. En 2002, il a obtenu le prix Latsis de l'université de Genève. Ses efforts destinés à promouvoir le processus de paix au Proche-Orient lui ont valu en 2004 le prix international Condorcet-Raymond Aron et le Sean MacBride Peace Prize. En 2005, il s'est vu décerner un doctorat honoris causa par l'université de Paris.

M. Keller est membre de plusieurs sociétés savantes et instituts de recherche en Europe et aux États-Unis. Il préside le conseil de la faculté de théologie de l'université de Genève et il est membre du conseil de la Fondation Pro Victimis ainsi que du conseil consultatif du Centre international pour la justice transitionnelle.

Photo : ©CICR


Jürg Kesselring

Élu à l'Assemblée du CICR en 2010. Membre de la Commission de recrutement et de rémunération et président du groupe de travail sur la santé.

Jürg Kesselring est né en 1951. Haut représentant et consultant émérite du service de neurologie et de neuroréhabilitation du centre de réadaptation de Valens, en Suisse, il est également professeur émérite de neurologie clinique et de neuroréhabilitation aux universités de Berne et de Zurich, à la Danube University de Krems, en Autriche, ainsi qu'à l'Université Vita-Salute San Raffaele de Milan, en Italie.

AM. Kesselring est membre du conseil du Centre de neurosciences de Zurich, dirigé conjointement par l'université de Zurich et l'École polytechnique fédérale de Zurich.

Ancien président du Conseil scientifique et médical de la Fédération internationale de la sclérose en plaques (MSIF) ainsi que du groupe de travail de l'OMS sur cette maladie, M. Kesselring est le premier président honoraire de la Société suisse de la sclérose en plaques. Il est aussi membre du Royal College of Physicians du Royaume-Uni ainsi que du conseil académique de la Mozarteum University de Salzbourg, en Autriche.

M. Kesselring a par ailleurs été délégué médical du CICR au Liban, au Pakistan et en République démocratique du Congo.

Photo : ©CICR


Laura Sadis

Élue à l'Assemblée du CICR en 2016. Membre de la Commission d'audit.

Laura Sadis est née en 1961. Titulaire d'une licence en sciences économiques de l'université de Zurich et du diplôme fédéral d'experte fiscale, elle a travaillé plusieurs années dans le domaine du conseil financier et fiscal. En 1995, elle a été élue au Grand Conseil tessinois, où elle a exercé ses fonctions de députée jusqu'en 2003.

De 2003 à 2007, Mme Sadis a siégé au Conseil national – la Chambre basse du Parlement suisse –, avant d'être élue au Conseil d'État du canton du Tessin, où elle a dirigé le Département des finances et de l'économie jusqu'en 2015. Entre 2007 et 2015, elle a également été membre du Conseil de banque, qui exerce la haute surveillance de la Banque nationale suisse.

Depuis 2016, elle est membre du conseil d'administration d'AlpTransit Gotthard SA et du conseil de la Fondation Internationale Prix Balzan « Fonds » de Zurich.

Photo : ©CICR


Doris Schopper

Élue à l'Assemblée du CICR en 2012. Membre de la Commission de sécurité.

Doris Schopper est née en 1954. Elle a étudié la médecine à l'université de Genève, s'est spécialisée en médecine interne et a obtenu un doctorat en santé publique à la Harvard School of Public Health. Entre 1982 et 1990, elle a effectué des missions sur le terrain avec Médecins sans Frontières (MSF). Elle a été présidente de MSF Suisse de 1991 à 1998.

Durant cette période, Mme Schopper a effectué deux mandats à la tête de MSF International. En 2001, elle a été invitée à constituer un comité indépendant d'éthique de la recherche pour MSF International, qu'elle a présidé jusqu'à la fin de 2016. En sa qualité de présidente, elle supervisait les examens éthiques des propositions de recherche de MSF et donnait des conseils sur les questions d'éthique. Aujourd'hui, elle intervient auprès du comité en tant que conseillère principale.

Mme Schopper a travaillé trois ans en qualité de conseillère en politique sanitaire dans le cadre du Programme VIH/sida de l'OMS. Elle a également été conseillère principale en politique sanitaire à l'Institut tropical et de santé publique suisse pendant deux ans. Elle a en outre été chargée d'élaborer des politiques et des stratégies de santé publique, tant nationales que régionales, en Suisse.

À partir de 2011, Mme Schopper a enseigné plusieurs années à la faculté de médecine de l'université de Genève et dirigé le Centre d'études humanitaires de Genève (connu par le passé sous le nom de Centre d'enseignement et de recherche en action humanitaire– CERAH), géré conjointement par l'université de Genève et l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID). Aujourd'hui professeure émérite, elle continue d'œuvrer au service de l'action humanitaire, fidèle à son engagement de toujours.

Photo : ©CICR


Béatrice Speiser

Élue à l'Assemblée du CICR en 2015 et au Conseil de l'Assemblée en 2017. Membre de la Commission de recrutement et de rémunération.

Née à Zurich en 1963, Béatrice Speiser a grandi à Bruxelles, en Belgique. Elle a étudié le droit à l'université de Saint-Gall, où elle a obtenu son doctorat, puis elle est entrée au barreau de Bâle. Elle a ensuite suivi diverses formations aux États-Unis (Programme de gestion avancée à la Wharton School, université de Pennsylvanie) et en France (Programme d'entrepreneuriat social à l'Institut européen d'administration des affaires, l'INSEAD).

Mme Speiser a fondé en 2004, à Bâle, Crescenda, le premier centre suisse de création d'entreprises pour migrantes, dont elle est la présidente et dont elle continue de développer les activités. Crescenda forme et encadre des migrantes qui désirent créer leur propre entreprise, en individuel ou en coopérative, et contribue aussi à leur intégration sociale et économique en Suisse. Crescenda a notamment reçu le Prix suisse de l'intégration.

