Yémen : l’intensification des combats terrestres aggrave la souffrance des civils

24 juillet 2015
Yémen : l’intensification des combats terrestres aggrave la souffrance des civils
Faj Attan, Sana'a, Yemen, Mai 2015. Une famille se promène au milieu des décombres qui jonchent leur rue. CC BY-NC-ND / ICRC / T. Glass

Genève / Sanaa – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est vivement préoccupé par l'embrasement récent des hostilités, et notamment par les combats terrestres intenses qui viennent encore aggraver le sort de la population civile.

« La souffrance des civils atteint des niveaux sans précédent. Plus de cent jours après le début de la crise, on déplore toujours de graves pénuries d'eau, de vivres et de combustible dans tout le pays, touché à la fois par des frappes aériennes et des combats terrestres », déclare Antoine Grand, chef de la délégation du CICR au Yémen.

« Ces deux dernières semaines, les combats au sol se sont intensifiés dans les gouvernorats d'Aden et de Taïz, dans le sud du pays. Nous avons de plus en plus de mal à atteindre les zones touchées et à continuer d'apporter des secours vitaux et d'évacuer les blessés et les morts », poursuit M. Grand.

« Nous restons prêts à faciliter l'évacuation des blessés et des morts – comme nous le faisons actuellement à Aden et Taïz – et à visiter les détenus dans les deux camps, mais toutes les parties doivent nous garantir un accès sans risque et respecter notre mandat », souligne M. Grand.

À l'heure où les besoins humanitaires sont plus pressants que jamais, le CICR appelle toutes les parties à respecter et faire respecter le droit international humanitaire, et à permettre aux organisations humanitaires de mener leurs activités en toute impartialité et indépendance. Les parties doivent aussi veiller à ce que toutes les précautions possibles soient prises pour protéger les personnes et les infrastructures civiles. Enfin, elles doivent s'assurer que tous les blessés et malades, y compris les prisonniers, puissent être traités et soignés sans discrimination.

Le CICR reste déterminé à répondre aux besoins de la population à Aden et ailleurs dans le pays. L'institution compte 262 collaborateurs au Yémen, dont 144 actuellement en poste à Sanaa, 70 à Aden, 36 à Saada et 12 à Taïz.

Informations complémentaires :

Adnan Hizam, CICR Sanaa, tél. : +967 73 372 1659 (en arabe)
Shahin Ammane, CICR Sanaa, tél. : +967 73 750 3716 (en français et anglais)
Dibeh Fakhr, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 23 ou +41 79 447 37 26 (en anglais, français et arabe)