Les membres du Comité international de la Croix-Rouge

L'Assemblée est l'organe suprême du CICR. Elle exerce la haute surveillance de l'institution, adopte sa doctrine, ses objectifs généraux, sa stratégie institutionnelle, son budget et ses comptes. Elle nomme les directeurs et le chef de l'audit interne. Composée de 15 à 25 membres de nationalité suisse désignés par cooptation, l'Assemblée a un caractère collégial. Son président et sa vice-présidente sont président et vice-présidente du CICR.

Peter Maurer est né en 1956 à Thoune, en Suisse. Il a fait des études d'histoire et de droit international à Berne, couronnées par un doctorat. En 1987, il est entré au service de la diplomatie suisse, et a occupé diverses fonctions à Berne et à Pretoria. En 1996, il a été appelé à occuper à New York le poste de premier collaborateur du chef de la Mission permanente d'observation de la Suisse auprès des Nations Unies. En 2000, le Conseil fédéral l'a nommé ambassadeur et chef de la division en charge de la sécurité humaine au sein de la Direction politique des affaires étrangères à Berne.

 

Peter Maurer©CICR

En 2004, M. Maurer a été nommé ambassadeur et chef de la Mission permanente de la Suisse auprès des Nations Unies à New York. À ce poste, M. Maurer s'est efforcé d'intégrer la Suisse, alors membre récent de l'ONU, dans les réseaux multilatéraux. En juin 2009, l'Assemblée générale de l'ONU a choisi M. Maurer comme président de la cinquième Commission, chargée des questions administratives et budgétaires des Nations Unies. Par ailleurs, il a été élu président de la Formation Burundi de la Commission de consolidation de la paix des Nations Unies. En janvier 2010, M. Maurer a été nommé par le Conseil fédéral Secrétaire d'État aux affaires étrangères à Berne. Il a mené, au travers des cinq directions du département fédéral des affaires étrangères, l'action de la centrale et des quelque cent cinquante représentations extérieures de la diplomatie suisse à l'étranger. M. Maurer assume la présidence du CICR depuis le 1er juillet 2012, succédant à M. Jakob Kellenberger.

L'action humanitaire déployée par l'institution que préside M. Maurer s'étend aujourd'hui à plus de 80 pays. Les priorités de son président sont le renforcement de la diplomatie humanitaire, le dialogue avec les États et les autres parties prenantes pour faire respecter le droit international humanitaire et la consolidation de l'action humanitaire grâce à l'innovation et à l'établissement de nouveaux partenariats.

Depuis que M. Maurer occupe la présidence du CICR, le budget de l'institution a connu un accroissement sans précédent, passant de 1,1 milliard de francs suisses en 2011 à plus de 1,6 milliard en 2015.


Christine Beerli

Christine Beerli est née en 1953. Membre d'un cabinet d'avocats biennois, elle a commencé sa carrière politique en siégeant de 1980 à 1983 au Conseil de ville de Bienne. De 1986 à 1991, elle a été membre du Grand Conseil bernois. En 1991, elle est élue au Conseil des États, où elle siège jusqu'en 2003. Elle y a présidé la Commission de politique extérieure en 1998-1999 et celle de la sécurité sociale et de la santé publique en 2000-2001. Elle a également présidé le groupe Parti radical démocratique (PRD) de l'Assemblée fédérale de 1996 à 2003, et a fait partie des commissions suivantes : politique de sécurité, économie et redevances et affaires juridiques. En 2003, elle se retire définitivement de la vie politique. Depuis le 1er janvier 2006, elle préside Swissmedic, l'autorité suisse de contrôle et d'autorisation des produits thérapeutiques. Elle a également été directrice de la Haute école spécialisée bernoise Technique et Informatique. 

Christine Beerli ©CICR

Christine Beerli a été nommée vice-présidente permanente du CICR en janvier 2008. Elle est, en tant que telle, membre de l'Assemblée du CICR, organe suprême de l'institution, ainsi que du Conseil de l'Assemblée et de la Présidence, où elle oeuvre en relation étroite avec le président, dont elle assure au besoin les fonctions, à savoir notamment : gérer les relations extérieures du CICR, représenter l'institution sur la scène internationale et conduire, en proche collaboration avec la Direction générale, la diplomatie humanitaire du CICR. Parmi ses domaines d'action particuliers figurent, entre autres, celui d'aider à assurer la cohésion, le bon fonctionnement et le développement du contrôle interne et des mécanismes de gouvernance, ainsi que celui de renforcer et de développer les relations au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.


