Migrer dans la dignité en Colombie : tout un enjeu

Migrer dans la dignité en Colombie : tout un enjeu

Les migrants qui arrivent en Colombie viennent grossir les rangs de la population vulnérable face au conflit et à la violence.
Article 01 mars 2019 Colombie

Nul ne devrait voir sa vie ou sa dignité mises en danger du fait de la migration.

Or, les conflits et autres situations de violence qui sévissent le long des frontières ou de la route migratoire font courir des risques supplémentaires à ceux qui viennent chercher une vie meilleure ou une protection internationale dans le pays.

 
 

Les besoins des migrants sont urgents, notamment l’accès aux soins de santé, à l’hygiène et à l’eau.

Le long du parcours, ils sont exposés à de multiples dangers, tels que l'extorsion, l’exploitation sexuelle ou économique, les abus et les menaces physiques et psychologiques, ainsi que la présence de groupes armés. Certains ont perdu le contact avec leurs proches ; d’autres ont été séparés en cours de route.

C'est à l’État de répondre aux besoins des migrants, des Colombiens de retour au pays et des communautés d’accueil.

Cette population doit faire l’objet d’une prise en charge particulière dans les zones touchées par le conflit ou la violence armée.

Sur le terrain, nous sommes témoins des difficultés dans lesquelles se débattent des familles entières, des personnes seules, des personnes handicapées et même des mineurs non accompagnés qui entreprennent un long et épuisant périple.

Le fait que de nombreux migrants n’aient pas de documents les rend plus vulnérables – en particulier s’ils sont mineurs – et accroît la difficulté de les protéger et de leur donner accès aux droits et services essentiels, tels que l’éducation ou la santé.

 

La Colombie ne ménage pas ses efforts, mais l’ampleur et la complexité du phénomène compliquent la tâche.

La situation nécessite le soutien de la communauté internationale, ainsi qu’une étroite coopération entre tous les pays d’accueil et les organisations qui connaissent bien le problème, afin d’assurer une migration ordonnée et sûre tout en garantissant la protection des droits des migrants.