Israël et les territoires occupés : activités de protection, de prévention et d’assistance

23-05-2014 Faits et chiffres

Tout au long de l’année 2013, le CICR s’est employé à fournir assistance et protection aux personnes en détresse ainsi qu’à promouvoir le respect du droit international humanitaire (DIH), et principalement des règles relatives à la protection des civils vivant sous occupation. Il a aussi continué d’œuvrer en faveur du respect du DIH et d’autres normes connexes dans le cadre des opérations militaires et de maintien de l’ordre.

Protection des civils au regard du droit international humanitaire

Le CICR a remis des rapports confidentiels aux autorités israéliennes et aux autorités de facto à Gaza et maintenu le dialogue avec les autorités et groupes armés palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Ces démarches visaient d’une part à les entretenir de questions liées au respect des civils et des biens de caractère civil ainsi que des personnes ne participant plus aux hostilités telles que les blessés, les malades et les prisonniers, et d’autre part à garantir la sécurité des personnels de santé, des structures médicales et des services sanitaires en période de conflit armé.

Aide aux personnes dont la maison a été détruite

À Jérusalem-Est, dans la vallée du Jourdain et en Cisjordanie, le CICR et la Société du Croissant-Rouge palestinien ont fourni des secours d’urgence à plus de 120 ménages dont la maison avait été détruite.

Le CICR a continué de suivre cette question avec les autorités israéliennes compétentes dans le cadre de consultations bilatérales et confidentielles, leur rappelant les obligations qui leur incombent, notamment celle de veiller à ce que les communautés touchées reçoivent une aide humanitaire.

Assistance aux personnes détenues

Le CICR a aidé les autorités palestiniennes à faire en sorte que les personnes placées en détention disposent de meilleures conditions de vie et aient accès à des soins de santé. Des assortiments d’articles d’hygiène ont par exemple été distribués à 15 000 détenus dans 11 centres de détention.

À Gaza, des travaux ont été effectués dans trois prisons en coopération avec le ministère de l’Intérieur de facto. Ainsi, 360 détenus de la prison de Katiba ont bénéficié de la remise en état du système d’assainissement et d’autres installations, tandis qu’à la prison située dans la zone médiane, la modernisation des équipements de cuisine a permis à 450 détenus d’avoir accès à une meilleure alimentation. Des travaux de rénovation sont aussi en cours dans la prison d’Ansar.

Visites aux détenus et renforcement des liens familiaux

Le CICR a fait en sorte que des personnes détenues par les autorités israéliennes puissent recevoir la visite de leur famille et échanger des messages Croix-Rouge avec leurs proches. L’état de santé des détenus ayant engagé une grève de la faim et d’autres détenus vulnérables a fait l’objet d’une étroite surveillance. Plus de 6 500 détenus de Jérusalem-Est, de Cisjordanie, de la bande de Gaza et du Golan occupé ont reçu au total plus de 57 000 visites de parents proches, dont 150 personnes âgées ou malades qui ont été transportées dans des véhicules adaptés à leur condition.

Depuis juillet 2013, les familles du district de Ramallah qui souhaitent rendre visite à leurs proches en détention peuvent enregistrer leur demande par téléphone. Ce système simplifié, visant à fournir aux familles un service de meilleure qualité et ainsi leur épargner des déplacements inutiles, a aussi été mis en place dans le district de Qalquiliya.

En sa qualité d’intermédiaire neutre, le CICR est intervenu auprès des autorités syriennes et israéliennes pour permettre à des habitants du Golan de maintenir le contact avec leurs proches en Syrie. D’autres services de rétablissement des liens familiaux ont également été fournis aux familles de la région ayant été dispersées par les conflits, passés ou présents. Le CICR a aussi aidé à acheminer la production de pommes des communautés du Golan jusqu’aux marchés syriens.

Soutien aux services de santé

Durant l’année 2013, le CICR a accompagné le travail des hôpitaux, des services médicaux d’urgence, des centres d’appareillage orthopédique et des services ambulanciers, et contribué à la prise en charge des blessés de guerre syriens.