 Mauro Arrigoni

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Membre de la Commission d'audit.

Mauro Arrigoni est né en 1952. Docteur en mathématiques de l'université de Zurich. Après avoir obtenu son diplôme en 1980, il a poursuivi une carrière académique dans les domaines des mathématiques et de la physique au Tessin et au Mexique. Il est l'auteur de plusieurs publications scientifiques consacrées aux modèles mathématiques en biologie et fondateur de la revue scientifique Il Volteriano. Depuis 2007, il est doyen du collège de Mendrisio en Suisse. Depuis 1997, Mauro Arrigoni a œuvré parallèlement au sein de missions de supervision de processus électoraux en Bosnie-Herzégovine, en Moldavie, au Kosovo, en Serbie, en Albanie, en Azerbaïdjan, à Gaza, en République démocratique du Congo, au Rwanda, au Togo et au Nicaragua.

 

Mauro Arrigoni©CICR


Hugo Bänziger

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Président de la Commission d'audit.

Hugo Bänziger est né en 1956. Il est diplômé de l'université de Berne, où il a soutenu une thèse de doctorat sur l'histoire des banques. Il a initié sa carrière en 1983 auprès de la Commission fédérale des banques à Berne, avant de rejoindre le Crédit Suisse à Zurich et à Londres, où il a occupé différentes fonctions dans les secteurs des services de détail, du financement des entreprises et de la gestion des risques.

De 1996 à 2012, il a travaillé à la Deutsche Bank où, à partir de 2006, il a exercé la fonction de directeur de la gestion des risques (Chief Risk Officer) et de membre du conseil de direction du groupe, en tant que responsable de la gestion des risques, de la trésorerie, de la planification des immobilisations, des questions juridiques et de conformité, de la politique réglementaire, de la sécurité institutionnelle et de la continuité de l'activité.

 

Hugo Bänziger ©CICR

En août 2012, Hugo Bänziger est nommé président du Conseil d'administration d'Eurex, après en avoir été membre pendant dix ans. Il a en outre présidé le groupe consultatif du Comité européen des contrôleurs bancaires de 2007 à 2010 et co-présidé le groupe de travail Enhanced Disclosure Task Force du Conseil de stabilité financière. Il a par ailleurs été membre du groupe d'experts de haut niveau sur la réforme structurelle du secteur bancaire de l'Union européenne (groupe Liikanen).

Parmi ses autres activités, M. Bänziger assume bénévolement la fonction de trésorier pour la John D. V. Salvador Foundation, qui œuvre en faveur des enfants des rues ; il est également professeur invité à la London School of Economics et à l'université de Chicago Booth School of Business.

En avril 2014, il a été nommé associé-gérant du groupe Lombard Odier.


François Bugnion

Élu à l'Assemblée du CICR en 2010. Président de la Commission de recrutement et rémunération. Membre de la Commission d'audit . Membre de la Commission pour l'octroi de la médaille Florence Nightingale. Président du Fonds Paul Reuters.

François Bugnion est né en 1945. Il est licencié ès Lettres, docteur ès Sciences politiques et consultant indépendant en droit international humanitaire et en action humanitaire. Il est entré comme délégué au CICR en 1970 et a effectué des missions en Israël et dans les territoires occupés, au Bangladesh, en Turquie et à Chypre, puis comme chef de mission au Tchad, au Vietnam et au Cambodge. De janvier 2000 à juin 2006, il a été directeur du Droit international et de la Coopération au CICR.

 

François Bugnion ©CICR

Il est l'auteur d'une cinquantaine de livres et d'articles portant sur le droit international humanitaire ou sur l'histoire du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, notamment « Le Comité international de la Croix-Rouge et la protection des victimes de la guerre ».


Jacques Chapuis

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Président de la Commission pour l'octroi de la médaille Florence Nightingale. Président du Fonds français Maurice de Madre.

Jacques Chapuis est né en 1957 à Aubonne, Suisse. Il a suivi ses études à Lausanne et a obtenu le diplôme d'infirmier en psychiatrie en 1979, puis de spécialiste en anesthésie et réanimation en 1984. En 1986 et 1987, il a assumé la fonction d'administrateur médical du CICR au Pakistan (Peshawar et Quetta) où il a dirigé l'action de chirurgie de guerre, répartie entre plusieurs hôpitaux et postes de premiers secours sur la frontière pakistano-afghane.