Mme Speiser est co-auteure de l'ouvrage Das Crescenda Modell : Migrantinnen als Unternehmerinnen (Le modèle Crescenda : les migrantes en tant qu'entrepreneures), paru en 2014.

Mme Speiser vit à Bâle, où elle a exercé comme juge pendant de nombreuses années et où elle continue de travailler en tant qu'avocate indépendante. Engagée dans diverses initiatives sociales, elle est aussi entrepreneure et membre de plusieurs organes de surveillance d'entreprises et d'organisations à but non lucratif.

Photo : ©CICR


Bruno Staffelbach

Élu à l'Assemblée du CICR et au Conseil de l'Assemblée en 2010. Membre de la Commission de recrutement et de rémunération.

Bruno Staffelbach est né en 1957. Il possède une maîtrise en économie, un doctorat en gestion d'entreprise et un diplôme postdoctoral en gestion et éthique de l'université de Zurich. De 1992 à 2016, il a dirigé le département de gestion d'entreprise et de gestion des ressources humaines de l'université de Zurich, où il a également été directeur du programme de formation destiné aux cadres ainsi que de l'Institut de stratégie et d'économie d'entreprise.

M. Staffelbach a aussi enseigné à l'université de Fribourg. Depuis août 2016, il est recteur de l'université de Lucerne.

Parallèlement à sa carrière universitaire, M. Staffelbach a été commandant et officier d'état-major à différents niveaux de l'armée suisse. De 2004 à 2008, il a commandé une brigade d'infanterie en qualité de brigadier général.

Photo : ©CICR


Suba Umathevan

Élue à l'Assemblée du CICR en 2020.

Suba Umathevan est née en 1982 à Kilinochchi, au Sri Lanka. Alors qu'elle n'a que deux ans, sa famille décide de fuir le pays, ravagé par la guerre, et rejoint la Suisse, plus précisément Berne. Mme Umathevan est titulaire d'un master en relations internationales avec spécialisation en droit international de l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, ainsi que d'un bachelor en études internationales et langues modernes de l'Université d'Ottawa.

Mme Umathevan a débuté sa carrière internationale en tant que chercheuse associée au Bureau international de l'éducation de l'UNESCO, où elle a évalué les programmes d'éducation bilingue et en langue maternelle dans les pays d'Afrique subsaharienne. Elle œuvre depuis près de dix ans dans le secteur de la gestion d'organismes à but non lucratif et a fait des droits des femmes et des enfants son axe de travail principal. Elle a dirigé des programmes de développement dans plusieurs pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud. Ses domaines de spécialité sont l'autonomie économique des femmes, l'éducation dans les situations d'urgence, la violence sexiste, les mutilations génitales féminines et le mariage précoce.

Pendant plusieurs années, Mme Umathevan s'est employée à élaborer et à diriger des programmes de formation et des stratégies de développement en collaboration avec des cadres du monde entier, à détecter les tendances mondiales et à aider les dirigeants à opérer des transformations.

Mme Umathevan a par ailleurs été directrice générale de Plan International Suisse, une organisation qui œuvre en faveur des droits des enfants et de l'égalité pour les filles. Aujourd'hui, elle est à la tête de la fondation DROSOS, qui a pour vocation d'aider les enfants, les adolescents et les jeunes adultes défavorisés à prendre leur vie en main.

Photo : ©CICR


Barbara Wildhaber

Élue à l'Assemblée du CICR en 2017 et au Conseil de l'Assemblée en 2018.

Barbara Wildhaber est née en 1969 et a passé son enfance en Argovie, en Suisse. Elle a obtenu son diplôme fédéral de médecine à l'université de Zurich en 1994 et son doctorat en 1995. Elle s'est ensuite orientée vers la chirurgie pédiatrique et s'est formée dans cette discipline en travaillant à Zoug, Lucerne, Zurich et Genève, ainsi qu'en Afrique du Sud et aux États-Unis. Elle a obtenu son titre de spécialisation en chirurgie pédiatrique en 2005.

Mme Wildhaber s'est ensuite formée à la chirurgie hépatobiliaire pédiatrique à Paris en 2006 et 2007. En 2010, elle a été nommée professeure ordinaire à la faculté de médecine de l'université de Genève et cheffe du Service de chirurgie pédiatrique aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Depuis 2014, Mme Wildhaber est directrice du Centre universitaire romand de chirurgie pédiatrique, une union des services de chirurgie pédiatrique des HUG et du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Cette même année, elle a été nommée professeure ordinaire à la faculté de biologie et médecine de l'université de Lausanne.

Son activité clinique a essentiellement porté sur la greffe de foie et la chirurgie hépatobiliaire pédiatrique, raison pour laquelle elle est devenue la responsable chirurgicale du centre de référence pour les maladies du foie en pédiatrie aux HUG. En tant que chirurgienne pédiatre, elle a accompli plusieurs missions en Ukraine, en République dominicaine et en Afrique du Sud et elle est très engagée dans l'initiative mondiale « Global Children's Surgery », dans le cadre de laquelle elle dirige le projet déployé par Genève au Burkina Faso.

Au niveau académique, Mme Wildhaber mène des travaux de recherche dans ses domaines d'expertise, qui lui ont déjà valu plusieurs prix scientifiques, et elle est l'auteure de multiples articles dans des revues scientifiques de référence. Elle est également très activement impliquée dans l'enseignement pré- et post-gradué des jeunes médecins des universités de Genève et Lausanne. Elle est membre de plusieurs conseils d'administration de journaux scientifiques, de fondations et de diverses sociétés savantes, dont l'Académie suisse des sciences médicales.

Photo : ©Guillaume Megevand