Soudan : soigner les bébés nés avec un pied bot

  • Âgée de moins d’un mois, Asmaran est atteinte de malformations aux deux pieds. C’est sa deuxième visite au Cheshire Home de Khartoum. Les bébés nés avec un pied bot présentent une déviation de l’axe d’un pied ou des deux, lesquels sont tournés vers l’intérieur et la pointe dirigée vers le bas, ce qui les empêche de les poser à plat sur le sol. Les pieds bots se soignent généralement par des séances de réadaptation orthopédique. Dans certains cas, une ténotomie – petite intervention chirurgicale – peut cependant s’avérer nécessaire.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Jesse Jake, physiothérapeute au CICR, apprend aux assistants en physiothérapie du Cheshire Home de Khartoum à soigner les bébés nés avec un pied bot. La détection et le traitement d’un pied bot avant que l’enfant ne commence à marcher évitent à celui-ci des souffrances inutiles lors de ses premiers pas
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Le petit Amru, âgé de trois mois, est accompagné de sa mère et de sa grand-mère. La mère raconte son inquiétude et son désarroi lorsqu’elle a découvert que son troisième enfant avait un pied bot.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Jesse Jake, physiothérapeute au CICR, et Halima Anur, responsable du département de physiothérapie au Cheshire Home de Khartoum, s’emploient ensemble à mettre en place le plâtre du petit patient qui a de la peine à rester tranquille tandis que sa mère le nourrit.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Omer et sa sœur jumelle Samar vivent dans l’État d’Al-Jazira, à deux heures de bus du Cheshire Home de Khartoum. Seul Omer souffre d’un pied bot et, de ce fait, sa sœur peut jouer dehors alors que lui pas. Aujourd’hui, le physiothérapeute a remis le pied d’Omer dans une position normale et lui a posé un plâtre. D’ici un an, il sera capable de marcher et pourra jouer dehors avec sa sœur.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Les bébés nés avec un pied bot portent une succession de plâtres qui permettent de corriger la posture des pieds atteints.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Dans la salle d’opération, le docteur procède à une ténotomie, intervention chirurgicale visant à étirer le tendon d’Achille du nouveau-né pour corriger la position de son pied. Cette dernière étape de la correction permettra au bébé de poser son pied à plat sur le sol.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Au terme de l’intervention qui a duré dix minutes, Joseph Ator Camilo, l’anesthésiste, examine le bébé avant de le rendre à sa famille.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • La mère et le bébé se reposeront quelques heures au foyer du Cheshire Home de Khartoum. Les familles habitant en dehors de la ville peuvent également y être hébergées plus longtemps si nécessaire.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Le petit Mustafa, âgé de sept mois, joue avec son attelle pendant que Jessie Jake, physiothérapeute au CICR, s’efforce de l’ajuster au mieux. L’attelle maintiendra le pied de Mustafa dans la position corrigée. Il devra la porter 23 heures par jour tous les jours durant les trois prochains mois.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Le personnel du Cheshire Home de Khartoum fabrique les attelles destinées aux enfants dans l’atelier orthopédique. L’attelle est portée par les bébés souffrant de pied bot lors de la dernière étape du traitement, afin de maintenir le pied dans la position corrigée.
    CC BY-NC-ND / CICR / Mohamed Nureldin
  • Mohamed Muslim, cordonnier au Cheshire Home de Khartoum, travaille ici depuis plus de 10 ans. Il explique : «Je ne fais pas ce travail pour l’argent. Je le fais pour les expressions de gratitude sur le visage des familles des enfants et parce que ces familles me couvrent de prières.»
    CC BY-NC-ND / CICR / Asia Kambal
  • Après une année de traitement, le petit Yousif, âgé d’un an, pourra commencer à marcher normalement. Il continuera de porter une attelle pour dormir pendant les deux prochaines années, de manière à ce que ses pieds restent dans la bonne position.
    CC BY-NC-ND / CICR / Asia Kambal
25 octobre 2016

Le CICR s'emploie à améliorer l'accès des personnes handicapées à des services de qualité toujours meilleure en apportant un soutien technique et matériel aux centres gérés par l'Autorité nationale d'orthopédie (NAPO) à travers le pays, ainsi qu'au Cheshire Home de Khartoum – un centre de réadaptation physique pour enfants.

Au Cheshire Home de Khartoum, le CICR propose une formation et du matériel pour le programme de rééducation des bébés nés avec un pied bot, ce qui leur permettra de marcher et de mener une vie normale grâce à leur mobilité retrouvée.

S'inscrire à la newsletter