Israël : l’accès aux soins de santé est un droit non négociable

30 octobre 2015
Israël : l’accès aux soins de santé est un droit non négociable

Jérusalem (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est préoccupé par les répercussions de la situation actuelle sur la capacité des hôpitaux à fournir des soins médicaux et autres services de santé.

Plusieurs incidents récents ont eu pour effet de nuire à la prise en charge et au bien-être des patients et d’entraver la capacité du personnel hospitalier à fournir des services de santé essentiels.

Ces derniers jours, l’hôpital Makassed, qui abrite le plus grand service des urgences de Jérusalem-Est, a vu ses locaux investis à plusieurs reprises par des membres des services de sécurité israéliens.

« Les tensions ont atteint leur paroxysme mercredi, lorsqu’une quarantaine de policiers armés sont entrés dans l’hôpital, perturbant les services médicaux pendant plus d’une heure et empêchant plusieurs membres du personnel soignant de retourner auprès de leurs patients, dont certains dans un état critique, raconte le docteur Rafiq Husseini, directeur de l’hôpital Makassed. C’est la première fois que nous sommes confrontés à une telle situation, poursuit-il. Il devient extrêmement difficile de diriger un hôpital dans ces conditions. »

Le dernier incident en date s’est produit hier, lorsqu’une altercation a éclaté entre le personnel médical et les forces de sécurité, qui tentaient à nouveau de pénétrer dans l’hôpital. Celles-ci ont fini par utiliser des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, blessant un patient et un membre du personnel.

« J’étais à l’hôpital avec une équipe du CICR au moment des faits, raconte Christian Cardon, chef de la mission du CICR à Jérusalem. J’ai aussitôt pris contact avec les forces de sécurité israéliennes pour apaiser les tensions et prévenir tout risque d’escalade. »

Il faut veiller à ce que les mesures de sécurité légitimes prises dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre n’entravent pas l’accès aux soins médicaux ni ne perturbent les services de santé ; de même, il est important de veiller à ce qu’elles ne soient pas perçues par le personnel ou les patients comme une manœuvre d’intimidation ou une menace.

« Nous sommes pleinement conscients des enjeux auxquels sont confrontées les autorités dans le contexte actuel, mais nous leur demandons de faire en sorte que les patients et les fournisseurs de soins de santé, tels que la Société du Croissant-Rouge palestinien, puissent accéder aux hôpitaux sans être inutilement retardés. »

Le personnel de santé et les structures médicales doivent être respectés et protégés en toutes circonstances de sorte qu’ils puissent s’acquitter de leur mission en toute sécurité.

Depuis le 1er octobre, les hôpitaux de Jérusalem-Est ont accueilli plus de 370 blessés. Le CICR travaille en étroite collaboration avec ces établissements depuis le début de la crise ; il fournit notamment des médicaments et d’autres articles médicaux à l’hôpital Makassed ainsi qu’au ministère de la Santé palestinien en Cisjordanie. Il soutient également le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom dans le cadre de leurs interventions d’urgence.

Informations complémentaires :

Nadia Dibsy, CICR Jérusalem, tél. : + 972 52601 9148
Krista Armstrong, CICR Jérusalem, tél. : + 972 52601 9150

S'inscrire à la newsletter