Yémen : la situation se détériore à Taïz

28 août 2015
Yémen : la situation se détériore à Taïz
Quartier de Salah, Taïz. En l’absence de service de sauvetage un homme tente désespérément de retrouver dans les décombres des membres survivants de sa famille. /CC BY-NC-ND/ICRC/ A. Mahyoub

Genève / Sanaa – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est profondément préoccupé par l'intensification des combats dans la ville de Taïz. Des zones civiles ont été le théâtre de bombardements aveugles et des infrastructures essentielles ont été détruites.

« Nous appelons les parties présentes à Taïz à faciliter le passage en toute sécurité des ambulances, du personnel médical et des travailleurs humanitaires afin de leur permettre de sauver des vies et d'apporter des secours humanitaires dont la population a un besoin urgent », a déclaré Olivier Chassot, chef du bureau du CICR à Taïz.

Jamal Street, Taïz. Lors d'une accalmie dans les combats des habitants sortent de chez eux pour constater les dommages infligés à leur quartier durant la nuit./ /CC BY-NC-ND/ICRC/ A. Mahyoub

La situation sanitaire dans le gouvernorat est particulièrement préoccupante. Les quelques hôpitaux encore opérationnels voient arriver de nombreux blessés et manquent cruellement de médicaments et de matériel médical. Les équipes du CICR connaissent d'importantes difficultés pour acheminer des secours médicaux et chirurgicaux essentiels jusqu'à certains hôpitaux de Taïz.

« Au cours des deux dernières semaines, les secouristes ont dû travailler au péril de leur vie, en se frayant un chemin au milieu de violents combats, de frappes aériennes et de tirs de sniper pour atteindre les personnes blessées. Cette situation est inacceptable », a déclaré Kedir Awol Omar, chef adjoint de la délégation du CICR au Yémen.

Quartier de Salah, Taïz. Un père retire le tricycle de son fils d'un tas de gravats, là où se trouvait sa maison un jour auparavant./

CC BY-NC-ND/ICRC/ A. Mahyoub

En vertu du droit international humanitaire, les parties à un conflit sont tenues de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des civils et des infrastructures civiles. Les structures médicales et les personnels de santé doivent notamment être protégés en tout temps, et ces derniers doivent pouvoir accéder en toute sécurité aux malades et aux blessés.

Informations complémentaires :
Rima Kamal, CICR Sanaa, tél. : +967 1 213844 ou + 967 73 607 1967
Adnan Hizam, CICR Sanaa, tél. : + 967 73 372 1659
Dibeh Fakhr, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 02 ou +41 79 536 92 48