Déclaration sur les opérations visant à assurer le passage sans risque des civils en Ukraine

Tout laisse croire que les opérations visant à permettre aux populations civiles de quitter Marioupol et Volnovakha en toute sécurité ne débuteront pas aujourd'hui.

Nous maintenons le dialogue avec les parties pour faire en sorte que les civils puissent partir sans risque des différentes villes touchées par le conflit. Alors que nous parviennent des témoignages bouleversants de Marioupol et d'autres villes, toute initiative des parties susceptible d'apporter un répit aux civils face à la violence, et de leur permettre de rejoindre volontairement des zones plus sûres, est la bienvenue.

En tant qu'intermédiaire humanitaire neutre et impartial, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se tient prêt à faciliter le passage sans danger des populations civiles, dès que les parties seront parvenues à un accord dont les termes strictement humanitaires permettront à notre institution d'agir.

 


Les « couloirs humanitaires », ou toute autre mesure destinée à soulager le sort des personnes affectées par les combats, doivent être soigneusement planifiés et mis en œuvre avec l'accord des parties au conflit.



Que de telles mesures soient ou non mises en place dans les jours à venir, le droit international humanitaire impose aux parties de continuer à protéger les civils – ceux qui choisissent de partir comme ceux qui restent sur place –, ainsi que les infrastructures civiles.

L'espace nécessaire à une action humanitaire neutre du CICR doit être préservé et respecté. En outre, les parties doivent faciliter de façon durable l'accès et les opérations humanitaires.

Note à l'intention des rédacteurs : nous ne disposons d'aucun porte-parole disponible pour s'exprimer sur la question aujourd'hui et nous ne sommes pas en mesure d'organiser des entretiens avec des collaborateurs présents sur le terrain dans les lieux mentionnés.

Informations complémentaires :

Ewan Watson, ewatson@icrc.org
Crystal Wells, cwells@icrc.org