Kosovo : toujours plus de 1 600 disparus 19 ans après la fin du conflit

14 mai 2018
Kosovo : toujours plus de 1 600 disparus 19 ans après la fin du conflit
À l’occasion de la Journée nationale des personnes disparues, les familles de disparus se rassemblent à Meja, un village situé dans la municipalité de Gjakovë/Dakovica, pour se recueillir sur la tombe de leurs proches. CICR/Jetmir Duraku

Pristina (CICR) – En raison du net ralentissement dans le traitement des cas de disparition, plus de 1 600 familles vivent toujours dans l'attente de leurs proches portés disparus depuis bientôt 20 ans.

Agim Gashi, chef de la mission du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Kosovo, a déclaré lors de la Journée nationale des personnes disparues : « Nous voulons saisir cette occasion pour rendre une nouvelle fois hommage aux familles qui se battent et sont désespérées de ne pas savoir ce qui est arrivé à leurs proches. En leur nom, nous demandons aux autorités de redoubler d'efforts pour résoudre ce problème humanitaire qui persiste au Kosovo 20 ans après les faits. »

Préoccupé par la baisse du nombre de cas résolus ces dernières années, Agim Gashi a rappelé que le sort de quatre personnes seulement a été élucidé cette année, tandis que 11 cas ont été résolus en 2017.

« C'est principalement le manque d'information permettant de localiser de nouveaux lieux de sépulture qui nous empêche de progresser plus rapidement », a-t-il précisé.

Les disparitions de 6 057 personnes – en lien avec le conflit qui a fait rage au Kosovo en 1998 et 1999 et ses conséquences – ont été déclarées au CICR. Alors que le processus de recherches a donné des résultats et atténué les souffrances des familles de 4 407 personnes, il a apporté une maigre consolation aux familles des quelque 1 650 personnes disparues qui continuent de vivre dans l'angoisse.

En vertu du droit international humanitaire, il incombe avant tout aux anciennes parties au conflit de fournir des réponses quant au sort des personnes portées disparues sur les territoires qu'elles contrôlaient.

Informations complémentaires :

Albiona Musliu, CICR Pristina, tél. : + 383 38 220 384 114 ou +377 44 195 664