Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Érythrée : distribution de semences de céréales aux paysans touchés par la sécheresse

23-04-2003 Communiqué de presse 03/42

Une grave sécheresse touche actuellement plusieurs pays de la corne de l’Afrique. En Érythrée, le CICR a commencé à distribuer des semences de céréales à des familles déplacées au cours du conflit qui avait éclaté à la frontière avec l’Éthiopie (1998-2000).

Pendant les deux dernières années, ces familles de paysans ont pu retourner dans leur village, mais il leur a été extrêmement difficile de recommencer à vivre normalement, car en raison de l’absence de pluies, les moissons ont été désastreuses.

Le programme d’assistance du CICR concerne principalement les villages situés dans les régions de Debub, à environ 80 km au sud-est de la capitale, Asmara, et de Gash Barka, à quelque 120 km à l’ouest d’Asmara. La zone couverte par le programme s’étend le long de la frontière avec l´Éthiopie, là où les combats étaient les plus intenses pendant la guerre. Le 17 avril, 21 tonnes de semences de maïs ont été distribuées à 1 400 familles dans des villages situés à la périphérie de Senafe (Debub). La semaine prochaine, dans les villages des alentours de Mai Mine et Adi Quala (Debub), où la saison des semailles est sur le point de commencer, 2 800 familles recevront 30 tonnes de millet.

Au total, d’ici à la mi-juin, quelque 30 000 ménages (120 000 personnes) recevront 450 tonnes de semences de céréales, l’objectif étant d’encourager les paysans touchés par la sécheresse à cultiver leurs champs et ainsi à redevenir autonomes. Pour pallier le manque de nourriture en attendant les récoltes, le CICR fournit également à chaque personne une ration alimentaire composée de blé, de pois cassés, d’huile, de sucre et de sel, suffisante pour un mois.

Selon les agronomes du CICR, la sécheresse de 2002 a durement affecté la plupart des régions d’Érythrée, avec pour résultat la plus mauvaise récolte de céréales depuis 10 ans. Le gouvernement érythréen estime qu’environ 2,3 millions d’habitants (65 % de la population) auront besoin d’une ai de alimentaire en 2003. Le CICR, dont le programme de distribution de semences a été mis au point en coopération étroite avec le ministère érythréen de l’Agriculture, consacre principalement son assistance aux personnes touchées par le conflit. Les bénéficiaires ont été sélectionnés lors d’une évaluation menée par le CICR de janvier à mars de cette année, qui a permis d’identifier les plus vulnérables parmi les paysans autrefois déplacés.

  Informations complémentaires : Marçal Izard, CICR Asmara, tél. : ++2911 181 164