Yémen : les attaques contre les structures médicales doivent cesser

10 novembre 2015
Yémen : les attaques contre les structures médicales doivent cesser
Taiz, l’hôpital d’Al-Thawra après les bombardements. Les trois patients qui se trouvaient dans cette chambre ont été jetés à bas de leurs lits lors des frappes. CC BY-NC-ND / CICR / W. Al-Absi

Genève / Sanaa (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se déclare consterné par les attaques incessantes contre des structures médicales au Yémen, après la dernière en date qui s'est produite dans la ville de Taïz.

« L'hôpital Al-Thawra, un des principaux établissements de santé de Taïz où une cinquantaine de blessés reçoit des soins chaque jour, aurait été bombardé à plusieurs reprises dimanche dernier. Ces frappes ont mis en danger la vie des patients et des personnels se trouvant sur place », indique Kedir Awol Omar, chef adjoint de la délégation du CICR au Yémen.

Ce n'est pas la première fois que des structures médicales sont attaquées. Le 26 octobre, un hôpital de Médecins sans frontières avait été détruit par des raids aériens dans le district de Haydan (gouvernorat de Saada), et une centaine d'incidents similaires a été signalée depuis mars 2015.

« La neutralité des structures et des personnels de santé n'est pas respectée. Des établissements de soins sont attaqués délibérément, tandis que l'acheminement de matériel médical et chirurgical est entravé, empêchant le ravitaillement des hôpitaux situés dans des régions assiégées », ajoute K. A. Omar.

Les attaques menées délibérément contre des structures médicales constituent une violation flagrante du droit international humanitaire. En vertu de cette branche du droit, tous ceux qui participent aux combats sont en effet tenus de protéger les structures et les personnels de santé en toutes circonstances.

À Taïz, la situation médicale est particulièrement désastreuse depuis des mois. Moins de la moitié des structures médicales que comptait la ville est encore en service aujourd'hui, et doit faire face à un afflux important de blessés, sur fond de grave pénurie de matériel.

Depuis près de deux mois, le CICR tente sans succès d'acheminer des secours médicaux vers Taïz. Aussi appelle-t-il tous ceux qui prennent part aux hostilités à permettre que ces secours parviennent à Taïz ainsi que dans d'autres régions du pays, de même qu'à cesser toute attaque contre des structures médicales.

Informations complémentaires :
Rima Kamal, CICR Sanaa, tél. : +967 1 213844 ou + 967 73 607 1967
Adnan Hizam, CICR Sanaa, tél. : + 967 73 372 1659
Sitara Jabeen, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 02 ou +41 79 536 92 48

Les bombardements ont mis en danger la vie des patients et du personnel médical. De plus l’hôpital a subi de sérieux dommages.

Les bombardements ont mis en danger la vie des patients et du personnel médical. De plus l’hôpital a subi de sérieux dommages.

Taiz, hôpital d’Al-Thawra. Des débris de meubles dispersés dans l'un des couloirs de l'hôpital.

Taiz, hôpital d’Al-Thawra. Des débris de meubles dispersés dans l'un des couloirs de l'hôpital.

S'inscrire à la newsletter