Syrie : Alep au bord de la catastrophe humanitaire

28 avril 2016
Syrie : Alep au bord de la catastrophe humanitaire
L'hôpital Al Quds à Alep, soutenu par le CICR, MSF et d'autres organisations, a été détruit dans une attaque le mardi 27 avril, 2016 © Reuters / I. Abdalrhman

Damas / Genève - Les combats d'une extrême violence qui font rage à Alep, et qui ont provoqué la destruction d'un hôpital de première importance et fait de nombreuses victimes, mettent en danger la vie de millions de personnes, indique le Comité international de la Croix-Rouge.

« Où que vous soyez, vous entendez des tirs de mortiers, des bombardements et des avions tourner au-dessus de vos têtes. Aucun quartier de la ville n'est épargné. La population est à bout. Tout le monde ici craint pour sa vie, dans l'incertitude du lendemain », déclare Valter Gros, qui dirige le bureau du CICR à Alep.
Alors que les combats se sont intensifiés la semaine dernière, l'hôpital Al-Quds à l'est d'Alep a été complètement détruit durant la nuit de mercredi à jeudi : plusieurs personnes ont été tuées et bon nombre sont privées de soins médicaux essentiels.

« L'attaque contre l'hôpital Al-Quds, soutenu par le CICR, est inacceptable, et ce n'est malheureusement pas la première fois que des services médicaux vitaux sont touchés », déclare Marianne Gasser, cheffe de la délégation du CICR en Syrie. « Nous demandons instamment à toutes les parties qu'elles épargnent les civils, qu'elles n'attaquent pas les hôpitaux, et qu'elles n'emploient pas d'armes provoquant des dégâts excessifs. Faute de quoi, Alep sombrera dans une catastrophe humanitaire. »

Alep est la deuxième plus grande ville de Syrie, et l'une des plus durement touchées par le conflit qui dure depuis cinq ans. De grandes parties de la ville ont été détruites, et des infrastructures gravement endommagées, privant les civils d'eau et d'électricité durant des mois. L'escalade de la violence met sérieusement en péril la vie de millions de personnes dont bon nombre de déplacés qui vivent à proximité des lignes de front, et les empêche de recevoir l'aide dont ils ont cruellement besoin.

Le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien soutiennent la plupart des structures médicales d'Alep de part et d'autre de la ligne de front en leur fournissant des médicaments, du matériel et de l'eau potable. Le soutien apporté aux structures accueillant les déplacés, aux cuisines collectives et aux infrastructures d'approvisionnement en eau risque d'être interrompu si les combats continuent de s'intensifier.

Dernièrement, le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien ont réussi à acheminer des vivres et une aide médicale d'urgence de part et d'autre de la ville. Cependant, du fait de la récente escalade des hostilités, ces stocks bientôt épuisés pourraient ne plus être réapprovisionnés.

Informations complémentaires :
Pawel Krzysiek, CICR Damas, tél. : +963 963 930 336 718
Elodie Schindler, CICR Genève, tél. : +41 22 730 21 86 ou +41 41 79 536 92 38