Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Angola : sans nouvelles l'une de l'autre depuis 25 ans, deux sœurs se retrouvent grâce à un message Croix-Rouge

12-10-2000 Communiqué de presse 00/39

Ils sont appelés les «messages de l'espoir», et c'est peut-être pour cela que, paradoxalement, ils sont attendus avec tant d'anxiété. Car ils sont écrits par ceux et celles qui vivent l'un des drames les plus douloureux de la guerre: la recherche d'un proche disparu.

Malgré les difficultés liées au grand nombre de personnes déplacées, à l'immensité d'un pays grand comme deux fois la France et à des zones inaccessibles à cause de l'insécurité, l'équipe du CICR a réussi (après de longs efforts) à remettre en contact deux sœurs qui s'étaient perdues de vue depuis 25 ans. 

Maria da Graça Palanca lève les bras au ciel à plusieurs reprises, rendue muette par l'émotion. Elle vient de lire des mots écrits par sa sœur Maria-Margarida, dont elle avait perdu la trace alors qu'elle avait 18 ans. Elle découvre aujourd'hui que Maria-Margarida, fuyant la violence qui avait éclaté un peu partout dans le pays en 1975, avait pu s'envoler pour la Norvège, où elle réside toujours.

L'équipe du CICR traite les demandes de nouvelles et l'échange de messages familiaux, en Angola même et à l'étranger, particulièrement dans les pays voisins abritant de nombreux réfugiés angolais. L’agence de recherches du CICR travaille à cet effet en étroite collaboration avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Actuellement, un grand nombre de messages Croix-Rouge sont délivrés par le CICR dans les villes de Huambo, Lobito, Kuito et Luanda, et par la Croix-Rouge

angolaise dans les autres provinces.