 

Jacques Chapuis ©CICR

En 1988, il est devenu formateur en anesthésie et réanimation à l'hôpital Le Samaritain à Vevey, Suisse et prend la responsabilité de ce service spécialisé. Actif dans l'enseignement et la diffusion des techniques de sauvetage, il organise régulièrement des congrès d'anesthésie-réanimation et siège dans le comité de plusieurs organisations professionnelles, notamment l'Association suisse des infirmières.

Dès 1991, il a été enseignant en soins infirmiers à l'école de Bois-Cerf à Lausanne et a inclus dans ses cours l'histoire du droit international humanitaire. Parallèlement, il a obtenu en 2000 un Master en sciences de l'éducation de l'université de Genève ainsi qu'un diplôme de management, en 2005 à Lausanne.

Dès 1998, il a dirigé l'école de soins infirmiers de Bois-Cerf à Lausanne et, parallèlement, a créé l'école supérieure de soins ambulanciers de Bois-Cerf. Depuis 2006, il dirige l'Institut & Haute école de la Santé La Source, membre du réseau de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO). La Source est la première école laïque d'infirmières au monde, fondée en 1859, date de la bataille de Solferino.

M. Chapuis est vice-président du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone (SIDIIEF), dont le siège social est à Montréal. Il est également membre du Conseil de la Fondation de Nant, secteur psychiatrique de l'est-vaudois.


Melchior de Muralt

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Membre de la Commission d'audit. Président de la Commission paritaire du Fonds de l'Impératrice Shôken.

Melchior de Muralt est né en 1960. Il détient un doctorat en sciences politiques de l'université de Lausanne. Il a rejoint Lombard Odier & Cie en 1988 et s'est attaché notamment à promouvoir la fondation Ethos en faveur de l'investissement dans le développement durable. En 2001, il est entré dans la société de gestion de patrimoines de Pury, Pictet Turrettini & Cie à Genève en qualité d'associé. Parallèlement, Melchior de Muralt a contribué à la création de Blue Orchard Finance, une société spécialisée en investissements dans le secteur de la microfinance, dont il est actuellement vice-président. Il est aussi président de Cadmos Fund Management, pionnier des fonds d'engagement d'actionnaires basés sur les principes du Pacte mondial des Nations Unies en faveur de l'entreprenariat équitable.
 

Melchior de Muralt ©CICR

 


Maya Hertig Randall

Élue à l'Assemblée du CICR en 2014.

Maya Hertig Randall est née en 1973. Depuis 2007, elle est professeure ordinaire de droit constitutionnel à la Faculté de droit de l'université de Genève et co-directrice du certificat de formation continue en droits de l'homme. Elle a obtenu une licence en droit à l'université de Neuchâtel, un doctorat à l'université de Fribourg et une maîtrise (LL.M.) à l'université de Cambridge. Avant de rejoindre l'université de Genève, elle a été professeure assistante en droit européen et en droit international économique à l'université de Berne, ainsi que chercheuse invitée à la Central European University à Budapest et à l'université de Michigan.
 

Maya Hertig Randall ©CICR

Maya Hertig Randall est l'auteure de nombreuses publications en français, en allemand et en anglais dans le domaine des droits de l'homme, du constitutionnalisme européen et comparé, du fédéralisme et du droit des minorités.

Depuis 2012, elle est membre de la Commission fédérale contre le racisme.


Alexis Keller

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012. Membre de la Commission de recrutement et rémunération.

Alexis Keller est né en 1962. Il a étudié aux universités de Genève et de Cambridge et il est un ancien Fellow du Carr Center for Human Rights Policy de la Kennedy School of Government de Harvard. Il est professeur d'histoire et de philosophie du droit à la faculté de droit de l'université de Genève, et professeur invité à l'école de Sciences politiques, à Paris.

De 2002 à 2004, Alexis Keller a participé activement aux négociations entre Israéliens et Palestiniens qui ont débouché sur l'Initiative de Genève. En avril 2003, il a été nommé représentant spécial du ministre suisse des Affaires étrangères pour le processus de paix au Proche-Orient, fonction qu'il a occupée jusqu'en janvier 2004.
 

