Afghanistan : panser les blessures de la guerre

21 novembre 2014


Les femmes sont souvent les premières à subir les conséquences des conflits. À 28 ans, Farzana Sadat a côtoyé la violence presque toute sa vie. Elle perd une jambe à 14 ans dans l’explosion d’une mine près de chez elle, à Kaboul. Quatre mois plus tard, elle est équipée d’une prothèse au centre de réadaptation physique du CICR à Kaboul. Celle qui avait commencé par travailler à la buanderie du centre dirige aujourd’hui le département des prothèses.

Voir aussi :

Orthopédie et rééducation physique en Afghanistan - Alberto Cairo