Yémen : d’importants besoins humanitaires après plusieurs jours d’affrontements à Aden

12 août 2019

Genève/Sanaa (Yémen) – Après plusieurs jours de combats à Aden qui auraient fait de nombreux morts et des centaines de blessés, les hôpitaux de la ville sont débordés et ont désespérément besoin de fournitures essentielles.

Pris au piège des affrontements, de nombreux blessés n'ont pas pu rejoindre une structure de santé, et plusieurs ont succombé à leurs blessures.

Une équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) présente sur place s'est rendue lundi dans deux hôpitaux de la ville pour leur remettre des kits chirurgicaux permettant de soigner une centaine de personnes, ainsi que des matelas, des brancards et des sacs mortuaires.

« Les combats à l'arme lourde se sont poursuivis durant 72 heures, redoublant d'intensité durant la journée. Des échanges de tirs ont eu lieu près du bureau du CICR », a indiqué Mathias Kempf, chef de la mission du CICR à Aden.

À la suite de la détérioration de la situation, au moins 200 000 personnes se sont retrouvées privées d'eau potable. Aussi, le CICR s'est coordonné avec plusieurs organisations et autorités pour que ce service vital soit rétabli au plus vite, alors que la ville se préparait à célébrer l'Aïd al-Adha, l'une des plus importantes fêtes islamiques de l'année que de nombreux musulmans passent en famille.

« Lorsque les services de base ne peuvent plus être assurés, les conséquences peuvent être fatales pour la population. De nombreux blessés n'ont pas pu se rendre à l'hôpital. Une personne a demandé à un employé du CICR s'il pouvait lui procurer une source d'alimentation pour son voisin âgé qui en avait impérativement besoin pour faire fonctionner son appareil à oxygène. Les conflits abondent de ces histoires qui ne sont jamais racontées, des histoires de personnes qui souffrent en silence », a ajouté Mathias Kempf.

Le conflit généralisé, l'important déclin économique, l'insécurité alimentaire et l'effondrement des services publics essentiels continuent d'avoir de lourdes conséquences pour la population yéménite.
« Ce que vivent les habitants d'Aden n'est pas une situation isolée : c'est le lot quasi quotidien de l'ensemble de la population yéménite. Des décisions politiques doivent être prises pour mettre un terme aux souffrances des civils », a déclaré Mathias Kempf.

Au Yémen, entre janvier et fin juin 2019, 342 000 personnes ont reçu une aide d'urgence sous forme de nourriture ou d'espèces, et quelque trois millions de personnes ont bénéficié des activités menées par le CICR dans les domaines de l'eau et de l'assainissement. Durant la même période, près de 13 000 blessés de guerre ont été pris en charge dans des hôpitaux soutenus par le CICR et plus de 5000 opérations chirurgicales consécutives à des blessures par arme ont été réalisées dans ces hôpitaux.

Mathias Kempf, chef de la mission du CICR à Aden, est disponible pour des interviews. Veuillez prendre contact avec Erika Gonzalez, CICR Yémen : etovargonzalez@icrc.org / +967 736 071 967

Pour plus d'informations sur les activités du CICR au Yémen, veuillez prendre contact avec Ruth Hetherington, chargée de relations publiques et porte-parole pour le Proche et le Moyen-Orient : rhetherington@icrc.org /+ 41 79 447 37 26