République centrafricaine : aide d’urgence en faveur des populations déplacées à Paoua

  • Fin novembre, des milliers de personnes ont commencé à fuir leurs villages à cause de l’insécurité ou des craintes d’une attaque, convergeant vers Paoua, au nord-ouest de la République centrafricaine. Plus de 17 000 déplacés internes sont ainsi arrivés en l’espace de quelques jours.
    CC BY-NC-ND / CICR / Daniel Caballo Llamas
  • Le CICR a envoyé des vivres et des articles ménagers essentiels de Bangui. Avec l’aide de la section locale de la Société de la Croix-Rouge centrafricaine (CRCA), les produits sont préparés en vue de leur distribution dans l’enceinte de la Croix-Rouge à Paoua.
    CC BY-NC-ND / CICR / Daniel Caballo Llamas
  • La distribution a été soigneusement préparée pour être sûr que tout se déroule dans le calme. Les volontaires et le personnel de la CRCA ont travaillé d’arrache-pied aux côtés de l’équipe du CICR.
    CC BY-NC-ND / CICR / Daniel Caballo Llamas
  • Un membre du personnel du CICR explique le plan de distribution aux milliers de bénéficiaires.
    CC BY-NC-ND / CICR / Daniel Caballo Llamas
  • Les gens font patiemment la queue des heures durant.
    CC BY-NC-ND / CICR / Daniel Caballo Llamas
  • Les volontaires de la CRCA donnent un coup de main pour la distribution, veillant à ce que chacun reçoive la part qui lui revient.
    CC BY-NC-ND / CICR / Daniel Caballo Llamas
14 décembre 2017

Une équipe du CICR est à Paoua depuis fin novembre pour évaluer les besoins et porter assistance aux milliers de déplacés qui ont fui leurs villages en raison de l'insécurité, ou de manière préventive, pour converger vers Paoua.

Plus de 17 000 personnes sont arrivées en l'espace de quelques jours, parmi lesquelles des milliers d'enfants. Les déplacés vivent dans des conditions très précaires, certains dans des familles d'accueil, d'autres regroupés autour de l'église, du centre de santé ou simplement sous les arbres. « Nous avons tout laissé derrière nous en fuyant », explique un chef traditionnel. « Pourtant nous nous préparions à récolter nos cultures de sésame et de haricots. Nous allons tout perdre si nous restons trop longtemps loin de chez nous. »

Une distribution de vivres et d'articles ménagers de première nécessité a été menée par le CICR avec le soutien de la Croix-Rouge centrafricaine (CRCA) entre dimanche et mardi derniers. Quelque 1 400 ménages, soit plus de 8 500 déplacés de l'axe Pende-Paoua, en ont bénéficié. Une autre distribution est prévue dans les prochains jours ; elle couvrira 1 300 ménages déplacés des villages situés sur l'axe Betoko-Paoua. Des jerrycans seront notamment distribués à chaque famille.

Une équipe d'ingénieurs et de techniciens du CICR présente sur place est par ailleurs sur le point d'entamer la réparation des points d'eau en panne ou dysfonctionnels de la ville de Paoua.

« Nos partenaires ainsi que les volontaires de la CRCA nous ont aidés depuis le début à faire face à cette crise. Leur rôle a été déterminant dans la bonne organisation et le bon déroulement des distributions », explique Daniel Cabello Llamas, délégué chargé des activités de sécurité économique déployé à Paoua.