Le soutien apporté aux autorités sanitaires de Gaza a permis la prise en charge médicale de plus de 223 000 cas chirurgicaux, la réalisation de 40 500 interventions chirurgicales et la prise en charge de 480 patients en attente d’une hémodialyse dans la bande de Gaza. Le CICR a ainsi aidé 13 hôpitaux gérés par le ministère de la Santé palestinien (capacité totale : 2 100 lits), et livré plus de 140 tonnes de médicaments et de fournitures à usage unique de première nécessité, de pièces de rechange pour le matériel biomédical et de matériel d’entretien, ainsi que des générateurs et d’autres pièces de rechange. Dans la bande de Gaza, il a aussi permis à 2 500 patients de recevoir des soins de réadaptation physique au Centre d’appareillage orthopédique et de prise en charge de la poliomyélite.

Grâce au soutien du CICR, 62 ambulances ont fait l’objet d’un entretien régulier et un dispositif d’alerte par téléphone assurant la liaison entre les services d’urgence de la Société du Croissant-Rouge palestinien et ceux de l’hôpital Al-Shifa a été mis en place.

L’hôpital Nasser, qui compte 333 lits, dispose désormais d’un système d’alimentation électrique adéquat, le transformateur et les tableaux de distribution de l’établissement ayant été mis aux normes sous la supervision conjointe du CICR et du ministère de la Santé de facto.

Les services d’urgence de l’hôpital européen de Gaza et des hôpitaux Kamal Edwan et Al Aqsa ont été remis en état. Dans le cadre de ce même projet, quelque 60 médecins, 120 infirmiers, 100 employés administratifs et agents de sécurité et 30 chefs de communautés ont bénéficié d’une formation.

En plus du matériel médical ad hoc qu’il a fourni aux hôpitaux de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, le CICR a accordé un soutien financier au service d’urgence de la Société du Croissant-Rouge palestinien, qui a ainsi pu réaliser plus de 85 000 interventions à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et à Gaza.

En Israël, le CICR a facilité la prise en charge de blessés syriens dans des hôpitaux israéliens et distribué des articles d’hygiène et des vêtements à 100 blessés.

Rétablissement des moyens de subsistance

Le CICR s’est entretenu avec les autorités israéliennes et a mis en place des programmes de soutien à l’agriculture et à la micro-entreprise (aide financière et formation) pour permettre à des habitants de Cisjordanie et de Gaza de rétablir leurs moyens de subsistance.

En Cisjordanie, 750 agriculteurs (soit près de 140 ménages) lésés par le tracé de la barrière de séparation ou l’implantation de colonies ont bénéficié de programmes de soutien aux moyens de subsistance, tandis que 600 autres personnes (soit plus de 100 ménages) ont participé à des projets « argent contre travail ». Près des frontières de la bande de Gaza, 1 900 personnes (soit 300 ménages) ont reçu une allocation en espèces pour acheter du matériel et s’investir dans l’agriculture de rente, et 13 400 (soit 2 200 ménages) ont reçu des engrais et des semences de blé spécialement sélectionnés, sur la base des résultats des essais réalisés avec le soutien du CICR, pour augmenter le rendement des cultures d’hiver.

Dans les quartiers d’Hébron où des restrictions sont imposées, quelque 30 ménages (soit 260 personnes) ont reçu une aide financière pour ouvrir un petit commerce ou, pour ceux qui en avaient déjà un, le faire prospérer et ainsi créer de l’emploi.

Amélioration des installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement

En coopération avec les services des eaux locaux, le CICR s’est employé à réparer, faire fonctionner et entretenir les principales installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Il a également engagé le dialogue avec les autorités israéliennes sur la politique de gestion de l’eau en Cisjordanie.

