Libye : faits et chiffres, janvier - décembre 2018

09 avril 2019
Libye : faits et chiffres, janvier - décembre 2018

Le CICR – qui s'emploie à venir en aide aux personnes les plus vulnérables en Libye – opère actuellement à partir de quatre bureaux (Tripoli à l'ouest, Misrata au centre, Benghazi à l'est et Sabha au sud) et dispose d'un effectif de quelque 260 personnes, dont la plupart sont basées en Libye et certaines à Tunis..

Plusieurs situations d'urgence humanitaire se sont déclarées dans diverses parties du pays en 2018. Le CICR, souvent en partenariat avec le Croissant-Rouge libyen (CRL), y a répondu de la manière suivante :
 

Nourriture et articles ménagers de première nécessité

  • Plus de 212 600 bénéficiaires – déplacés, retournés ou résidents – ont reçu tout au long de l'année des colis d'aide alimentaire (thon, riz, pâtes, huile de friture, haricots et autres produits).
  • Des articles ménagers de première nécessité (bâches, matelas, couvertures, seaux, ustensiles de cuisine et articles d'hygiène) ont été distribués à plus de 183 600 personnes pour les aider à améliorer leurs conditions de vie de base.
  • Des articles ménagers de première nécessité (permettant de couvrir les besoins de 48 000 personnes) et environ 14 000 colis d'aide alimentaire (permettant de couvrir les besoins de 84 000 personnes) ont été remis au CRL pour l'aider à répondre aux situations d'urgence.


Soutien aux moyens de subsistance

  • Plus de 23 700 personnes (des déplacés de retour dans leur foyer et d'autres chefs de ménage) ont bénéficié, dans différentes parties du pays, de transferts en espèces multi-usage. Elles ont pu ainsi acheter dans les supermarchés et les pharmacies proches de chez elles divers articles – nourriture, vêtements ou médicaments – répondant à leurs besoins. En prévision de l'élargissement du programme de transferts monétaires en 2019, un cours de formation a été organisé à Tunis pour 24 personnes (des membres du personnel du CICR et des employés et volontaires du CRL).
  • Des initiatives microéconomiques ont été lancées à Tripoli, puis à Misrata et, plus tard, à Benghazi. Au total, plus de 60 individus ont bénéficié d'allocations en espèces, octroyées par le CICR pour leur permettre de créer leur propre petite entreprise (élevage de lapins, service de taxi, moulin à grain ou maintenance de téléphones portables, entre autres). Le but de ces projets est de permettre à des personnes qui souffrent d'un handicap et sont traitées dans des Centres de réadaptation physique soutenus par le CICR de reprendre le cours de leur vie et redevenir membres à part entière de la société.
  • À Tripoli, 24 programmes de soutien aux moyens de subsistance ont été mis en place à la suite d'une formation aux métiers manuels. Environ 80 % des bénéficiaires de ces programmes étaient des personnes originaires de Benghazi, déplacées depuis plusieurs années.


Soutien aux structures de santé

  • Cinquante-deux hôpitaux et autres établissements de santé ont reçu du matériel médical dans l'ensemble du pays (Tripoli, Misrata, Benghazi et Sabha). Au moins la moitié de ces structures ont également bénéficié d'un approvisionnement périodique en matériel et fournitures de santé.
  • De l'insuline et d'autres médicaments ont été fournis à plus de 80 000 patients dans les centres de traitement du diabète de Misrata, Sabha et Benghazi.
  • Des structures soutenues par le CICR ont traité près de 1 000 blessés, donné plus de 300 000 consultations et vacciné plus de 23 000 enfants contre la poliomyélite et la rougeole.
  • Deux centres de soins de santé primaires – l'un à Benina (Benghazi), l'autre à al-Ghurdah (Sabha) – ont été réhabilités.
  • Une formation de base aux premiers secours a été dispensée à plus de 390 personnes (membres de divers groupes armés, notamment).
  • Plus de 900 personnes souffrant d'un handicap physique ont été équipées de prothèses et ont bénéficié de traitements de physiothérapie. Actuellement, le CICR soutient trois centres à Tripoli, Misrata et Benghazi (fourniture de matériel et formation).


