Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Amériques : des États résolus à parvenir à une interdiction nationale des mines antipersonnel

12-06-1996 Communiqué de presse 96/23

Les représentants de six pays d'Amérique centrale et du Mexique se sont exprimés à l'unanimité en faveur d'une interdiction totale de la production, de la possession, du transfert et de l'utilisation des mines antipersonnel. Lors d'un séminaire qui s'est tenu à Managua (Nicaragua) les 28 et 29 mai, ils ont proposé " de constituer sur leurs territoires une zone exempte de mines terrestres antipersonnel " . La rencontre, consacrée aux mines, au déminage et à la rééducation des victimes, était organisée par le CICR et la Croix-Rouge du Nicaragua, sous les auspices du ministre nicaraguayen des Affaires étrangères. Soixante-quinze personnalités y ont participé, notamment des officiers militaires et des représentants officiels des ministères des Affaires étrangères du Costa Rica, d'El Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Nicaragua et du Panama, ainsi que des représentants d'institutions spécialisées des Nations Unies, de l'Organisation des États américains et d'ONG impliquées dans des activités de déminage.

Les recommandations du séminaire, adoptées par tous les États participants, exposent une série d'étapes qui feraient de l'Amérique centrale la première région infestée de mines à se libérer entièrement de ce fléau. Dans ces recommandations, les États réaffirment leur volonté de promouvoir des politiques nationales en faveur de l'interdiction immédiate de la production, de la possession, du transfert et de l'utilisation des mines antipersonnel, d'encourager les législations nationales interdisant de tels actes, et de porter assistance aux victimes handicapées par les mines et de leur fournir des possibilités d'emploi. En outre, le sémi naire a lancé un appel à la communauté internationale pour qu'elle augmente son soutien aux efforts de déminage humanitaire et de rééducation des victimes dans la région. Il a encouragé les médias locaux à aider à diffuser l'information visant à sensibiliser les populations à risque au problème des mines, afin qu'elles ne deviennent pas victimes de ces armes.

Les États participants ont également encouragé l'adoption par l'Organisation des États américains, qui s'est réunie à Panama la semaine dernière, d'une résolution demandant l'instauration d'une zone exempte de mines terrestres antipersonnel dans l'hémisphère occidental.