D’Hébron à Gaza : retrouvailles 14 ans plus tard

14 novembre 2015
D’Hébron à Gaza : retrouvailles 14 ans plus tard

Originaire de Gaza, Neamah, une palestinienne de 65 ans, a déménagé à Hébron en Cisjordanie lorsqu'elle s'est mariée ; elle s'y est installée et y vit heureuse avec son mari et ses enfants depuis lors. Mais sa famille de Gaza lui a toujours manqué, d'autant qu'avec les années, les déplacements entre Gaza et la Cisjordanie sont devenus toujours plus difficiles.

Quatorze ans ont passé pendant lesquels elle n'a pas pu voir ses sœurs aînées, Zeinab et Fatma, ses demandes répétées d'autorisation pour se rendre d'Hébron en Cisjordanie ayant été refusées par les autorités israéliennes. Plus le temps passait, plus grandissait en elle le désir de les revoir, d'autant que la santé de ses sœurs devenait précaire.

Les nouvelles technologies facilitent beaucoup la communication, mais rien ne remplace le fait de pouvoir serrer dans mes bras mes sœurs.


Neamah arrive à Gaza, dans la maison de sa famille, où elle est née.

En juillet dernier, Neamah a pris contact avec l'équipe du CICR chargé du rétablissement des liens familiaux pour leur demander de l'aide. En septembre, le CICR a approché les autorités israéliennes et a pu obtenir pour Neamah l'autorisation de se rendre dans la bande de Gaza pour passer deux semaines avec sa famille.


Neamah, avec son neveu Ghassan, fait la connaissance de la nouvelle génération.

Neamah est entrée à Gaza par le point de passage d'Erez-Beit Hanoun, où elle a retrouvé Elham, l'agent de terrain du CICR, qui l'a accompagnée jusqu'au domicile familial à Jabaliya. Toute la famille attendait avec impatience son arrivée. Les retrouvailles, tant espérées, ont été l'aboutissement du voyage et un moment de grande émotion et de joie.

Je ne peux pas trouver les mots pour décrire ce que je ressens

Neamah retrouve son neveu, Anwar. "Si je l'avais croisé dans la rue à Hébron, je ne l'aurais pas reconnu. C'est un homme adulte maintenant."

"Mes deux neveux, accompagnés d'une équipe du CICR, ont été les premiers à m'accueillir", a expliqué Neamah. "Quand je suis arrivée à la maison, tout était différent ; Jabaliya a complètement changé et ma famille s'est agrandie, beaucoup plus que je ne le pensais !".


Neamah embrasse sa soeur, Zeinab, 88 ans, qu'elle n'avait plus vue depuis 14 ans.

Les deux semaines ont passé très vite. Alors que la date du retour approchait, l'un des jeunes gens de la famille a conseillé à Neamah de s'inscrire sur Skype pour qu'ils se puissent se parler de temps en temps. "Les nouvelles technologies facilitent beaucoup la communication, mais rien ne remplace le fait de pouvoir serrer dans mes bras mes sœurs et les autres membres de la famille",

J'espère vous rendre à nouveau visite : c'est la dernière chose que je leur ai dite

Neamah est rentrée à Hébron, partagée entre des sentiments contradictoires. Elle était heureuse parce que son mari, ses enfants et petits-enfants lui avaient manqué mais elle avait aussi le cœur lourd de laisser derrière elle ses sœurs, ne sachant pas en particulier quand elle les reverrait, si elle les revoyait jamais.


Photo de famille avec Neamah, ensemble après 14 ans de séparation.

Neamah avait les larmes aux yeux en racontant son voyage à Gaza au CICR : "Ce voyage était comme un rêve devenu réalité. Avant de passer par le terminal, je ne croyais pas arriver à Gaza."

Un délicieux "mansaf" traditionnel avait été préparé pour fêter le retour de Neamah chez elle.

"Ma famille m'a manqué, ma maison m'a manqué, et j'aime beaucoup le mansaf mais, en ce moment, je pense à mes sœurs et ne peux pas oublier le goût merveilleux du poisson de Gaza", a dit Neamah.

 

Photos: CC BY-NC-ND /ICRC/N. Alwaheidi