Syrie : des cuisines collectives pour nourrir les personnes démunies et vulnérables

13 novembre 2015

Les combats incessants et l'insécurité constante qui règne en Syrie ont des répercussions sur tous les aspects de la vie quotidienne, et des millions de personnes déplacées et vulnérables dépendent des distributions de secours, et des services de base (eau potable, vivres et soins de santé) qui demeurent un rêve lointain.

Depuis que le conflit a éclaté en Syrie, le CICR, en partenariat avec le Croissant-Rouge arabe syrien, distribue des colis alimentaires à des millions de personnes démunies. Bon nombre de bénéficiaires de l'aide d'urgence ont des difficultés à cuisiner les repas faute de carburant ou d'argent.

C'est pourquoi, en 2014, le CICR, via le Croissant-Rouge arabe syrien, a commencé à aider les organisations de bienfaisance locales à gérer les cuisines collectives qui préparent tous les jours des repas chauds pour les personnes démunies et vulnérables.

 

Aujourd'hui, le CICR soutient quelque 17 cuisines collectives à Alep, Homs, Lattaquié, Damas et Damas-Campagne qui servent chaque jour des repas à plus de 250 000 personnes.

À Homs, le CICR, en étroite collaboration avec le Croissant-Rouge arabe syrien, approvisionne six cuisines collectives en leur acheminant des aliments en vrac et du carburant pour la cuisson. De plus, le CICR a remis ces cuisines en état et fourni des réfrigérateurs, des générateurs et d'autres équipements nécessaires.

La cuisine collective d'Al-Hamra, dans la ville de Homs, a commencé à fonctionner il y a un an en servant des repas à un millier de personnes. Aujourd'hui, cette cuisine offre chaque jour des repas à quelque deux-mille personnes. Elle est gérée par six femmes très dévouées, qui travaillent sans relâche sept jours par semaine de 8 heures du matin à 18 heures du soir. Il leur faut environ trois heures pour préparer les ingrédients, laver et hacher les légumes.

À midi, elles commencent à préparer les repas avec juste deux fours, et vers 14 heures les repas sont prêts à être distribués, soit à des bénéficiaires qui viennent les chercher directement à la cuisine, soit dans différents points proches des endroits où vivent les communautés démunies. Dans les deux cas, des messages sont envoyés aux personnes de contact qui transmettent l'information.