Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Indonésie : la réponse de la Croix-Rouge à l'attentat à la bombe de Bali

17-10-2002 Communiqué de presse 02/42

Des équipes de secours d'urgence de la Croix-Rouge indonésienne se sont rendues immédiatement sur les lieux après l'attentat perpétré le 12 octobre à Kuta Beach, où elles ont donné les premiers soins, transféré les blessés dans des établissements médicaux et réconforté les survivants.

Près de cent volontaires de la Société nationale ont travaillé durant les jours qui ont suivi l'attentat. Outre les activités déjà mentionnées, ils ont prêté main forte au personnel médical, pris contact avec les familles des victimes indonésiennes, contribué à contenir la foule et à déblayer le site, aidé les autorités dans la conservation temporaire des cadavres et l'identification des victimes et enfin, secondé les représentants consulaires étrangers. Vingt-cinq volontaires travaillent encore sur les lieux, en se relayant toutes les huit heures.

Le président de la Croix-Rouge indonésienne s'est rendu à Bali dimanche matin tôt, dans le but de coordonner l'opération. Le CICR a proposé de fournir à la Société nationale des pansements et autres secours médicaux, et lui a fourni 200 sacs servant au transport des cadavres.

Vendredi, quatre membres de l'équipe médicale de la Société nationale auront reçu une formation intensive en matière de soins aux victimes de stress post-traumatique, formation dispensée par un expert de la Croix-Rouge australienne. Ils quitteront Denpasar dimanche pour procéder au débriefing psychologique des volontaires.

Les responsables de la Croix-Rouge indonésienne, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et le CICR collaborent étroitement avec les branches de la Société nationale à Bali et ailleurs, de même qu'avec d'autres Sociétés nationales concernées, en particulier la Croix-Rouge australienne.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge condamne cet acte terroriste dans les termes les plus énergiques, car il nie les valeurs les plus fondamentales de la société humaine.