Alexis Keller ©CICR

Alexis Keller est l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur l'histoire de la pensée juridique et sur la théorie du droit. Il est titulaire d'un doctorat honoris causa de l'université de Paris (2005). En 2002, il a obtenu le Prix Latsis de l'université de Genève. Par ailleurs, ses efforts destinés à promouvoir le processus de paix au Proche-Orient lui ont valu en 2004 le Prix international Condorcet-Raymond Aron et le Sean MacBride Peace Prize.

Alexis Keller est membre de plusieurs sociétés savantes et instituts de recherche en Europe et aux États-Unis. Il préside le Conseil de fondation qui gouverne la faculté de théologie de l'université de Genève et il est membre du Conseil de la Fondation Pro Victimis, ainsi que du Conseil consultatif du Centre international pour la justice transitionnelle.


Jürg Kesselring

Élu à l'Assemblée du CICR en 2010. Président du Conseil du Fonds spécial du CICR en faveur des handicapés. Membre de la Commission de recrutement et rémunération. Membre de la Commission pour l'octroi de la médaille Florence Nightingale.

Jürg Kesselring est né en 1951. Il est chef du service de neurologie et de neuroréhabilitation du centre de réadaptation à Valens, en Suisse. Il est également professeur de neurologie clinique et de neuroréhabilitation, à l'université de Berne et maître de conférences au département des sciences de la santé et de la technologie à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Ancien président du Conseil scientifique et médical de la Fédération internationale de la sclérose en plaques (MSIF), il est président de la Société suisse de la sclérose en plaques et président du groupe de travail de l'OMS sur la sclérose en plaques.

Jürg Kesselring a été délégué médical du CICR au Liban, au Pakistan et au Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo).

 

Jürg Kesselring ©CICR

 


Thierry Lombard

Élu à l'Assemblée du CICR en 2012.

Titulaire d'une licence en sciences économiques de l'Université de Genève, Thierry Lombard, représentant de la sixième génération, a rejoint Lombard Odier en 1972 où il a effectué une carrière de 42 ans.

Devenu Associé-gérant en 1982, il a occupé la position d'Associé Senior de 1995 à 2008.

 

Thierry Lombard ©CICR

Durant sa carrière bancaire, Thierry Lombard a été impliqué dans des activités liées notamment à la gestion institutionnelle et privée, aux ressources humaines et aux caisses de pension, etc.. Il a manifesté un intérêt plus particulier pour la stratégie d'investissement. De plus, Thierry Lombard a été engagé auprès des instances boursières genevoises et suisses et a été à l'origine de la Fondation Genève Place Financière.

Il a été l'instigateur et le co-auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la succession, la richesse, la philanthropie et l'investissement. Il a été également très impliqué dans les domaines liés à l'innovation et à l'entrepreneuriat, notamment dans le cadre de sa position auprès du Conseil des Ecoles Polytechniques et d'une relation à long terme engagée avec l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Passionné par les entreprises familiales, Thierry Lombard a présidé le Conseil du Family Business Network International, association qui regroupe plus de 9'000 membres d'entreprises familiales dans le monde, y compris 4'000 représentants de la jeune génération.

Il est membre de l'Assemblée du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et actif au sein de plusieurs fondations à buts médicaux et humanitaires. Il est aussi membre de l'Advisory Board de Generation Investment Management aux côtés d'Al Gore et David Blood. Il a également créé et présidé jusqu'en décembre 2015 la Fondation Lombard Odier et la Fondation Philanthropia (fondation abritante destinée aux clients de la banque).


 Laura Sadis

Élue à l'Assemblée du CICR en 2016.

Laura Sadis est née en 1961. Titulaire d'une licence en sciences économiques de l'Université de Zurich et du diplôme fédéral d'experte fiscale, elle a travaillé plusieurs années dans le domaine du conseil financier et fiscal. En 1995, elle a été élue au Grand Conseil tessinois, où elle a exercé ses fonctions de députée jusqu'en 2003. De 2003 à 2007, elle a siégé au Conseil national, avant d'être élue au Conseil d'État du canton du Tessin, où elle a dirigé le Département des finances et de l'économie jusqu'en 2015. Entre 2007 et 2015, elle a également été membre du Conseil de banque de la Banque nationale suisse et a exercé plusieurs mandats dans le domaine public et parapublic. Depuis 2015, elle est membre du conseil d'administration d'AlpTransit Gotthard SA et du conseil de la Fondation Internationale Prix Balzan « Fonds ».

 

Laura Sadis ©CICR

 


Doris Schopper

Élue à l'Assemblée du CICR en 2012.

