Les activités du CICR au Yémen en 2014

22 janvier 2015
Les activités du CICR au Yémen en 2014
Maareb, octobre 2014 Déchargement de secours qui seront distribués à 1 500 familles déplacées.CC BY-NC-ND / ICRC / I. Al Maamari

Face à la recrudescence de la violence et à l'intensification du conflit armé au Yémen en 2014, le CICR a renforcé ses activités humanitaires de manière à pouvoir intervenir plus largement dans le pays, et dans de meilleurs conditions de sécurité ; ce qu'il est parvenu à faire grâce au solide réseau mis en place par sa délégation à Sanaa et les contacts étroits que celle-ci entretient avec toutes les parties en présence dans le pays, au même titre que ses sous-délégations à Aden, Taïz, Saada et Sanaa.

Les activités que le CICR a menées en faveur des victimes du conflit et de la violence au Yémen en 2014 sont les suivantes :

Eau et infrastructures

  • Au total, 1 139 410 habitants des gouvernorats de Lahj, Amran, Aden, Taïz et Saada ont pu accéder à l'eau potable grâce à plusieurs projets de construction et de rénovation d'infrastructures d'eau et d'assainissement, dont la remise en état du réseau d'évacuation des eaux usées de la ville d'Aden.
  • Quelque 389 000 personnes ont bénéficié de l'amélioration des infrastructures dans deux hôpitaux installés dans des zones rurales et sept centres de santé des gouvernorats de Saada, Amran et Sanaa.
  • Dans le gouvernorat d'Amran, les ingénieurs « eau et habitat » du CICR ont aménagé neuf réservoirs permettant à 450 personnes de s'approvisionner en eau. Par ailleurs, dans les gouvernorats d'Al-Jawf et de Marib, le CICR a distribué 131 tentes pour abriter 917 personnes dont les habitations avaient été détruites par suite du conflit.
  • Au total, 1 176 personnes détenues à Sanaa, Ibb, Saada et Taïz ont vu leurs conditions de vie s'améliorer à la suite de travaux de remise en état dans les établissements où elles étaient incarcérées. En outre, des travaux au centre de rétention de Sanaa ont permis d'améliorer les conditions de vie de près de 750 migrants en attente d'expulsion, grâce notamment à l'assainissement de la cour extérieure, à l'aménagement d'une aire de jeu pour les familles et d'un espace buanderie, ainsi qu'à l'installation d'un système d'évacuation des eaux usées.

 

Des familles de migrants en attente d'expulsion à l'Agence des passeports de Sanaa. Le CICR a amélioré leurs conditions de vie en réhabilitant la cour et en y ajoutant une aire de jeux pour les enfants.CC BY-NC-ND / ICRC

Activités médicales

  • Plus de 65 000 personnes handicapées ont reçu des soins dans quatre centres de réadaptation physique soutenus par le CICR, qui a également formé plus de 60 techniciens orthopédistes et physiothérapeutes. En outre, une quinzaine d'étudiants ont bénéficié d'un soutien du CICR, grâce auquel ils ont pu suivre un programme de formation d'orthoprothésiste de trois ans en Inde.
  • Quelque 215 000 personnes ont pu avoir accès à des soins de santé primaires de meilleure qualité grâce au soutien apporté à 11 structures médicales dans les gouvernorats de Saada, Amran, Abyan, Al-Dhale et Sanaa, notamment via la formation de 414 agents de santé. Tout au long de l'année, le CICR a soutenu l'hôpital Al-Razi (gouvernorat d'Abyan), où plus de 1 300 interventions chirurgicales ont été pratiquées. De plus, 45 infirmiers et infirmières ont terminé une formation aux soins d'urgence de 30 semaines, sanctionnée par un diplôme.
  • Avec le soutien du CICR, 1 295 personnes blessées par arme ont été prises en charge dans 22 hôpitaux du pays, qui ont réalisé plus de 1 750 opérations chirurgicales.

Assistance alimentaire

  • Au total, 51 078 déplacés ont bénéficié d'une assistance alimentaire dans plusieurs régions du pays, et 49 534 personnes ont reçu des articles ménagers tels que couvertures, articles d'hygiène et ustensiles de cuisine.

Autres formes d'assistance

  • Afin d'aider des membres de familles dispersées à rester en contact, le CICR a distribué 3 400 messages Croix-Rouge et facilité 281 appels téléphoniques entre des détenus à Guantanamo et leurs proches se trouvant au Yémen. Par ailleurs, le CICR a émis 198 documents de voyage pour permettre à des réfugiés et des requérants d'asile de s'installer dans des pays tiers.
  • Les délégués du CICR ont visité 4 428 personnes dans 6 lieux de détention, s'attachant à observer leurs conditions de vie et le traitement qui leur était réservé.
  • Dans les gouvernorats de Saada, Taïz et Abyan, 12 750 personnes, environ, ont bénéficié d'une aide financière pour entreprendre des activités génératrices de revenu et ainsi pouvoir subvenir aux besoins de leur famille.
  • Plus de 91 000 personnes, principalement des anciens déplacés de retour dans leur lieu d'origine, ont pu reprendre des activités de subsistance grâce à un soutien du CICR dans les domaines de l'élevage, de l'agriculture et de l'apiculture.

 

Al Radoo, Abyan, Yémen. Des agriculteurs participent à un projet du CICR de formation en apiculture. CC BY-NC-ND/ICRC/B. Lamon

Budget

Le budget pour l'opération 2015 du CICR au Yémen s'élève à plus de 25 millions de francs suisses.

Collaborateurs

Le CICR est présent au Yémen depuis 1962. Avec plus de 250 collaborateurs, dont plus de 50 expatriés en poste sur quatre sites différents, le Yémen constitue l'une des plus vastes opérations de l'institution au Moyen-Orient.

 


CC BY-NC-ND / ICRC / S. Ammane