Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Le CICR déplore le meurtre d'un collaborateur au Cambodge

03-01-1997 Communiqué de presse 97/01

Genève (CICR) - C'est avec une profonde tristesse que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appris la mort de Chin Chun, un employé local de l'agence de recherches du CICR au Cambodge, tué mercredi dernier dans l'exercice de ses fonctions. Chin Chun revenait d'une région retirée du district d'Ampil, dans le nord-ouest du pays, lorsqu'il a été arrêté par deux hommes armés, en treillis, qui voulaient lui voler sa moto. Selon des témoins, Chin Chun a été tué par balle au cours de l'incident. Les deux agresseurs ont depuis été arrêtés par une unité locale de l'armée.

Chin Chun, âgé de 36 ans, était marié et père de cinq enfants. Il travaillait pour le CICR depuis 1992.

La montée rapide du taux de criminalité au Cambodge préoccupe vivement le CICR, qui est contraint de revoir ses méthodes de travail. Les mesures de sécurité supplémentaires qu'il est amené à prendre entravent de plus en plus ses opérations.

Le CICR travaille depuis 1979 au Cambodge pour assister les victimes du conflit prolongé qui a ravagé le pays. Aujourd'hui, il s'attache principalement à venir en aide aux victimes des millions de mines terrestres qui jonchent les rizières et les forêts, les routes et les sentiers. Pour la seule année 1996, le centre d'appareillage orthopédique du CICR à Battambang a produit des prothèses et en a équipé plus de 1 000 amputés, parmi lesquels de nombreux enfants. Le CICR dirige en outre la banque de sang nationale du Cambodge.

Le CICR adresse ses sincères condoléances à la famille de Chin Chun.