Crise humanitaire en Ukraine et dans les pays voisins

Les habitants de la région du Donbass et d'ailleurs ont déjà enduré huit années de conflit. Mais aujourd'hui, l'intensification et la propagation du conflit dans tout le pays risquent de provoquer des morts et des destructions d'une ampleur effrayante, compte tenu des immenses capacités militaires en jeu.

Le 1er avril 2022, une équipe du CICR a réussi à atteindre l'hôpital militaire d'Irpin, près de la capitale Kiev. Ils l'ont trouvé vide et fortement endommagé. Alors qu'ils parcouraient les rues, des personnes ont commencé à s'approcher, demandant des premiers secours ou une évacuation médicale. Alyona Synenko/CICR

Une nouvelle phase du conflit en Ukraine a commencé. La priorité du CICR est de venir en aide aux personnes dans le besoin. Si les conditions de sécurité le permettent, nos équipes actuellement en Ukraine poursuivront leur travail de réparation des infrastructures vitales, d'approvisionnement des établissements de santé en médicaments et en matériel, et de soutien aux familles en nourriture et en articles d'hygiène.

Notre dernière action :

Après être restés plusieurs semaines terrés dans des sous-sols, et alors que leurs réserves de vivres, d'eau et de médicaments s'épuisaient, plus de 170 civils ont été évacués de l'usine Azovstal et de la région de Marioupol. Ils sont arrivés dimanche 8 mai à Zaporizhzhia, lors de la troisième opération de passage en sécurité coordonnée ces derniers jours par le CICR, les parties au conflit et les Nations unies.

« Nous sommes heureux d'avoir pu aider à l'évacuation d'un nouveau groupe de civils d'Azovstal et de la région de Marioupol et à leur transfert dans un lieu plus sûr », a déclaré Pascal Hundt, chef de la délégation du CICR en Ukraine. « Pour ces personnes qui ont subi l'horreur des combats rapprochés pendant de trop nombreuses semaines, ce convoi humanitaire est un événement qui change le cours d'une vie. »

Tandis que le conflit armé international en Ukraine entre dans son deuxième mois, des attaques odieuses continuent d'infliger aux civils des pertes humaines, des destructions et des souffrances d'une ampleur inacceptable.

 

  SOUTENEZ NOTRE ACTION  

 

Des renforts en personnel ont été envoyés dans la région par le CICR. Il s'agit de quelque 140 professionnels de la santé (dont des chirurgiens), psychologues, spécialistes de la contamination par les armes, ingénieurs, logisticiens et autres praticiens qui peuvent influencer immédiatement le cours des choses pour les personnes en détresse.

 Depuis l'escalade de la crise en Ukraine, plus de 1200 tonnes de nourriture ainsi que de l'aide d'urgence – fournitures médicales et articles de première nécessité – sont arrivées dans le pays, où le CICR intensifie son action d'assistance pour faire face à l'augmentation vertigineuse des besoins humanitaires.

Nous sommes également en train d'organiser le déploiement d'équipes en Hongrie, en Moldavie, en Pologne, en Roumanie et en Russie pour soutenir notre action à l'échelon régional et assurer la coordination avec nos partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Le CICR s'emploie par ailleurs à mettre en place des centres logistiques dans les pays voisins pour faciliter l'envoi de secours en Ukraine, où les chaînes d'approvisionnement locales sont coupées.

 

Une femme âgée montre l'intérieur d'un bâtiment résidentiel endommagé après un récent bombardement dans son village de la région de Donetsk, le 24 février 2022. Crédit/SNA

 Depuis ces cinq dernières semaines, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) entretient un dialogue avec les autorités russes et ukrainiennes concernant les obligations qui leur incombent au titre du droit international humanitaire (DIH), ainsi que les mesures pratiques qui doivent être prises pour limiter les souffrances parmi les civils et ceux qui ne participent plus aux hostilités, y compris les blessés, les malades et les prisonniers de guerre. À notre grande inquiétude, les parties n'ont pas encore rempli nombre des obligations fondamentales que leur impose le DIH et elles ne sont pas parvenues à s'entendre sur des problèmes essentiels auxquels elles seules sont en mesure d'apporter des solutions concrètes. 

Afin de faire avancer les discussions sur ces points, de réduire les souffrances et d'accroître l'assistance portée aux civils en détresse, le président du CICR s'est rendu d'abord à Kiev, puis à Moscou pour y rencontrer les autorités. Certains se sont profondément indignés de ses réunions avec les autorités à Moscou. Nous tenons à rappeler que ces échanges diplomatiques, qui ont lieu avec toutes les parties, sont ancrés dans le droit international humanitaire et notre totale détermination de servir au mieux l'intérêt des civils piégés dans le conflit.

 

 

Nous demandons aux personnes impliquées dans les combats de tenir compte des points suivants :

  • Les parties au conflit en Ukraine doivent se conformer au droit international humanitaire, assurer la protection de la population civile et des détenus, et s'abstenir d'attaques illégales. L'utilisation d'armes armes explosives à large rayon d'impact doit être évitée dans les zones habitées.

  • Les infrastructures vitales doivent être épargnées, comme les réseaux d'eau, de gaz et d'électricité qui assurent, par exemple, l'approvisionnement des logements civils, des écoles et des installations médicales, y compris épargnées par les attaques utilisant des nouvelles technologies et des moyens cybernétiques.

  • L'espace pour une action humanitaire neutre, impartiale et indépendante doit être protégé afin que les acteurs de l'aide comme la Croix-Rouge ukrainienne, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge au sens large puissent continuer à accéder à la population civile.

Simultanément, les attaques délibérées et ciblées visant à discréditer le CICR au moyen d'informations trompeuses, voire mensongères, sont de nature à causer un tort réel aux équipes du CICR, à ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui agissent sur le terrain, ainsi qu'aux personnes auxquelles ils viennent en aide. Alors que les besoins grandissent d'heure en heure, notre capacité à fournir une assistance humanitaire indispensable est aujourd'hui mise en péril par un flot de fausses informations et de désinformation sur l'action que nous menons pour alléger les souffrances dans les conflits armés.

Soutenez notre action :

  FAIRE UN DON