Accès à une eau salubre / meilleur assainissement 

  • Le CICR a contribué à la réparation des infrastructures d'approvisionnement en eau afin de fournir de l'eau potable à plus de 130 500 personnes à Derna et à Benghazi.
  • Lors d'une intervention d'urgence, conjointement avec le CRL, il a distribué de l'eau en bouteille et réhabilité des latrines communautaires, au bénéfice de 600 déplacés originaires de Derna.
  • Il a aidé les autorités locales à évacuer les eaux usées et à mener des opérations de nettoyage après les inondations survenues à Sabha et dans les environs, ce qui a permis d'améliorer les conditions de vie de plus de 20 000 personnes.
  • À l'hôpital Ibn Sina de Syrte, la capacité de stockage de l'eau a été augmentée, ce qui garantit à cet hôpital de 250 lits un approvisionnement en eau fiable.
  • Au total, 24 personnes ont participé à deux formations – l'une intitulée « Surveillance de la qualité de l'eau », l'autre « Opération et Maintenance » – organisées en coopération avec deux organismes locaux, l'Autorité chargée du Grand fleuve artificiel et la Compagnie générale des Eaux et de l'Assainissement. En outre, les capacités de 15 volontaires du CRL (branches de Tripoli, Benghazi et Sabha) ont été renforcées pour leur permettre de répondre aux besoins dans le domaine de l'eau et de l'assainissement.

 

Rétablissement des liens familiaux, recherche des personnes disparues

  • La remise en état d'un centre d'accueil du CRL à Misrata a considérablement amélioré les conditions de vie des 24 mineurs non accompagnés qui s'y trouvaient alors. En décembre, 12 de ces mineurs ont été réunis avec leur famille après presque deux ans de séparation.
  • En coopération avec le CRL, le CICR a organisé plus de 730 appels téléphoniques ou vidéo et assuré la transmission de brefs messages oraux et de Messages Croix-Rouge destinés à des personnes détenues en Libye ou échangés entre des familles libyennes et leurs proches détenus à l'étranger, notamment dans la base navale de Guantanamo Bay, à Cuba.
  • Des personnes détenues, y compris des migrants, ont été visitées dans deux lieux de détention à Misrata en vue de les aider à reprendre contact avec leur famille. Des colis personnels envoyés par leurs proches ont été remis aux détenus et certains d'entre eux ont pu recevoir la visite de membres de leur famille venus de l'étranger.
  • Des Titres de voyage du CICR ont été délivrés à près de 870 personnes pour faciliter leur sortie de Libye.
  • Des vêtements, des articles d'hygiène et des couvertures ont été remis à quelque 540 détenus.

 

Gestion digne des dépouilles mortelles

  • Plus de 2 500 sacs mortuaires et 100 kits de protection ont été remis à diverses entités (Institut médico-légal du ministère de la Justice et morgues relevant du ministère de la Santé, du ministère de l'Intérieur ou du CRL). Cinq trousses portatives pour effectuer des autopsies ont également été fournies à l'Institut médico-légal.
  • Un nouveau réfrigérateur et un nouveau congélateur ont été installés au centre médical de Sabha afin de doubler la capacité de la morgue de cet établissement.
  • Dans le cadre du renforcement des capacités, trois ateliers ont été organisés pour les médecins légistes. Deux cours de formation sur la gestion digne des dépouilles mortelles ont en outre été dispensés. Ils ont réuni près de 80 participants, parmi lesquels des médecins légistes libyens, des policiers, des procureurs, des membres du personnel hospitalier et des volontaires du CRL. Deux séminaires ont également été organisés : ils ont permis à des officiers militaires d'examiner la question des morts et des disparus au regard du droit international humanitaire (DIH). Enfin, le CICR a parrainé cinq professionnels de médecine légale pour leur permettre de suivre des cours et de participer à des réunions à l'étranger.

 

Activités de formation et de promotion du DIH

  • Des dizaines d'ateliers et de sessions de formation ont été organisés tout au long de l'année en Libye, dans différentes régions, ainsi qu'en Égypte et en Tunisie. Ils ont réuni plus de 950 participants issus de différents milieux (autorités nationales, armée/groupes armés, journalistes et CRL). L'accent a été mis sur le DIH et les règles fondamentales visant à protéger la personne humaine pendant les conflits armés et autres situations de violence.

 

Coopération avec le CRL

  • Le CICR a collaboré avec le CRL, dont il a contribué à renforcer la réponse opérationnelle par le biais de la formation et de l'apport d'un soutien financier et matériel. Réaffirmant sa volonté de collaboration avec la Société nationale, le CICR a signé en décembre avec le CRL un accord de partenariat qui guidera l'action humanitaire des deux organisations en Libye.
  • Quatre ateliers ont été organisés à Tunis pour plus de 70 volontaires et employés du CRL afin de les aider à renforcer leurs capacités dans plusieurs domaines : les Principes fondamentaux du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Mouvement CR/CR), les procédures garantissant un accès plus sûr sur le terrain, la planification stratégique et la gestion financière.
  • Une réunion de partenariat du Mouvement CR/CR a réuni 16 représentants du CRL, 18 participants d'autres Sociétés nationales et quatre participants de la Fédération internationale. En fin d'année, le CICR a aidé le CRL à organiser son assemblée générale, au niveau national ; plus de 40 personnes (représentant le siège et les branches locales de la Société nationale) y ont participé.