Doris Schopper was born in 1954. After undergraduate studies in medicine at the University of Geneva (1978), she specialized in internal medicine (1986) and completed a doctorate in public health at the Harvard School of Public Health (1992). Between 1982 and 1990 she spent several years in the field with Médecins Sans Frontières (MSF). She was President of the Swiss branch of MSF from 1991 to 1998. During this period, she served two terms as President of MSF's International Council and in 2001 was asked to set up an independent ethics review board for MSF International. She has been the Chair of the Board since then, providing advice and overseeing ethical reviews of MSF research proposals.
 

Doris Schopper ©CICR

Doris Schopper est née en 1954. Elle a obtenu un diplôme de médecine à l'université de Genève (1978), a suivi une formation en médecine interne (1986), et a obtenu un doctorat en santé publique à l'École de santé publique de Harvard (1992). Entre 1982 et 1990, elle a effectué plusieurs missions avec Médecins sans Frontières (MSF). Elle a présidé la section suisse de MSF de 1991 à 1998. Durant cette période, elle a exercé deux mandats comme présidente du Conseil international de MSF. En 2001, elle est invitée à constituer un comité d'examen éthique pour MSF International et préside depuis lors ce comité, supervise les revues éthiques des propositions de recherche de MSF et donne des conseils sur les questions d'éthique.

Doris Schopper a travaillé en qualité de conseillère en politique sanitaire dans le cadre du Programme mondial sur le SIDA au siège de l'OMS à Genève de 1992 à 1995. De plus, elle a été conseillère principale en politique sanitaire à l'Institut tropical suisse pendant deux ans, et a développé plusieurs politiques et stratégies pour l'OMS. Elle a également été chargée d'élaborer des politiques et des stratégies de santé publique, tant nationales que régionales, en Suisse.

Depuis juillet 2011, Doris Schopper est professeure à la faculté de médecine de l'université de Genève et directrice du Centre d'enseignement et de recherche en action humanitaire.


Rolf Soiron

Élu à l'Assemblée du CICR et au Conseil de l'Assemblée en 2009. Membre de la Commission de recrutement et de rémunération.

Rolf Soiron est né en 1945 près de Francfort, en Allemagne. Docteur en histoire et PMD (Programme for Management Development) de la Harvard Business School, il s'est spécialisé en gestion d'entreprise. Au cours de sa carrière internationale, il a pratiqué différents métiers de la gestion d'entreprise, dont la gestion des ressources humaines, l'administration des finances, la conduite des opérations et la réflexion stratégique. Il a exercé ses fonctions aussi bien dans les secteurs de l'industrie pharmaceutique et chimique que du génie médical, de la construction ou de la finance. Il a une vaste expérience de la gouvernance d'entreprise et préside les Conseils d'administration de Holcim, Lonza et Nobel Biocare.

 

Rolf Soiron ©CICR

M. Soiron joue un rôle actif dans la vie publique comme membre du Conseil de commune de Riehen et du Grand Conseil du canton de Bâle-Ville. Il a été dix ans président du Conseil de l'université de Bâle et a aussi présidé le Conseil de la fondation Avenir Suisse de 2009 à 2014. Il préside aujourd'hui le Conseil de fondation de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève.


Béatrice Speiser

Élue à l'Assemblée du CICR en 2015.

Née à Zurich en 1963, Béatrice Speiser a grandi à Bruxelles (Belgique). Elle a étudié le droit à l'université de Saint-Gall, où elle a obtenu un doctorat, et a ensuite suivi diverses formations aux États-Unis (Programme de gestion avancée à la Wharton School (université de Pennsylvanie) et en France, à l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD).

In 2004, she founded Crescenda, the first Swiss start-up centre for migrant women, of which she is President and Executive Director. Based in Basel, Crescenda trains and supervises migrant women wishing to start their own business, and facilitates their social and economic integration into Switzerland. Among other distinctions, Crescenda has received the Swiss Integration Prize.
 

Béatrice Speiser ©CICR

Béatrice Speiser a fondé en 2004 Crescenda, le premier centre suisse de création d'entreprises pour migrantes, dont elle est la présidente. Crescenda (Bâle) forme et encadre des migrantes qui désirent créer leur propre entreprise et contribue aussi à leur intégration sociale et économique rapide et durable en Suisse. Crescenda a notamment reçu le Prix suisse de l'intégration. Béatrice Speiser est co-auteur de l'ouvrage Das Crescenda Modell : Migrantinnen als Unternehmerinnen - Le modèle Crescenda : les migrantes en tant qu'entrepreneures, publié par rüffer & rub en 2014.

