Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Renforcer la coopération dans les pays du Golfe

06-09-2006 Interview

Pour Jean-Michel Monod, responsable de la délégation régionale du CICR de Koweït qui couvre l'Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar, les défis en matière de coopération ne manquent pas dans cette région stratégique.

  Comment évolue la coopération entre le CICR et les Sociétés nationales de Croissant-Rouge de cette région ?  

     

L'objectif principal consiste à développer une coopération opérationnelle avec ces Sociétés nationales sur divers terrains d'action humanitaire dans le monde. Nous souhaitons établir avec elles des relations opérationnelles stables et durables, du même type que celles que nous avons avec des Sociétés nationales d'autres régions du monde.

Nous souhaitons aussi qu'elles contribuent d'une manière régulière aux actions que nous menons en soutenant nos appels budgétaires, à l'instar du Croissant-Rouge saoudien ou du Croissant-Rouge des Émirats Arabes Unis qui ont répondu présent à notre appel 2006 pour la Somalie.

  Qu'en est-il du Liban ?  

     

Les pays du Golfe ont des liens privilégiés avec le Liban depuis des siècles, ce qui est un avantage pour l'action du Mouvement Croix-Rouge / Croissant-Rouge. Les Sociétés nationales de la région ont répondu avec générosité et de façon massive aux besoins qui sont apparus au Liban et en Syrie.

À titre d'exemples, le Croissant-Rouge saoudien a mis sur pied un hôpital à Beyrouth, le Croissant-Rouge du Koweït a envoyé environ 2,000 tonnes d'assistance, dont des rations de nourriture, le Croissant-Rouge du Qatar est très actif dans le secteur médical à Said a… La coopération est plutôt bonne et nous voulons à l'avenir compter davantage sur ces Sociétés nationales dans le cadre d'actions de déploiement rapide qui intègrent au mieux le savoir-faire et les capacités respectives de chacun de nos partenaires.

  Le docteur Mohammed Ganem Al-Madeed, secrétaire général du Croissant-Rouge du Qatar, expose son point de vue à la lumière des diverses expériences de coopération internationale sur le terrain – y compris celle en cours au Liban.  

     

Le Mouvement Croix-Rouge / Croissant-Rouge accomplit déjà beaucoup de choses et nous pouvons faire encore plus ensemble. En fait, en raison de nos valeurs communes et de notre implantation locale, nous sommes capables de réaliser ce que personne d'autre n'est en mesure de faire.

Grâce à l'Accord de Séville qui régule la coordination entre les partenaires du Mouvement, nous disposons d'une base de travail utile. Lors de récentes crises telles que celles du tsunami en Asie du Sud-Est ou du tremblement de terre au Pakistan, nous avons travaillé en étroite liaison avec le CICR et la Fédération internationale, ce qui nous a permis d'améliorer notre niveau opérationnel. Mais cela n'est pas suffisant…nous devons aller plus loin !

Il faut notamment définir dans chaque contexte la direction d'une action – le " leadership " – et clarifier les responsabilités qui en découlent pour chaque acteur. Je pense que nous devons à l'avenir améliorer la planification et la formation.