Traité sur le commerce des armes : réduire les souffrances en empêchant la prolifération des armes

22 août 2016
Traité sur le commerce des armes : réduire les souffrances en empêchant la prolifération des armes

Genève (CICR) – La vice-présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Christine Beerli, a appelé les États du monde entier à mettre un terme à la fourniture d'armes et de munitions aux parties à des conflits armés qui violent le droit international humanitaire. S'exprimant à la deuxième Conférence des États parties au Traité sur le commerce des armes, à Genève, Mme Beerli a déploré « l'insuffisance des contrôles » sur les transferts d'armes classiques.


« La prolifération des armes et des munitions facilite les violations du droit international humanitaire et du droit des droits de l'homme, notamment les actes terroristes et les violences sexuelles et sexistes. Elle alimente une spirale de violence sans fin qui prolonge la durée des conflits armés », a déclaré Mme Beerli.

De la Syrie au Soudan du Sud, de la Libye au Yémen, la circulation des armes a des « conséquences désastreuses » pour les civils – hommes, femmes et enfants. Dans plusieurs pays d'Amérique latine, la violence armée rend la situation humanitaire préoccupante.

Selon Mme Beerli, le Traité sur le commerce des armes offre aux États une nouvelle occasion d'avancer dans la bonne direction, en empêchant l'entrée d'armes dans les zones de conflit où des violations du droit international humanitaire sont commises.

« Les objectifs humanitaires forment le cœur du Traité : l'impératif moral et juridique de prévenir la souffrance humaine et de respecter et faire respecter le droit international humanitaire et les droits de l'homme, par un contrôle strict des transferts d'armes. Cela contribuera à créer un environnement propice à la sécurité au niveau régional et mondial », a indiqué Mme Beerli.

La Conférence envisagera la possibilité d'établir un Fonds d'affectation volontaire, auquel pourront recourir les pays qui ont besoin d'assistance pour mettre en œuvre le Traité. Ce système pourrait aider les États à gérer les stocks d'armes et à contrôler leurs frontières. Le CICR demande instamment à tous les pays qui en ont les moyens de contribuer au Fonds.

Le Traité sur le commerce des armes vise à réglementer le commerce international des armes classiques. Il est entré en vigueur en décembre 2014 ; 87 États l'ont ratifié et 46 autres l'ont signé sans le ratifier.

Informations complémentaires :
Jennifer Tobias, tél. : +41 79 536 9248

 

Voir aussi :

  • Le traité sur le commerce des armes : une promesse à tenir :

S'inscrire à la newsletter