Elle vit à Bâle, où elle exerce comme avocate indépendante et juge suppléante au Tribunal civil de Bâle-Ville. Elle est aussi entrepreneure et membre de plusieurs organes de surveillance d'entreprises et d'organisations à but non lucratif.


Bruno Staffelbach

Élu à l'Assemblée du CICR en 2010 et au Conseil de l'Assemblée en 2011.

Bruno Staffelbach est né en 1957. Il possède une maîtrise en économie, un doctorat en gestion d'entreprise et un diplôme postdoctoral en gestion et éthique de l'Université de Zurich. De 1992 à 2016, il a été titulaire de la chaire de gestion d'entreprise et de gestion des ressources humaines de l'Université de Zurich, où il a également été directeur du programme de formation destiné aux cadres, et a dirigé l'Institut de stratégie et d'économie d'entreprise. Il a aussi enseigné à l'Université de Fribourg. Depuis août 2016, il est recteur de l'Université de Lucerne.

 


Bruno Staffelbach ©CICR

Parallèlement à sa carrière universitaire, Bruno Staffelbach a été commandant et officier d'état-major à différents niveaux de l'armée suisse. De 2004 à 2008, il a commandé une brigade d'infanterie en qualité de brigadier général.

Bruno Staffelbach siège par ailleurs au conseil d'administration de plusieurs organisations universitaires, et est président du MBA en emploi de l'Université de Zurich.


Heidi Tagliavini

Élue à l'Assemblée du CICR en 2012 et au Conseil de l'Assemblée en 2014. Membre de la Commission de recrutement et rémunération. S'est vu accorder un congé temporaire du CICR de juin 2014 à juillet 2015 - voir ci-dessous.

Heidi Tagliavini est née en 1950 à Bâle (Suisse). Elle a étudié la philologie à Genève et à Moscou et est titulaire de deux doctorats honorifiques des universités de Bâle et de Berne.

Diplomate de carrière depuis une trentaine d'années, Heidi Tagliavini est entrée au Département fédéral suisse des affaires étrangères en 1982. Après plusieurs missions relevant de la diplomatie bilatérale (à Berne, Lima, Moscou et La Haye), elle a travaillé principalement dans les domaines du règlement des conflits, du maintien de la paix et de la promotion des institutions démocratiques et des droits de l'homme pour différentes organisations régionales et internationales, dont l'Organisation des Nations unies (ONU), l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l'Union européenne (UE).

 


Heidi Tagliavini ©CICR

En 1995, dans le contexte de la guerre en Tchétchénie, Heidi Tagliavini est envoyée sur place au sein du premier groupe d'assistance de l'OSCE. En 1998, elle est nommée ambassadrice pour exercer la fonction d'adjointe du représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Géorgie – mandat qui se rapporte au conflit en Abkhazie. En 2000, le président en exercice de l'OSCE, autrichien, l'a choisie pour être sa représentante personnelle lors de missions dans le Caucase.

En 2001 et 2002, Heidi Tagliavini a été ambassadrice de la Suisse en Bosnie-Herzégovine. En 2002 toujours, à la demande de Kofi Annan, alors Secrétaire général des Nations Unies, elle est devenue sa représentante spéciale et a pris la tête de la Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie, fonctions qu'elle a occupée pendant quatre ans. À son retour en Suisse à la fin de 2006, elle a travaillé au Département fédéral des affaires étrangères en qualité de directrice politique adjointe et de secrétaire d'État adjointe.

En décembre 2008, le Conseil des ministres de l'UE l'a nommée chef de la mission d'enquête internationale indépendante sur le conflit en Géorgie et l'a chargée de publier un rapport sur le conflit, ce qu'elle fera en septembre 2009.

Entre 2009 et 2013, Heidi Tagliavini a dirigé des missions d'observation électorale lors de plusieurs scrutins présidentiels et parlementaires en Ukraine, dans la Fédération de Russie et en Arménie pour le compte du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme de l'OSCE.

Heidi Tagliavini a été nommée à la fonction de représentante spéciale de l'OSCE pour les négociations de paix sur l'Ukraine, entre juin 2014 et juillet 2015. Pendant cette période, l'Assemblée lui a accordé un congé temporaire du CICR, les deux fonctions étant incompatibles.

S'inscrire à la newsletter