Parmi les projets d’assainissement menés à bien dans la bande de Gaza au profit de 865 000 personnes, citons la construction d’une conduite d’évacuation des eaux usées à Hawaber, l’agrandissement d’une station d’épuration à Khan Younis et la remise en état d’un bassin de rétention des eaux pluviales dans la région de Sheikh Radwan.

L’état de l’environnement à Wadi Gaza a continué à s’améliorer grâce à la construction d’une nouvelle station d’épuration, l’installation d’une conduite d’évacuation et la réparation d’une station de pompage des eaux usées.

En Cisjordanie, l’approvisionnement en eau potable de 4 000 personnes est assuré depuis l’achèvement de l’installation d’une conduite d’eau à Jayyous, en partenariat avec le service des eaux palestinien.

Gestion des catastrophes et réponse humanitaire aux situations de conflit armé

Le CICR a travaillé en collaboration avec la Société du Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom pour accroître leurs capacités à gérer les catastrophes et à fournir une assistance dans des situations de conflit armé.

Le service de secours d’urgence du Magen David Adom a amélioré son dispositif de préparation aux situations de conflit en participant notamment à un exercice d’entraînement sur fond de conflit régional organisé par les autorités israéliennes. Il a aussi, avec d’autres partenaires du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les Nations Unies et des organisations internationales, apporté son soutien au gouvernement israélien dans le cadre d’une simulation de tremblement de terre et a défini pour ce type de situation un dispositif juridique devant faciliter le déploiement sur le terrain des travailleurs humanitaires et des équipements d’urgence.

La Société du Croissant-Rouge palestinien a renforcé sa capacité à gérer les catastrophes et à diffuser les bonnes pratiques : elle a fourni à son réseau de collaborateurs et de volontaires une formation adaptée qui leur permet non seulement de fournir des services d’urgence et une assistance aux populations touchées de Cisjordanie et de Gaza, mais aussi de former des membres de ces communautés aux premiers secours et ainsi d’accroître leur capacité de résilience.

Durant les intempéries exceptionnelles qui ont frappé Israël et les territoires occupés en décembre 2013, le CICR a fourni du matériel à la Société du Croissant-Rouge palestinien, au service de secours d’urgence du Magen David Adom et au ministère de la Santé de Gaza. Grâce au soutien du CICR, les services médicaux d’urgence du Croissant-Rouge palestinien ont pu réaliser près de 86 000 interventions en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza.

Dialogue avec la société civile

Grâce aux nombreuses réunions, conférences et autres rencontres auxquelles il a participé en 2013 en Israël et dans les territoires occupés – plus de 500 au total –, le CICR a sensibilisé plus de 9 000 représentants de la société civile au DIH.

Dans le cadre de ces efforts de sensibilisation, il a organisé, en coopération avec plusieurs universités israéliennes renommées et un groupe de réflexion influent, quatre événements majeurs auxquels ont pris part des représentants de haut rang des forces armées et de sécurité israéliennes. Ces événements, qui ont donné lieu à des discussions sur le respect du DIH dans les situations de conflit armé, ont contribué à conforter le CICR dans sa position d’institution de référence sur les questions relatives au DIH et à l’action humanitaire.

Photos

Des familles de Palestiniens en route pour rendre visite à leur proches détenus en Israël. 

Des familles de Palestiniens en route pour rendre visite à leur proches détenus en Israël.
© CICR

Centre d’appareillage orthopédique et de prise en charge de la poliomyélite, Gaza. Un homme apprend à marcher avec une jambe artificielle. 

Centre d’appareillage orthopédique et de prise en charge de la poliomyélite, Gaza. Un homme apprend à marcher avec une jambe artificielle.
© CICR

Près de Bethlehem, en Cisjordanie. Formation de bédoins aux premiers secours. 

Près de Bethlehem, en Cisjordanie. Formation de bédoins aux premiers secours.
© CICR

Travaux de construction en cours à la station d'épuration des eaux de Wadi Gaza. 

Travaux de construction en cours à la station d'épuration des eaux de Wadi Gaza.
© CICR