Des étudiantes de la faculté des sciences juridiques de Aïn Chock de Casablanca participent à un concours régional de plaidoirie

Maroc : des étudiantes de la faculté des sciences juridiques de Aïn Chock de Casablanca participent à un concours régional de plaidoirie

Du 27 au 28 mars 2019, trois étudiantes marocaines ont représenté le Maroc à l’occasion du concours régional de plaidoirie en droit international humanitaire (DIH) qui s’est tenu à Beyrouth, au Liban.
Article 26 avril 2019 Maroc

Sélectionnées lors d'un concours national de plaidoirie en DIH, organisé du 26 au 27 novembre 2018 à Rabat par la Commission nationale du Droit international humanitaire(CNDIH) et le CICR, qu'elles ont remporté, Farah, Chahba et Myriam, de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Aïn Chock de Casablanca, ont représenté le Maroc à cette compétition régionale.

« Ce fut une très belle expérience qui nous a permis d'aborder le droit humanitaire d'une manière très tangible et d'approfondir nos connaissances dans ce domaine. Mais ce fut aussi une expérience humainement très enrichissante », Affirme Farah.

Ce concours qui se tient tous les deux ans a connu la participation de 45 étudiant(e)s issus de neuf universités représentant des pays arabophones de l'Afrique du nord et du Moyen orient : le Maroc, l'Algérie, la Libye, l'Egypte, le Liban, la Palestine, l'Irak, le Soudan et la Jordanie. La compétition a été remportée par l'Université des sciences juridique de Benghazi, Libye, et le Maroc s'est hissé à la 5ème place.

« Nous avons rencontré des dizaines de personnes aux expériences toutes différentes et intéressantes, qu'il s'agisse de membres du jury, ayant vécu et travaillé dans des pays en guerre pour y faire respecter le droit de la guerre et diminuer tant que possible les souffrances des civils et combattants, ou d'autres étudiants au bagage culturel et aux idées différents des nôtres » ont-elles ajouté.

La compétition vise à faire connaître les règles applicables en DIH, de faire comprendre la complexité de l'action humanitaire et les obligations des Etats en matière d'application du DIH, mais aussi de susciter chez les participants des vocations dans le domaine humanitaire.

Les universités sont des partenaires clés du CICR et de la CNDIH dans l'action qu'ils mènent pour renforcer le respect du droit international humanitaire (DIH). En encourageant les universités à proposer des cours sur le DIH et en soutenant les professeurs qui enseignent cette matière, les deux institutions peuvent sensibiliser la prochaine génération de dirigeants.