Madagascar : des médicaments essentiels pour les traitements des détenus

26 janvier 2017

Antananarivo (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), en appui au ministère de la Justice et à l'Administration Pénitentiaire de Madagascar, a mis en place une pharmacie centrale afin d'améliorer l'accès aux soins des personnes détenues. Face à l'insuffisance des médicaments disponibles dans les infirmeries des prisons, l'existence de cette pharmacie approvisionnée pourra aider le personnel de santé à mieux gérer ses commandes en fonction des besoins et à offrir gratuitement le traitement adapté aux détenus malades.

« La donation, pour une valeur de 50 millions d'Ariary en médicaments essentiels, va permettre à la pharmacie centrale d'approvisionner les infirmeries des prisons et aider au traitement médical des détenus souvent très démunis », explique Perrine Louart, cheffe de la Délégation régionale du CICR pour l'Océan Indien. « Si la maladie est contagieuse, l'absence de traitement adéquat constitue un risque non seulement pour le malade mais également pour tout son entourage dans un milieu aussi fermé », ajoute-t-elle.

Un local a été aménagé au ministère de la Justice pour accueillir cette pharmacie centrale. Le CICR prévoit également de l'équiper en matériel informatique afin de faciliter la gestion, le stockage et la distribution des médicaments.

madagascar médicaments pour détenus

Médicaments stockés à la Pharmacie centrale et destinés aux prisons de Madagascar. [CC BY-NC-ND / CICR/ C. Ralaivao]

Le CICR est présent depuis une vingtaine d'années à Madagascar où il travaille principalement dans les lieux de détention afin d'améliorer les conditions de vie. En 2016, il a visité plus de 17 000 détenus, mené des programmes nutritionnels dans 19 prisons et y a amélioré l'accès aux soins. Des travaux de réhabilitation (sanitaires, systèmes d'eau et d'assainissement, cuisines, magasins de stockage, bat-flancs) ont été menés dans six établissements pénitentiaires et un système de biogaz a été mis en route dans les prisons de Tsiafahy et à Maevatanana. Des campagnes de désinsectisation et de distribution de matériel d'hygiène ont été réalisées dans 15 lieux de détention. Enfin, le CICR a aussi organisé des séances de sensibilisation à l'Ecole Nationale de l'Administration Pénitentiaire sur les droits des personnes privées de liberté.