Des médecins maliens formés en chirurgie de guerre

27 juillet 2017
Des médecins maliens formés en chirurgie de guerre
Photo de groupe à la fin du module. CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Cissé

La chirurgie de guerre consiste à soigner les victimes de conflits armés et de violences blessées par arme. Du 16 au 23 mai 2017, une cinquantaine de médecins en cours de spécialisation en chirurgie ont suivi un module universitaire de chirurgie de guerre à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Odontostomatologie de Bamako.

Organisé dans le cadre du partenariat entre le CICR et le CAMES (Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur), cet enseignement dispensé par un chirurgien-expert du CICR avait pour but de mieux préparer les participants à la prise en charge des personnes blessées dans les conflits armés (blessures par armes à feu, armes blanches, explosifs, etc.). Durant six jours, la cinquantaine de participants ont bénéficié de cette formation interactive sur les principaux aspects de ce type de chirurgie : blessures des membres, de l'abdomen, du thorax, de la tête, blessures par mines ou par explosions, gestion d'afflux massifs de blessés, premiers secours, etc.

Cet enseignement revêt une importance capitale au Mali. En effet, depuis 2012, dans le nord et une grande partie du centre du pays, la population civile continue de subir les conséquences directes du conflit armé et des violences engendrant un nombre important de blessés par armes à feu, armes blanches, explosifs, etc. Le renforcement des connaissances de ces médecins en cours de spécialisation en chirurgie était nécessaire afin de mieux traiter les victimes civiles et militaires avec des outils adaptés et disponibles dans les zones de conflit. Grâce à ce module, les futurs chirurgiens pourront assurer une prise en charge rapide et efficace des blessés. 

« Notre pays est en situation de conflit. Nous sommes de plus en plus confrontés à ce genre de blessures, y compris ici, à Bamako. Cette formation nous a permis d'améliorer nos connaissances dans la prise en charge chirurgicale des différentes lésions liées aux conflits armés, un domaine peu connu au Mali », témoigne le docteur Naouma Cissé, un des participants.

Signalons que ce module universitaire a déjà été dispensé dans d'autres pays du CAMES, notamment le Burkina Faso, le Cameroun, le Niger, le Togo, le Tchad, la Guinée et le Sénégal. Il est à noter que même en temps de paix, les compétences acquises sont également utiles pour le traitement des victimes d'accidents.

Améliorer l'accès aux soins de santé

Au Mali, nous soutenons plusieurs structures de santé dans le nord du pays, dont l'hôpital régional de Gao depuis mai 2012. En plus de l'appui en ressources humaines et matérielles, en équipements et remise en état des infrastructures, nous y assurons la prise en charge des blessés de guerre et de tous les patients vulnérables.

De janvier à mai 2017, notre équipe médico-chirurgicale constituée de nationaux et d'expatriés, conjointement avec le personnel de l'hôpital, a réalisé plus de 690 interventions chirurgicales et opéré plus de 135 blessés de guerre.

Il est à noter qu'une équipe chirurgicale du CICR peut également être déployée dans les régions de Mopti et Ségou pour apporter son soutien aux structures hospitalières.

S'inscrire à la newsletter