Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Timor-Est : hôpital de Dili : plus de 50 000 patients soignés au cours de la dernière année

28-09-2000 Communiqué de presse 00/37

  Les délégués du CICR ont été expulsés de force de Timor-Est le 6 septembre 1999 par des miliciens opposés à l'indépendance du territoire. Le bureau de l'institution a alors été pillé puis incendié.  

     

  Une première équipe de délégués et de médecins du CICR venue de Djakarta – qui est retournée à Dili 14 septembre 1999, soit six jours avant l'arrivée des forces internationales de l'Interfet – a trouvé l'Hôpital général de la ville pratiquement vide. Ses seuls occupants étaient 35 patients alités, soignés par six infirmières timoraises très courageuses. Tout le reste du personnel était parti et les pillards s'étaient emparés du matériel de l'hôpital. Le même jour, le CICR a décidé de reprendre l'hôpital et de rétablir les services médicaux vitaux. Des garanties de protection ont été obtenues des militaires indonésiens pour empêcher que les bâtiments de l'hôpital ne soient incendiés, à un moment où la plupart des autres établissements publics du territoire étaient détruits. Une équipe médicale a été envoyée de Genève et un hôpital de campagne entièrement équipé, don de la Croix-Rouge de Norvège, a été installé dans l'enceinte de l'hôpital,  

     

  Des expatriés du CICR et des employés timorais revenus d'exil ou des endroits où ils se cachaient ont commencé à travailler ensemble à la fin de septembre 1999. C'était le premier service public à Timor-Est qui revenait à la normale après les destructions et les violences de ce mois tragique.  

     

  Au cours de la dernière année, l'hôpital de Dili a admis près de 5 000 patients et plus de 46 000 personnes y ont reçu des soins ambulatoires. Actuellement, cet établissement de 210 lits, entièrement financé par le CICR, est géré par 26 collaborateurs médicaux expatriés de l'institution et 311 employés timorais. Selon la stratégie médicale de l'Administration transitoire des Nations Unies, il deviendra bientôt l'hôpital central national du futur État de Timor Lorosa'e et accueillera les cas graves transférés de quatre hôpitaux provinciaux.  

     

  C'est la première fois depuis de nombreuses années, que le CICR gère et finance tous les services d'un hôpital central national : chirurgie, soins intensifs, pédiatrie, gynécologie/obstétrique, traitement de la tuberculose et médecine générale. Plus de 15 Sociétés nationales ont envoyé du personnel médical à Dili au cours de la dernière année pour soutenir le CICR dans cette opération particulièrement importante et assez exceptionnelle.